RSS

Médiator : Nadia raconte son enfer quotidien

27 Avr

 

Source : La Provence

Elle a pris le médicament contre son cholestérol. Et souffre désormais de gros problèmes cardiaques.

Pour Nadia, ici accompagnée de son avocat Jean-Pierre Darmon, le plus dur est de ne pouvoir porter sa petite-fille.

Pour Nadia, ici accompagnée de son avocat Jean-Pierre Darmon, le plus dur est de ne pouvoir porter sa petite-fille.

 

Le plus douloureux ? Ne pas pouvoir tenir trop longtemps dans ses bras sa toute première petite-fille, un bébé de sept mois. "Je crois que c’est ça, le pire…", raconte Nadia.

La vie de cette femme souriante, 48 ans, s’organise depuis 2007 entre prises de sang, examens médicaux, traitements lourds, surveillance accrue et grosses fatigues. Sans oublier les coups de blues… et de colère. "Ce n’est vraiment pas juste", lâche-t-elle, assise dans le bureau de son avocat, Me Jean-Pierre Darmon, qui la soutient dans ce combat qu’elle n’a pas choisi.

"Mon corps me laisse tomber, je me sens diminuer de jour en jour." C’est en 1996, que tout commence. Son médecin traitant prescrit du Mediator à Nadia, mère de trois enfants. Dynamique, adepte de la marche, salariée dans une maison de retraite où elle s’occupe de personnes âgées, elle souffre d’un taux de cholestérol trop élevé.

Elle commence à prendre la molécule commercialisée par le laboratoire Servier, puis retirée du marché en décembre dernier. "Progressivement, explique son avocat, son état de santé se dégrade." Assise près de lui, Nadia prend le relais : "Des palpitations, des essoufflements, une grosse lassitude générale… Je ne pouvais même plus monter au premier étage sans être épuisée. Mais mon médecin me parlait d’un grand état de fatigue."

En 2007, son état de santé franchit un nouveau cap, inquiétant, qui nécessite des examens plus poussés. Le verdict est annoncé: souffle cardiaque et insuffisance respiratoire liée à un œdème pulmonaire aigu. "Il a été diagnostiqué, relève Me Darmon, une valvulopathie aortique et mitrale sévère."

Nadia est opérée à cœur ouvert. On lui pose deux prothèses mécaniques pour aider son cœur à fonctionner. Elle entend les deux valves faire tic-tac dans sa poitrine. "Pour autant, je suis restée très diminuée, malgré l’opération", explique Nadia, désignant du bout de l’index la cicatrice qui lui barre la poitrine, depuis quatre années.

"Je ne peux pas faire mon ménage ni mes courses. M’occuper de ma petite-fille, c’est impensable. Au moindre mouvement, je m’essouffle. Alors monter les escaliers ou faire une balade en famille, vous pensez bien que j’ai oublié tout ça. Je me sens… vieille."

Après l’opération, personne dans l’entourage médical de la patiente n’établit de lien avec la prise du Mediator, pendant 12 ans. "Ce que nous ne comprenons pas, déplore son avocat, c’est qu’à la suite de son opération, on continue à lui prescrire du Mediator sans rechercher l’origine de la valvulopathie !"

Ce n’est qu’en 2010, quand Nadia est destinataire d’un courrier de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé, qu’elle est alertée : "On m’a dit de consulter mon médecin, mais je sais bien qu’il était déjà trop tard pour moi…"

Son avocat a saisi le juge des référés pour mai : "Nous souhaitons faire désigner un médecin expert judiciaire, pour évaluer le préjudice de cette dame et tirer les conséquences juridiques de cette situation." Nadia parle d’enfer et de cauchemar. "Ma vie n’est plus la même."

Placée sous anticoagulant, elle veille à ne pas tomber, ne pas se couper. "Tout pourrait alors prendre de telles proportions…", soupire-t-elle.

 

Liens : Voir Mot clé Mediator

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le 27 avril 2011 dans Santé, Sécurité

 

Étiquettes : , , , , , ,

Une réponse à “Médiator : Nadia raconte son enfer quotidien

  1. fleres daniele

    25 septembre 2011 at 13:32

    victime également du médiator depuis 1995 je suis dans le même problème
    valvulopathie avancée
    je fais attention à tout, et je suis très fatiguée
    vous êtes entre de très bonnes mains avec votre avocat
    je vais faire de même, je connais J.P depuis une trentaine d’années, j’ai toute confiance ( qu’en lui)

     

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :