RSS

Un patient privé de greffe faute de place au bloc opératoire

27 Avr

Source : France Soir

Gilbert, septuagénaire en attente d’un rein depuis plus d’un an, a été renvoyé chez lui juste avant l’opération tant espérée : il n’y avait plus de bloc opératoire disponible au CHU de Caen…

Une opération de greffe

Une opération de greffe SIPA

Dans sa petite maison située à Saint-Sauveur la Pommeraie, Gilbert Moncuit ne décolère pas et met une dernière touche au courrier très acide qu’il va envoyer au directeur du CHU de Caen. Car il ne digère pas ce qui lui est arrivé mardi matin, lui qui depuis plus d’un an est en attente d’une greffe de rein. « C’est lamentable, à peine pensable de voir de telles choses de nos jours », explique-t-il avant de raconter comment il est passé du sourire aux larmes, de l’espoir à la colère.

Lundi soir, et après avoir profité d’un radieux week-end pascal, c’est un coup de téléphone, en forme de beau rayon de soleil qui vient à lui, il est 20 heures. « C’était le service néphrologie du CHU de Caen, qui m’annonçait qu’ils avaient un rein pour moi et qu’il fallait que je sois là, dès le lendemain matin. Je suis donc arrivé là-bas à 7h30, j’ai passé toute une batterie d’examens nécessaires avant une telle opération, j’ai attendu et puis vers les 10 heures, le professeur Hureau de Ligny est venu, furieux et il m’a dit : écoutez monsieur, je suis désolé, on ne peut pas vous opérer, il n’y a pas de tables d’opération disponible, vous pouvez rentrer chez vous. »

Gilbert est donc remonté dans l’ambulance, un peu groggy, et est retourné chez lui. Au CHU de Caen, bien embarrassé par cette affaire, on explique que le centre hospitalier connaît depuis vendredi soir, « et encore à cette heure » indique Angel Piquemal le directeur, une activité exceptionnelle et ininterrompue au niveau des blocs opératoires. « Nos équipes médicales et paramédicales sont mobilisées 24h/24 sur la prise en charge de patients  particulièrement graves comme des déchoquages et des lourds polytraumatisés de la route. Et le jour où est arrivé Monsieur Moncuit, nous venions de recevoir un jeune blessé par balle. »

Dans un communiqué rédigé par la direction du CHU on apprend également que ces derniers jours il y a eu « plus de 90 patients opérés et réanimés, en lien notamment avec le long week-end ensoleillé de Pâques. Le CHU a dû faire face en modifiant le planning opératoire en ce début de semaine et en reportant certaines opérations non urgentes ». Celle de Gilbert n’était donc pas, selon la direction du CHU, prioritaire d’autant, comme le poursuit Angel Piquemal « que nous avons ce week-end réalisé deux greffes rénales urgentes ».

Le greffon promis au septuagénaire a donc été réattribué à un autre centre hospitalier. Des explications que le retraité n’accepte pas, lui qui attend depuis des mois de revivre normalement, sans être dialysé deux fois par semaine « Ce serait arrivé dans un pays en voie de développement, je serai compréhensif, mais là c’est arrivé ici, en France ! Il y a de quoi être en colère ! C’est lamentable ! » ajoute-t-il avant de conclure, fataliste « J’ai la chance d’appartenir à un groupe sanguin plus courant, un groupe ou il y a moins de délai. J’aurai peut-être une seconde chance ! »

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 27 avril 2011 dans Santé

 

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :