RSS

DOMINIQUE STRAUSS-KHAN : Une icone brisée sur le socle du sexe

17 Mai

 

Source : GuinnéeConakry.info

 

Les images sont sans appel. Dominique Strauss Kahn, victime de machination ou coupable des crimes qui lui sont reprochés, ce lundi 16 mai 2011, donnait du box des accusés, une image d’un homme abattu, soumis, résigné, et qui voit sans doute sa brillante carrière politico-diplomatique s’effondrer comme un château de cartes…

Depuis la matinée du dimanche 15 mai 2011, on aura tout entendu. Au point qu’aucune opinion ne se démarque véritablement. Ceux qui croient à la culpabilité de l’ex-patron du FMI et ceux qui pensent que celui qui caracolait jusque-là en tête des sondages en France, est victime d’une manipulation, sont à couteaux tirés. Chaque camp semble avoir des arguments plus ou moins solides.

Si on se fie aux rapports dressés par la police new-yorkaise et qui seraient transmis heure par heure aux autorités françaises, DSK n’a aucune chance de s’en sortir. Ainsi dans un de ces rapports, il est indiqué ce qui suit : « L’agression se serait déroulée dans la chambre 2806 de l’hôtel situé 45 ouest sur la 44e rue. Lorsque la femme est rentrée dans la chambre, l’occupant de la chambre, Dominique Strauss-Kahn, homme blanc de 62 ans, est sorti nu de la salle de bains, a maintenu sur le lit la femme, et a inséré son pénis dans sa bouche. L’homme a ensuite réglé l’hôtel et a pris un avion à JFK, là ou le Port Autority Police Department l’a extrait de l’appareil ».

Les partisans de cette opinion se fondent également sur « des griffures (…) constatées sur le torse de l’auteur présumé ». De même, Anne Saint-Claire, l’épouse de DSK déclare que dans la journée du samedi, un peu avant son arrestation, son mari l’aurait appelée pour lui dire qu’il serait confronté à « un problème grave ». Tout cela aura alors certainement motivé la décision du juge de maintenir Dominique Strauss Kahn en détention en attendant sa prochaine comparution,  prévue pour le 20 mai prochain.

Dans le camp des partisans de l’innocence de Dominique Strauss Kahn, on a d’abord mis en avant l’incohérence entre le moment de l’agression présumée et le chronogramme de DSK, dans la journée du samedi. Au cours de la brève audience qui a eu lieu ce lundi à New York, les avocats du diplomate français ont également tenté de démontrer la bonne foi de leur client qui, à aucun moment, n’aurait tenté de fuir le pays. Pour eux, c’est un peu là une sérénité que l’on ne retrouve pas chez un violeur. Le passé de la victime, à savoir la jeune femme de 32 ans, est également une piste que voudraient creuser les proches et les avocats de DSK, pour voir s’il n’y avait pas là des motifs potentiels susceptibles de soutenir l’argument de la manipulation ou de la machination politico-diplomatique. Mais sur ce sillon, les espoirs des avocats demeurent maigres. Les rares informations qui sont disponibles sur la victime, indiquent en effet qu’elle serait une employée « fiable ».

Donc, rien n’indique que Dominique Strauss Kahn soit encore coupable. Mais pour de nombreux observateurs, coupable ou pas, le socialiste du FMI "est politiquement fini". Ses adversaires français peuvent jubiler, même si pour le moment c’est la stupeur qui semble dominer au sein de la classe politique française. Car, au mieux des cas, DSK ne saurait sauver que son nom. Son image, elle, restera indiscutablement et de manière indélébile, marquée par ce coup d’arrêt.

D’ores et déjà, un des avocats de Dominique Strauss Kahn a déclaré, à l’issue de la courte comparution de ce lundi 16 mai 2011, que le « dossier est défendable ». Pour certains analystes, ce n’est ni anodin, ni rassurant. Un malheur n’arrivant jamais seul, alors qu’une peine de prison allant de 20 à 70 ans plane sur DSK par rapport au dossier en cours, ce sont de vieux dossiers qui pourraient ressurgir. Au finish, progressivement, de Dominique Strauss Kahn, c’est comme " le portrait d’un obsédé sexuel" qui se dessine sous yeux… Ce qui est loin d’être une facette particulièrement avantageuse, au regard des circonstances. Même son caractère de grand séducteur prend ici une signification toute péjorative.

Ceci étant, selon les informations qui sont disponibles, pour la Guinée, cet évènement prend une dimension plus particulière. Vu que la victime serait d’origine guinéenne. Une certaine Safiatou Diallo, mère de deux enfants, travailleuse exemplaire selon la direction Sofitel. 

Boubacar Sanso Barry pour GuineeConakry.info

Liens : Qui est la femme de chambre… DSK aurait un alibi…– Le patron du FMI…DSK arrêté à New-York…

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 17 mai 2011 dans Divers, Politique, Société

 

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :