RSS

Landes – Avis de tempête prolongé du côté de l’ADMR

12 Juin

 

    Source : SudOuest

L’Association d’aide à domicile en milieu rural de Mont-de-Marsan est en proie à de grosses difficultés humaines.
En cause : un clash entre les salariés et les bénévoles.

Les 24 salariées montoises de l'association de l'avenue du 34e-RI viennent en aide à près de 110 familles. Cela représente près de 2 000 heures de travail chaque mois.

Les 24 salariées montoises de l’association de l’avenue du 34e-RI viennent en aide à près de 110 familles.
Cela représente près de 2 000 heures de travail chaque mois. (photo archives Ph. Salvat)

Cela fait figure d’exception à l’échelle du département. Sur les 21 associations rassemblées sous la bannière de la Fédération landaise des associations d’aide à domicile en milieu rural, seule celle de Mont-de-Marsan rencontre des difficultés aussi importantes. Sauf quelques cas exceptionnels de « ratés » évoqués dans ces mêmes colonnes le 12 mai dernier, les quelque 110 familles bénéficiaires ne pâtissent heureusement pas de cette sorte de tempête née d’un conflit humain sans précédent.

En cause : un « clash » déploré en début d’année entre les bénévoles et certains des 24 salariés montois. Une opposition musclée qui a eu pour conséquence directe la démission de l’ensemble du conseil d’administration de Mont-de-Marsan, le 13 janvier dernier.

Pour parer au plus urgent, la Fédération départementale, qui n’a statutairement parlant qu’un rôle d’accompagnement et de conseil administratif, juridique et comptable, a facilité la mise place d’un appui humain via une association spécialement créée à cet effet, dite l’Abri. Gérée par des administrateurs des ADMR d’Oeyreluy, Villeneuve-de-Marsan, Grenade-sur-l’Adour, Capbreton et Montfort-en-Chalosse, cette entité forme « une délégation d’appui » chargée de relancer l’administration bénévole de Mont-de-Marsan. Parmi eux, la présidente de l’ADMR de Villeneuve-de-Marsan, Véronique Cabé. Une présidente (qui n’appartient pas à la famille de Robert Cabé, le politique, NDLR) qui porte un regard très critique sur les agissements de certains salariés montois.

Un conflit humain

Pour elle, tout est très clair, « il s’est passé des choses qui ne sont pas acceptables lorsque l’on est face à un groupe de bénévoles ». Tout aurait ainsi dégénéré lors du renouvellement de la convention collective qui entoure la profession de ses aides à domicile. La révision à la baisse de leurs frais kilométriques aurait mis le feu aux poudres (ce point doit faire l’objet d’une nouvelle médiation durant l’été, NDLR). Et rien ne se serait depuis arrangé.

Consciente de ces difficultés liées, selon elle, à une question de gestion des ressources humaines, la Fédération départementale n’a pas apprécié du tout que la représentante du personnel de Mont-de-Marsan dénonce des problèmes de rémunération. Ainsi, les prétendues difficultés rencontrées pour toucher certains salaires – selon les allégations de la déléguée du personnel CFDT rapportée le 12 mai dernier dans ces mêmes colonnes – ne seraient pas consécutives à un élément interne mais bien à un manquement aux obligations légales qui pèsent sur les salariés. Dans un communiqué de la Fédération départementale envoyé au lendemain de l’article en question, le directeur adjoint de la structure landaise précisait d’ailleurs très clairement que « toutes les salariées avaient reçu leur salaire chaque mois, et ce en dépit de remontées d’informations tardives de la part de certaines salariées et des pointages réalisés sans respecter les procédures prévues ».

Ironie du sort, les salaires en question avaient effectivement été versés le jour de la parution de l’article.

Une gouvernance à trouver

Reste que quinze jours plus tard, l’ambiance dépeinte à la fois par l’administratrice bénévole Véronique Cabé et par la déléguée du personnel, Mireille Fredière, semble toujours aussi tendue. « Ce serait un simple problème de gestion comptable, cela serait plus simple, mais là c’est un problème de gestion humaine », rapporte ainsi celle qui siège à la fois au conseil d’administration de la Fédération et dans celui de l’association Abri.

« Tout ça ne se règle pas en trois mois mais j’espère qu’on trouvera une solution rapidement. C’est la volonté des familles, c’est la volonté de la Fédération et du Conseil général (l’organisme payeur, NDLR), reste à savoir si c’est la volonté des salariés ? », ajoute la même Véronique Cabé.

Crise durable ou simple tempête passagère, ce début d’année agité a quoiqu’il en soit été marqué par « un véritable ras-le-bol » et « un malaise » partagés des deux côtés de la barre. Jusqu’à présent, la gouvernance de transition ne semble pas apporter davantage de sérénité.

Pour le bien de tous, Mont-de-Marsan, dernier né des 21 associations landaises avec une inauguration en 2007 seulement, a plus que jamais besoin de replacer un capitaine et une équipe solide à la tête de son vaisseau associatif d’aide à domicile. Les administrateurs de l’Abri y travaillent.

 
Poster un commentaire

Publié par le 12 juin 2012 dans Santé, Société

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :