RSS

Archives d’Auteur: Papy40

Windows 10 : la version 19H2 arrivera bien en novembre, Microsoft l’a confirmé

 

Source : Phonandroid

  • Microsoft vient de le confirmer par le biais d’un billet de blog : la prochaine mise à jour Windows 10, aussi appelée « 19H2 » ou « 1909 » sortira bien le mois prochain. Cette édition a pour nom November 2019 Update et pour numéro de build « 18363.418 ». Selon une source anonyme, cette édition est déjà finalisée et sera envoyée à l’ensemble des employés de Microsoft à compter du 17 octobre prochain. La date exacte de disponibilité pour le grand public n’est pas encore connue.

    Depuis quelques semaines déjà, on sait que Microsoft est en train de finaliser la nouvelle mise à jour de Windows 10, connue actuellement sous le nom de « 19H2 » ou « 1909 ». Il semble que le projet soit sur le point d’aboutir et que cette update débarque en novembre prochain.

    Windows 10

    La nouvelle édition de Windows 10, baptisée pour l’instant 19H2 (son nom est amené à changer), ne va vraiment plus tarder. Microsoft va finaliser cette édition de Windows 10 d’ici la fin de la semaine prochaine. Le temps que celle-ci soit totalement validée et qu’elle débarque sur les serveurs de Microsoft, Windows 10 19H2 devrait arriver en novembre prochain. En toute logique, celle-ci sera donc appelée November 2019 Update.

    Une mise à jour de Windows 10 moins longue, mais aussi moins fournie que d’habitude

    Peu de nouveautés sont finalement attendues dans cette édition d’automne de Windows 10. Parmi les innovations de la 19H2, on peut quand même citer quelques améliorations liées au Centre de Notifications et actions et à l’agenda ou une meilleure gestion de la batterie. Pour cette édition, Microsoft préfère surtout s’attacher à la correction de bugs. Car des problèmes, Windows 10 en a connu à foison récemment : plantage du menu Démarrer, chute des performances du PC, bug des casques et enceintes Bluetooth… Si tous ces problèmes ont été plus ou moins résolus, à chaque correctif apporté, d’autres bugs apparaissent ou réapparaissent. Les ennuis se succèdent et il est probablement temps que Microsoft prenne le problème à bras le corps en délivrant une édition de Windows 10 sans bug et sans reproche (ou presque ?). Pour bénéficier d’une mise à jour plus conséquente, il faudra patienter jusqu’au printemps de l’année prochaine, époque à laquelle sortira la 20H1.

    Pour novembre, celles et ceux qui utilisent actuellement l’édition May Update de Windows 10 (1903) bénéficieront d’une nouvelle méthode de mise à jour. L’édition 19H2 s’installera comme n’importe quelle mise à jour cumulative mensuelle. Ils devraient profiter d’un temps réduit d’installation, contrairement aux utilisateurs des anciennes éditions de Windows 10, qui devront télécharger un pack de mise à jour plus important et plus long à installer.

  • Publicités
     
    Poster un commentaire

    Publié par le 13 octobre 2019 dans Général

     

    Quelques recommandations pour migrer vers l’IPv6

     

    Source : ZDNet

    Technologie : Le passage à l’IPv6 s’avèrera bientôt nécessaire. Reste qu’adapter le réseau à cette nouvelle version du protocole de connexion devra arriver tôt ou tard. Voici quelques conseils pour s’assurer une transition en douceur

    Quelques recommandations pour migrer vers l'IPv6

    Alors que l’Arcep a fixé la date de pénurie d’adresses en IPv4 au 7 novembre 2019, le passage à l’IPv6 s’impose aujourd’hui comme une véritable urgence. Pour rappel, l’IPv6 est une norme visant à redéfinir l’écriture des adresses IP afin de résoudre les problèmes de stocks épuisés que rencontrent aujourd’hui les différents Registres Internet Régionaux, chargés d’attribuer les blocs d’adresses. Mais les différents acteurs impliqués dans cette transition n’ont pas tous les mêmes priorités et la transition s’opère à vitesse réduite.

    Selon les statistiques de Google, environ 15% du trafic Internet mondial en 2016 utilisait le protocole IPv6. D’ici la fin 2017, environ 20% du trafic Internet devrait utiliser le nouveau protocole. La proportion devrait être de 35% d’ici 2019. En avril dernier l’Arcep précisait que la France peut se prévaloir d’un taux d’utilisation IPv6 de 14,6%. Ce qui place le pays dans la moyenne des pays européens en matière d’adoption IPv6.

    Mais la majeure partie de ce trafic IPv6 ne provient pas des entreprises. Car si les FAI ont du de gré ou de force passer à l’IPv6 parce qu’ils venaient à manquer d’adresses IPv4, les entreprises n’ont pas la même pression. Surtout, l’IPv6 ne représente pas aujourd’hui un quelconque avantage business. C’est n’est pas une priorité donc pour bon nombre d’acteurs, sauf pour quelques raisons bien précises.

    Par exemple de nombreux systèmes d’exploitation modernes utilisent déjà l’IPv6 par défaut. Les équipes informatiques peuvent donc rencontrer des problèmes si elles ne sécurisent pas et n’assurent pas le support de ce protocole par lequel passent les utilisateurs dans le système d’information de l’entreprise. Ensuite, il faut bien voir qu’une grande partie du trafic internet mondial, en particulier le trafic mobile, utilise IPv6. Donc mettre en place de l’IPv6 dans votre entreprise permet de se connecter sans passerelle avec cet univers en expansion.

    Voici donc quelques recommandations pour migrer votre entreprise vers l’IPv6 :

    Former toute la DSI à IPv6

    L’IPv6 a quelques composants fondamentaux qui sont complètement différents de l’IPv4. D’où un besoin de formation des équipes en interne pour voir comment cette nouvelle manière de connecter joue sur les infrastructures et les applications.

    Et comme l’on parle d’infrastructure et d’application, pensez à former les personnels au delà de l’équipe réseau.

    Analysez votre infrastructure et vos applications actuelles

    Les entreprises devront également évaluer la capacité de leur environnement existant à gérer IPv6. Il convient alors de regarder l’impact au niveau de l’infrastructure globale d’un environnement réseau, pas seulement les commutateurs, les routeurs, les cartes réseau ou encore les systèmes d’exploitation.

    Tout doit être examiné pour voir ce qui prend en charge IPv6, ou pas. Un cas a particulièrement surveiller est celui des applications legacy qui potentiellement ne peuvent supporter le nouveau protocole.

    Configurer un environnement de test

    Mettre en place un environnement de test qui émule les opérations informatiques réalisées par une entreprise au quotidien est une bonne idée.

    De cette manière, les équipes peuvent activer IPv6 dans un environnement de test et voir ce qui se passe. Une bonne manière de pister les conflits avec les applications ou le matériel.

    Rédigez un plan IPv6

    Sur la base des informations qu’ils ont tirées de leur formation, de leurs évaluations et de leurs tests, les organisations pourront ensuite planifier la manière dont elles souhaitent déployer le nouveau protocole dans leur environnement.

    Pour ce faire, une planification est une bonne idée également. D’autant que le passage à IPv6 va peut être engendrer une reconfiguration de l’environnement informatique.

    L’occasion de tirer partie des spécificités de l’IPv6, voire de faire le ménage de printemps pour optimiser le fonctionnement du réseau avec les besoins actuels de l’entreprise.

    Déployer IPv6 en plusieurs phases

    Quand vient le temps de déployer IPv6 en production, cela devrait être fait pas à pas, de manière à gérer finement la transition. La méthode Big Bang en ce domaine est un risque qu’il ne vaut mieux pas courir.

     
    Poster un commentaire

    Publié par le 4 octobre 2019 dans Arcep, FAI, Internet, IPv6

     

    Étiquettes :

    Windows 10 19H2 (1909) : Toutes les nouveautés

     

    Source : Tech2tech.fr

    Dans quelques jours, la version 19H2 de Windows 10 devrait être déployée. C’est l’occasion pour nous de faire un petit récapitulatif des nouvelles fonctionnalités.

    Contrairement aux précédentes mises à jour majeures de Windows 10, pas de vidéo pour présenter les nouveautés cette fois-ci. Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison qu’il y a trop peu de nouveautés sur cette version et que cela ne vaut donc pas le coup.

    Windows 10 19H2 devrait être déployé dans les jours à venir et la prochaine version sera Windows 10 20H1 (Windows 10 May 2020 Update).

    Quoi de neuf pour le Bureau ?

    Barre des tâches

    Dans cette nouvelle version, Windows 10 offre la possibilité de créer des événements de calendrier à partir de la barre des tâches sans avoir à ouvrir l’application Calendrier. Le volet de gauche du menu Démarrer se développera automatiquement pour révéler le nom de chaque option. Pratique !

    Centre d’action et notifications

    Le centre d’action permet maintenant de désactiver rapidement les notifications provenant d’un site web ou d’une application en cliquant simplement sur l’engrenage en haut à droit de la notification.

    Vous trouverez également un nouveau bouton «Gérer les notifications» en haut de l’Action Center, qui permet d’ouvrir la page de paramètres «Notifications et actions».

    Quoi de neuf pour les Paramètres ?

    Les notifications

    Puisque l’on parle des notifications, on continuer sur le sujet puisque Microsoft à mis à jour la page « Notifications et Actions » dans les paramètres et permet entre autres de désactiver les sons générés par les notifications ou encore de trier les applications ayant envoyé des notifications par date.

    Maintenant, vous aurez également la possibilité de configurer les notifications envoyées par les applications natives de Windows 10 avec quelques paramètres supplémentaires.

    Quoi de neuf pour le Système ?

    Assistant numérique

    À partir de la version 1909, Windows 10 permet aux assistants numériques tiers d’activer la voix au-dessus de l’écran de verrouillage.

    Les conteneurs

    Les conteneurs Windows requièrent une version d’hôte et de conteneur adaptée. Cela limite les clients et empêche les conteneurs Windows de prendre en charge les scénarios de conteneur de versions mixtes. Cette mise à jour inclut plusieurs correctifs permettant à l’hôte d’exécuter des conteneurs de niveau inférieur sur l’isolation de niveau supérieur pour le processus (Argon).

    Processeurs

    Windows 10 introduit une nouvelle stratégie de rotation des processeurs qui répartit le travail plus équitablement entre ces cœurs privilégiés.

    Vie de la batterie

    Windows 10 versions 1909 améliore également la durée de vie de la batterie et l’efficacité énergétique des périphériques dotés de certains processeurs.

    En vrac…

    • Mise à jour de la recherche dans l’explorateur de fichiers pour afficher des suggestions Web ainsi que des fichiers indexés localement sur le PC.
    • L’explorateur de fichiers prendra mieux en compte du contenu en ligne de OneDrive.
    • Windows Defender Credential Guard sera actif pour les processeurs ARM64.
     
    Poster un commentaire

    Publié par le 30 septembre 2019 dans Général

     

    4G : L’Arcep serre la vis aux opérateurs sur les zones rurales

     

    Source : ZDNet

    Réseaux : L’Arcep aurait mis en demeure de manière provisoire les opérateurs télécom. Selon l’autorité des télécoms, ceux-ci doivent accélérer leurs déploiements d’antennes 4G dans les zones rurales.

    4G : L�Arcep serre la vis aux opérateurs sur les zones rurales

    L’Arcep sonne un coup de semonce sur le dossier de la 4G. Comme le rapporte le quotidien Les Echos, l’autorité de régulation des télécoms aurait adressé une mise en demeure anticipée aux 4 opérateurs télécoms français, Orange, Free, Bouygues Telecom et SFR. l’Arcep s’inquiète en effet des retards pris dans le reploiement d’antennes 4G en zone rurale, un déploiement qui est prévu dans le cadre d’un accord passé avec les opérateurs en début d’année 2018.

    Cet accord « New Deal Mobile » prévoit le déploiement par les opérateurs d’antennes 4G en zones rurales avant l’année 2020. Selon le site de l’Arcep consacré à cet accord, le régulateur indique que « s’agissant spécifiquement des sites du programme « zones blanches centres-bourgs », ceux-ci devront être équipés en 4G à 75% d’ici fin 2020 et 100% d’ici fin 2022. » Un objectif ambitieux, que l’Arcep évaluait dans ses communiqués au déploiement de « 5000 nouveaux sites 4G » pour chaque opérateur, notamment via la transformation d’antennes 2G/3G en antennes 4G. En échange de ces engagements, le « New Deal Mobile » prévoyait le renouvèlement à titre gracieux de plusieurs fréquences accordées dix ans plus tôt par l’Arcep.

    Selon les Echos, qui cite « une source proche du dossier », le régulateur met la pression sur les opérateurs, car il estime que le dossier traîne et que les opérateurs ne parviendront pas à tenir leurs engagements à date. L’Arcep ne souhaite pas commenter les informations des Echos et les opérateurs préfèrent également garder le silence, mais selon le président de la fédération française des télécoms interrogé par les Echos, ce coup de semonce n’est pas justifié et les reploiements se poursuivent au rythme escompté. Rendez-vous en 2020 pour tirer le bilan, mais on peut en attendant suivre les déploiements d’antennes 4G sur le site de l’Arcep dédié au New Deal Mobile.

     
    Poster un commentaire

    Publié par le 1 août 2019 dans 4G, Arcep, FAI

     

    Étiquettes :

    Les préversions de Microsoft Edge Chromium pour Windows 7, 8 et 8.1 sont disponibles

     

    Source : ZDNet

    Technologie : Ces versions “canary” du navigateur de Microsoft basé sur le moteur Chromium sont mises à jour quotidiennement.

    Comme il l’avait annoncé, Microsoft vient de publier les premières versions de développement de son navigateur Edge Chromium pour Windows 7, 8 et 8.1. Il s’agit des préversions dites “canary”, qui sont mises à jour quotidiennement et ne proposent pas la totalité des fonctionnalités prévues. Dans le cas présent, Edge Chromium n’est pas doté du mode sombre ni de l’identification Active Directory pour Azure, précise Microsoft. Des versions Dev seront ajoutées prochainement pour ces trois éditions de Windows, comme c’est déjà le cas pour Windows 10 et macOS.

    Pour l’éditeur, porter Edge Chromium sur les anciennes versions de Windows et macOS est un moyen d’aider les développeurs à tester la compatibilité de leurs applications et sites web. Edge sera toujours fourni d’origine avec Windows 10, mais la mise à jour du navigateur sera indépendante de celle de l’OS, avec des correctifs plus fréquents que la version actuelle de Microsoft Edge. (Eureka Presse)

     
    Poster un commentaire

    Publié par le 20 juin 2019 dans Edge, W7, W8, W8.1

     

    Étiquettes : , , ,

    Télécharger Windows oui, mais à quelle vitesse ?

     

    ZDNet

    Technologie : La version 20H1 de Windows 10 permettra aux utilisateurs de définir la vitesse de téléchargement des mises à jour Windows en Mbps. Cette nouvelle fonctionnalité est encore cachée et non documentée par Microsoft.

    Lors de la prochaine mise à jour majeure de Windows 10, actuellement connue sous le nom de code 20H1, les utilisateurs peuvent s’attendre à une nouvelle fonctionnalité avancée qui leur permettra de choisir exactement la vitesse de téléchargement de Windows Update.

    La fonctionnalité est pour l’instant cachée et a été repérée par le développeur Albacore dans la préversion 18912 de Windows 10, publiée sur le Fast Ring mercredi. Microsoft n’a pas annoncé les paramètres de vitesse de mise à jour dans les notes relatives à la build.

    Une option largeur de bande passante

    Cette fonctionnalité s’appuie sur les contrôles de mise à jour fournis avec Windows 10 Fall Creators Update dans l’application Settings. Sous Options avancées, les utilisateurs peuvent limiter la quantité de bande passante utilisée pour les mises à jour en fonction d’un pourcentage de la bande passante totale.

    Advenced Option

    La nouvelle option ‘Largeur de bande absolue’ apparaît désormais au-dessus du contrôle en pourcentage. Les utilisateurs peuvent sélectionner la vitesse exacte en mégabits par seconde pour télécharger les mises à jour en arrière-plan et contrôler la largeur de bande en Mbps utilisée pour télécharger les mises à jour en avant-plan. 

    La seule nouveauté annoncée par Microsoft est une mise à jour de l’application Narrator, qui peut désormais indiquer aux utilisateurs le titre d’une page Web derrière un lien ‘Cliquez-moi’. Pour ce faire, les utilisateurs doivent appuyer sur Majuscules + Ctrl D.

    « Narrator prendra l’URL de l’hyperlien que vous utilisez et l’enverra à un service en ligne qui fournira le titre de la page à Narrator. »

    Des douzaines de corrections de bugs figurent aussi dans cette mise à jour, y compris des problèmes d’écran vert et des rapports d’erreurs win32k.sys, des problèmes avec Focus Assist, et des résultats de recherche dans la barre des tâches qui n’apparaissent pas quand un bureau distant est utilisé pour se connecter à une session VM améliorée.

    La nouvelle option ‘Largeur de bande absolue’ apparaît désormais au-dessus du contrôle en pourcentage. Les utilisateurs peuvent sélectionner la vitesse exacte en mégabits par seconde pour télécharger les mises à jour en arrière-plan et contrôler la largeur de bande en Mbps utilisée pour télécharger les mises à jour en avant-plan. 

    La seule nouveauté annoncée par Microsoft est une mise à jour de l’application Narrator, qui peut désormais indiquer aux utilisateurs le titre d’une page Web derrière un lien ‘Cliquez-moi’. Pour ce faire, les utilisateurs doivent appuyer sur Majuscules + Ctrl D.

    « Narrator prendra l’URL de l’hyperlien que vous utilisez et l’enverra à un service en ligne qui fournira le titre de la page à Narrator. »

    Des douzaines de corrections de bugs figurent aussi dans cette mise à jour, y compris des problèmes d’écran vert et des rapports d’erreurs win32k.sys, des problèmes avec Focus Assist, et des résultats de recherche dans la barre des tâches qui n’apparaissent pas quand un bureau distant est utilisé pour se connecter à une session VM améliorée.

     
    Poster un commentaire

    Publié par le 7 juin 2019 dans W10

     

    Étiquettes :

    L’UE plafonne le tarif des appels téléphonique entre pays membres

     

    Source : ZDNet

    Législation : Les tarifs applicables aux prix des appels internationaux au sein de l’Union européenne seront plafonnés à compter d’aujourd’hui… Au grand désarroi des opérateurs.

    Deux ans après avoir supprimé le roaming au sein de ses Etats membres, l’Union européenne (UE) récidive. On ne parle pas cette fois d’une suppression, mais d’un plafonnement du prix des appels internationaux et des envois de SMS.

    Dans le cadre de la réforme européenne des règles en matière de télécommunications, qui vise à renforcer la coordination dans le secteur des communications électroniques et à accroître le rôle de l’Organe des régulateurs européens des communications électroniques (ORECE), la Commission européenne a en effet plafonné le prix des appels et SMS internationaux au sein de l’UE.

    À partir du 15 mai, un nouveau prix maximal s’appliquera à tous les appels et SMS internationaux au sein de l’UE. Les consommateurs paieront ainsi au maximum 19 centimes (+ TVA) par minute pour un appel vers un autre pays de l’Union européenne, et 6 centimes (+ TVA) par message SMS. Une mesure qui fait grincer des dents les opérateurs, qui perdent là une belle manne financière.

    Regroupés au sein de l’ETNO, l’association européenne représentant les opérateurs télécoms, ces derniers avaient déjà fait entendre en juillet 2018 leur opposition à cette mesure, jugée contraire « aux principes fondamentaux de proportionnalité et de subsidiarité » des traités de l’UE. Ces derniers avaient également appelé « les législateurs à s’abstenir de réglementer les prix de détail des appels intracommunautaires et à se concentrer sur l’objectif politique et stratégique commun de fournir aux Européens des investissements accrus en 5G et en fibres ».

    Qu’à cela ne tienne, à quelques jours des prochaines échéances électorales européennes, l’UE entend bien sévir pour « remédier aux grands écarts de prix qui existaient auparavant entre les États membres » et ainsi redorer son blason auprès d’une opinion publique européenne parfois critique à son encontre. Cela alors qu’un sondage Eurobaromètre sur les appels internationaux a relevé que 42 % des répondants ont déclaré avoir contacté quelqu’un dans un autre pays de l’UE et que 26 % des répondants ont déclaré avoir joint quelqu’un dans un autre pays de l’UE par téléphone fixe, téléphone mobile ou SMS au cours du mois précédant l’enquête.

    Un plafonnement uniquement applicable aux usages personnels

    « Après avoir aboli les frais d’itinérance en 2017, l’UE a à présent pris des mesures contre les frais excessifs facturés pour des appels transfrontières que le consommateur passe depuis son pays. Grâce à ces deux mesures, les consommateurs européens bénéficient désormais d’une protection complète contre les factures exorbitantes lorsqu’ils appellent des numéros européens, que ce soit depuis leur pays ou depuis l’étranger. C’est l’une des nombreuses réalisations du marché unique numérique », a ainsi fait savoir Mariya Gabriel, la commissaire pour l’économie et la société numériques, lors de l’annonce de l’application de cette décision.

    « Les plafonds applicables aux appels dans l’UE montrent comment le marché unique numérique peut faire la différence dans la vie quotidienne des gens. En fait, la mise en place du marché unique numérique a créé 35 nouveaux droits et libertés numériques. Dans l’ensemble, les nouvelles règles en matière de télécommunications aideront l’UE à répondre aux besoins croissants de connectivité des Européens et à renforcer sa compétitivité », a de son côté déclaré Andrus Ansip, le vice-président pour le marché unique numérique.

    A noter que le prix de ces appels internationaux ne sera plafonné que pour les usages personnels, c’est-à-dire pour les clients privés. « Les clients professionnels sont exclus de cette réglementation sur les prix, étant donné que plusieurs fournisseurs proposent des offres spéciales particulièrement attrayantes pour eux », a ainsi fait savoir la commission européenne, qui précise que si la nouvelle règle est déjà en vigueur au sein des 28 pays de l’UE, elle sera bientôt applicable également en Norvège, en Islande et au Liechtenstein.

     
    Poster un commentaire

    Publié par le 16 mai 2019 dans Téléphonie U.E

     

    Étiquettes :