RSS

Archives de Catégorie: Arnaque

Arnaque téléphonique: «Hi, this is Microsoft!»

Source : Protégez-vous.ca

 

On vous appelle pour vous dire que votre ordinateur est infecté par des virus? Méfiez-vous!

Photo: Protégez-Vous

Au début du mois de juillet, Marie-Hélène Desbiens reçoit un appel chez elle vers midi. Son interlocuteur, en anglais, se présente comme un employé de Microsoft. «Il m’a dit qu’il recevait des messages selon lesquels mon ordinateur était infecté par des virus», raconte-t-elle.

Croyant que c’est plausible, elle donne le contrôle de son ordinateur à distance à son interlocuteur, qui lui montre le prétendu virus. Il transfère ensuite l’appel à un «technicien» qui offre d’aider Mme Desbiens pour la modique somme de 250 $… payable par transfert bancaire. Elle commence alors à se méfier.

«Il m’a dit que si je refusais de faire enlever les virus, on annulerait ma licence de Windows», relate-t-elle. Quand elle veut parler à quelqu’un en français, son interlocuteur lui dit que personne ne parle cette langue chez Microsoft. Et quand elle demande un numéro où elle peut rappeler, il refuse de lui en fournir un. C’en est assez: elle raccroche.

Après discussion avec son conjoint technicien en informatique et des recherches sur le Web, elle trouve la confirmation qu’il s’agit bien d’une arnaque.

Escroquerie en forte croissance
Marie-Hélène Desbiens est loin d’être la seule visée par ce type d’arnaque. Selon John Weigelt, directeur national de la technologie chez Microsoft Canada, le phénomène serait en forte croissance: «Les logiciels sont de plus en plus sécuritaires, alors les cybercriminels utilisent davantage la tromperie pour arriver à leurs fins.»

D’après un sondage mené en Amérique du Nord, au Royaume-Uni et en Irlande pour le compte de Microsoft, 15 % des 7 000 participants ont reçu un appel frauduleux depuis le début de 2010. Au Canada, 9 % des sondés ont parlé à un cybercriminel qui se faisait passer pour un employé de Microsoft.

Dans 79 % des cas, les consommateurs sont tombés dans le panneau d’une façon ou d’une autre: installation d’un logiciel malveillant sur leur ordinateur, mot de passe dévoilé, vol d’identité ou encore perte monétaire.>

Le nom de Telus aussi utilisé
D’autres fraudeurs se font passer pour des employés de Telus et adoptent une approche semblable à celle qu’a vécue Marie-Hélène Desbiens. Telus a d’ailleurs publié un communiqué (en anglais seulement) pour prévenir ses clients.
À lire aussi sur le site Web de Protégez-Vous:

Piratage informatique: comment se protéger?

Quelques conseils

  • Méfiez-vous toujours des appels non sollicités de gens qui offrent de vous aider à régler un problème sur votre ordinateur. Ne suivez pas leurs instructions et ne leur donnez aucun renseignement personnel.
  • Gardez Windows et vos logiciels à jour.
  • Choisissez des mots de passe solides et variés.
  • Utilisez un antivirus et un pare-feu.
Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 8 mars 2015 dans Arnaque, Microsoft

 

Étiquettes : , ,

Prothèses PIP : le système d’indemnisation des victimes dévoilé

 

Source : Radins.com

Santé

Les victimes des prothèses mammaires PIP vont finalement être indemnisées par l’assureur de l’ex-fabricant varois englué dans un véritable scandale sanitaire. Allianz a dévoilé lundi le plan d’indemnisation des 30 000 femmes françaises victimes de Jean-Claude Mas.

@Shutter

Allianz va indemniser les victimes des prothèses PIP

Allianz, l’assureur du fabricant de prothèses mammaires PIP, va finalement indemniser les 30 000 femmes victimes de cette entreprise varoise. L’assureur a dévoilé lundi le système d’indemnisation qui devrait « verser de manière rapide et équitable des indemnités » aux victimes françaises du docteur Jean-Claude Mas, fondateur et PDG de Poly Implant Prothèses.

Une demande d’indemnisation sur Internet

Le procédé est simple. Si vous avez été victime de ces prothèses mammaires nocives, vous avez à compter de ce mardi un mois pour demander une indemnisation via le site Internet indemnitepip.fr. Vous remplissez votre dossier en ligne. Une fois cela fait, l’assureur Allianz devrait étudier votre dossier sous les deux semaines à suivre et évaluer le montant du préjudice subi, qui fixera le montant de votre indemnisation.

Un plafond de garantie fixé par la justice à trois millions d’euros

En ce qui concerne le versement de cette indemnisation, il ne devrait pas intervenir avant le 16 mars prochain. A noter toutefois que la justice a fixé un plafond de garantie à trois millions d’euros, que toutes les victimes devront se partager. Soit en moyenne 100 euros par personne. Ne vous attendez donc pas à une indemnisation excessive. Bien entendu les montants varieront en fonction des cas.
Enfin, sachez que pour toute question ou demande d’information quant à cette procédure, Allianz a mis en place un numéro vert qui permet de se renseigner sur le dispositif : le 0 805 01 70 80.

 
Poster un commentaire

Publié par le 27 janvier 2015 dans Arnaque, Médicament, Santé, Société

 

Étiquettes : , , , , ,

Une arnaque aux SMS qui peut vous couter très cher

 

Source : Radins.com

Si les arnaques par mails commencent à être bien connues et reconnues, celles par SMS est un phénomène relativement récent. Une habitante d’Auch (Gers) vient d’en faire les frais.

Un SMS inattendu

Qui dit nouveau dispositif de paiement, dit nouveau moyen pour arnaquer. Mme L. en a été victime. Cette habitant d’Auch a reçu un SMS imprévu sur son téléphone portable, provenant de son opérateur téléphonique : « Votre mot de passe est strictement confidentiel. Conservez-le précieusement, ne le communiquez jamais à un tiers. Votre mot de passe est le xxx ».
Quelques minutes après, un autre SMS, en provenance cette fois-ci d’un abonné inconnu, lui parvient : « Excusez-moi, je vous ai envoyé par erreur mon code. Pouvez-vous me le renvoyer ? ». Non-méfiante, elle lui a bien entendu transmis…

Des arnaques fréquentes

Sceptique tout de même, Mme L. tente de joindre aussitôt son opérateur téléphonique, mais en vain.
Surprise ! Le lendemain, un conseiller lui fait savoir qu’elle a commandé un mobile, à 750 €. Apparemment « ce type d’arnaque n’est pas rare dans le Gers » et il y a « beaucoup de fraudes sur les codes », précise la gendarmerie.
La bonne nouvelle dans cette histoire, c’est que, grâce à sa vigilance, Mme L. a pu récupérer, sous 48h, son argent en faisant opposition auprès de la boutique locale de son opérateur.
Ainsi, la vigilance et la prudence s’imposent à tous : il ne faut jamais communiquer son code à quiconque !

 
Poster un commentaire

Publié par le 1 janvier 2014 dans Arnaque, Internet, Société

 

Étiquettes : , , , ,

Des sociétés d’ambulance soupçonnées d’avoir fraudé 1,65 M€ à la Sécu

 

Source : Le Parisien

Un gérant de deux socitétés d'ambulance de Seine-Saint-Denis a été arrêté pour escroquerie à la sécurité sociale.

Un gérant de deux sociétés d’ambulance de Seine-Saint-Denis a été arrêté
pour escroquerie à la sécurité sociale
. | AFP/Philippe Huguen

La fraude durait depuis un moment. Le gérant de deux sociétés de transport en ambulance, situées en Seine-Saint-Denis, est soupçonné d’avoir escroqué la Sécurité sociale pour plus de 1,5 million d’euros entre 2009 et 2011. Mercredi, le gérant des sociétés Meline et SOS Ambulances 93 de Stain a été déféré au parquet de Bobigny après deux jours de garde à vue.

Une information judiciaire a été ouverte pour abus de confiance, travail clandestin et obtention indue de prestations sociales en vue de sa mise en examen. Le parquet demande le placement de cet homme de 34 ans sous contrôle judiciaire.
L’enquête a débuté en janvier 2012 après que la Caisse primaire d’assurance-maladie (CPAM) de Seine-Saint-Denis eut «signalé des facturations de transports par des sociétés d’ambulance qui lui paraissaient suspectes», selon la préfecture. L’arnaque fonctionnait notamment grâce à des bons de transport vierges tamponnés par des hôpitaux, qui ont été retrouvés lors des perquisitions des locaux des sociétés en juin 2012. Ces bons, remplis pour des transports fictifs en ambulance ou en véhicule sanitaire léger, entrainaient un règlement de la course par la CPAM «alors que le transport n’avait jamais eu lieu», indique encore la préfecture. Le préjudice pour l’Assurance maladie a été estimé à 1,65 million d’euros.

39 personnes employées non déclarées

Par ailleurs, la société faisait travailler des brancardiers «non agréés» et «non déclarés». Le gérant est donc également suspecté de travail dissimulé, précise une source judiciaire. Selon la préfecture, l’enquête a montré que 39 personnes qui avaient travaillé ou étaient encore employées des deux sociétés entre 2009 et 2011, «n’avaient pas fait l’objet d’une déclaration préalable à l’embauche» auprès des organismes sociaux. Autrement dit, leur employeur ne payait pas les charges sociales et patronales, et le préjudice a été estimé par l’Urssaf à 513 000 euros.
«Les investigations financières et patrimoniales ont permis de faire apparaître un certain nombre de comptes bancaires» du mis en cause et de ses sociétés, sur lesquels 230 000 euros ont été saisis. Et  notamment sur des comptes au Maroc, selon la préfecture précisant qu’un autre homme, qui avait également été placé en garde à vue lundi et mardi, a été laissé libre à l’issue de son audition. «Il semble qu’il n’occupait aucune fonction officielle» dans les sociétés.

 
Poster un commentaire

Publié par le 7 mars 2013 dans Arnaque, Enquête, Santé, Société, Travail

 

Étiquettes : , , , , , ,

Alerte au crime organisé sur internet

 

Source : Radin.com

Par Madidine

Des virus bloquent à distance les ordinateurs puis leurs propriétaires
sont menacés de verser une « amende ».

Une escroquerie

Cette dernière escroquerie redoutable, discrète et bien organisée, fait des dégâts sans laisser de trace. C’est un virus suffisamment puissant pour contrôler les ordinateurs de centaines de personnes en vue d’amasser des sommes colossales.
D’abord, par le biais des robots informatiques, les hackers s’introduisent à distance dans les ordinateurs.
Le colonel Éric Freyssinet, chef de la division de lutte contre la cybercriminalité de la gendarmerie, révèle que « la contamination s’effectue à l’insu du propriétaire par le biais des pièces jointes dans des courriers électroniques, de liens venant de réseaux sociaux, de sites piratés ou encore de publicités dont le contenu renvoie vers un site malveillant qui teste les vulnérabilités de votre ordinateur. Une fois la faille exploitée, le virus est installé. »
Message
L’internaute voit apparaître d’un coup sur son écran un message accompagné du symbole de la gendarmerie nationale. Le texte signale « Attention! Votre ordinateur est bloqué car des infractions ont été détectées. »
« Pour débloquer, vous devez payer 200 € dans les 3 prochains jours. Dépassé ce délai, votre ordinateur sera confisqué et votre cas soumis au tribunal. »
Les internautes sont principalement accusés d’avoir été sur des sites douteux ou d’avoir téléchargé trop de fichiers, ce qui justifierait l’amende. Certains sont d’ailleurs très gênés et ne se manifestent pas auprès de la police pour porter plainte.
Les amendes doivent être effectuées par virements électroniques ou par des bons de paiements Western Union pour que « l’ordinateur soit débloqué dans les 24 heures suivantes. »
De plus, sachez que les hackers ne s’attardent pas à remettre votre ordinateur en marche une fois la rançon versée.

 
Poster un commentaire

Publié par le 28 janvier 2013 dans Arnaque, Internet

 

Étiquettes : , ,

Les faux gendarmes piègent les internautes

Source : Le Parisien

Nicolas Jacquard et Florian Loisy (avec Thibault Raisse) | Publié le 15.12.2011, 07h33

Ce message envoyé par des escrocs et invitant à régler une amende de 200 € pour « téléchargement de contenus illégaux » est apparu sur l’écran de dizaines d’internautes surfant sur des sites de streaming.

Ce message envoyé par des escrocs et invitant à régler une amende de 200 € pour « téléchargement de contenus illégaux » est apparu sur l’écran de dizaines d’internautes surfant sur des sites de streaming.

 

C’est une arnaque imparable, qui fait des ravages sur Internet depuis samedi. Les victimes? Les internautes qui surfent sur des sites de streaming, permettant de regarder en direct une vidéo ou un évènement, sans avoir à télécharger un fichier sur son ordinateur.
« Je regardais samedi soir le match Real de Madrid FC Barcelone sur Internet, raconte Laurent, parisien de 34 ans.

Une page est apparue, ornée d’un logo gendarmerie nationale. » Le message fait apparaître à la fois l’adresse IP de l’ordinateur (son numéro d’identification sur le réseau) et le nom de son fournisseur d’accès Internet. Surtout, il mentionne que plusieurs infractions ont été relevées, dont le téléchargement de contenus illégaux, et notamment « de matériels informatiques impliquant des mineurs ».

Un virus qui bloque l’ordinateur

Bien évidemment, il n’en est rien, et Laurent flaire immédiatement l’escroquerie. Sauf que son ordinateur est alors complètement bloqué. Pour pouvoir en reprendre la maîtrise, il n’a d’autre choix que de régler « une amende de 200 € ». « J’ai bien cru que mon portable était foutu. Dès que je le rallumais, la page réapparaissait., décrit-il. C’est un ami informaticien qui a réussi à enlever ce virus. » Sur les forums, ils sont des dizaines à avoir vécu la même mésaventure. « La gendarmerie ne s’adresse pas aux citoyens en leur envoyant des messages par Internet, rappelle pour sa part Eric Freyssinet, chef de la division de lutte contre la cybercriminalité de la gendarmerie nationale. Et encore moins pour leur demander d’effectuer un quelconque paiement. » Ce spécialiste explique que, pour se protéger, il faut mettre à jour son navigateur ainsi que le logiciel Flash, et précise qu’il ne faut porter plainte que si le paiement de cette fausse amende a été effectué. Certains internautes rechignent pourtant à le faire, souvent par crainte que le streaming soit illégal.
A l’heure actuelle, il ne l’est pas, mais les choses pourraient changer rapidement. Alors que la loi Hadopi s’est attaquée aux téléchargements, beaucoup d’internautes ont renoncé à enregistrer des films ou de la musique, préférant regarder ou écouter vidéos et musique en streaming.
Un phénomène contre lequel Hadopi souhaite désormais lutter. « Certains sites de streaming se sont spécialisés dans l’exploitation massive de contenus illicites, dont ils tirent des profits à leur seul bénéfice, détaille l’organisme. Il est temps désormais d’entrer dans une phase active de lutte contre ce comportement mercantile. » Une première évaluation du phénomène va être dressée, dont les résultats sont attendus pour la fin du premier trimestre 2012.

 
Poster un commentaire

Publié par le 15 décembre 2011 dans Arnaque, Streaming

 

Étiquettes : ,