RSS

Archives de Catégorie: FAI

Orange : 66.000 clients privés de mobile 2G le 15 novembre

 

Source : ZDNet

Réseaux : La mise à jour du réseau 2G de l’opérateur va rendre plusieurs modèles d’anciens feature-phones Samsung muets. Les clients ont été avertis depuis août dernier.

Les réfractaires aux smartphones sont encore nombreux, notamment chez les populations âgées qui se contentent très bien de feature-phones classiques. Mais pour certains d’entre eux, il va falloir abandonner leurs bons vieux mobile.

A partir du 15 novembre en effet, une mise à jour logicielle du réseau 2G d’Orange va rendre plusieurs modèles d’anciens feature-phones Samsung muets. Ils ne pourront ni émettre ni envoyer d’appels ou de SMS. 66.000 abonnés sont concernés.

Sept modèles du sud-coréen sont concernés, ils ont été commercialisés entre 2010 et 2011 : les GT-E1050, GT-E1080, GT-E1081, GT-E1085, GT-E1086, GT-E1150 et GT-E1170. Cette mise à mort devrait s’étaler jusqu’au début de l’année prochaine.

Orange a communiqué auprès des clients utilisant ces mobiles depuis août dernier et leurs propose même un bon de 30 euros pour l’achat d’un nouveau mobile en boutique. Une nouvelle vague de SMS et de messages vocaux leurs a été adressée il y a peu.

Et comme le rappelle l’association UFC Que Choisir : « Quant à ceux qui tiennent absolument à conserver leur vieux Samsung, ils n’ont pas d’autre choix que de changer d’opérateur. Ils peuvent le faire sans avoir à changer de numéro ». 

Quid de cette fameuse mise à jour de sécurité ? Interrogé par Next Inpact, l’opérateur explique que « les améliorations font suite au passage à l’algorithme standardisé A5/3 Kasumi sur [son] réseau, fortement recommandé par l’ANSSI », « afin d’empêcher à minima les interceptions passives de communications ».

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 14 novembre 2017 dans FAI, Orange, Téléphone mobile

 

Étiquettes : , ,

Outremer Telecom : SFR condamné pour non respect de ses engagements

 

Source : ZDNet

Juridique : Encore une fois, l’opérateur est condamné pour ses pratiques par l’Autorité de la concurrence. Cette fois, c’est une augmentation des tarifs avant la cession d’Outremer Telecom qui ne passe pas : 15 millions d’euros d’amende.

Ca devient une habitude. L’Autorité de la concurrence sanctionne à nouveau SFR pour ses pratiques à la Réunion et à Mayotte et condamne l’opérateur à 15 millions d’euros d’amende. Les sages de la rue de l’Echelle reprochent à l’opérateur au carré rouge  de ne pas avoir respecté certains des engagements liés à la cession des activités de téléphonie mobile d’Outremer Telecom qui avaient été pris à l’occasion du rachat de SFR par Altice.

Rappel des faits. Fin octobre 2014, l’Autorité de la concurrence autorisait le rachat de SFR sous réserve de plusieurs engagements, parmi lesquels la cession des activités de téléphonie mobile d’Outre-mer Télécom (Only) à La Réunion et à Mayotte.

Ces activités comprennent les activités d’Outremer Telecom sur le marché de détail de la téléphonie mobile et l’intégralité des boutiques d’Outremer Telecom. « Cet engagement permettra l’émergence d’un nouveau compétiteur crédible sur les marchés de la téléphonie mobile et garantira le maintien d’une concurrence effective », souligne-t-on.

En août 2015, le groupe de Patrick Drahi cède ces activités à Hiridjee Group, groupe français implanté à Madagascar qui exploite notamment Telma, l’opérateur du pays.

Une augmentation des prix opportune

Mais dans l’attente de la finalisation de l’opération, Altice et Numericable s’étaient engagées à préserver la viabilité économique, la valeur marchande et la compétitivité de ces activités jusqu’à leur cession. Elles se sont également engagées à ne pas s’immiscer dans la gestion de l’activité à céder.

Or, constate l’Autorité, « en augmentant le prix des forfaits de téléphonie mobile d’Outremer Telecom à La Réunion et à Mayotte, le groupe Altice/Numericable n’a pas respecté ses obligations ».
Et de détailler : « Pendant la période d’application des engagements, les forfaits, pour certains parmi les plus vendus ont connu des hausses importantes (entre +17 % et +60 %), après la décision de l’Autorité d’autoriser sous conditions le rachat de SFR par Altice/Numericable ».
« Ces hausses tarifaires ont fait peser un risque important sur la compétitivité des offres d’Outremer Telecom, en donnant la possibilité aux clients de résilier leur abonnement sans frais (les taux de résiliation ont d’ailleurs triplé en janvier 2015 par rapport à la moyenne de 2014) à un moment où les concurrents, SRR et Orange, venaient d’opérer un repositionnement tarifaire à la baisse ». Or, SRR appartient à SFR et à Altice.

En augmentant les prix d’Outremer, l’opérateur avait dans l’idée de récupérer in fine ses clients et les faire passer chez SRR. Dommage, ça s’est vu.
« Ces hausses tarifaires, qui ont eu un impact négatif sur l’image d’Outremer Télécom, constituaient un revirement de la stratégie commerciale de l’activité cédée, qui avait jusque-là toujours été orientée vers la conquête de nouveaux clients en pratiquant des prix agressifs ».
« Ce manquement aux engagements pris a été aggravé par le fait que les décisions de hausses de prix n’ont jamais été portées à la connaissance de l’Autorité et qu’elles n’ont été annulées qu’après l’ouverture de la procédure de non respect des engagements. En outre, ces changements de la politique commerciale ont été décidés alors même qu’Altice Numericable s’était engagée à désigner un gestionnaire indépendant pour la période précédant la cession de l’entreprise et savait que, dans l’attente de cette désignation, les activités cédées devaient être gérées comme l’aurait fait ce gestionnaire indépendant »

L’Autorité estime que ces pratiques sont « graves » : « le groupe Altice/Numericable a ainsi méconnu des obligations fondamentales destinées à assurer l’effectivité de l’engagement de cession des activités de téléphonie mobile d’Outremer Telecom et ainsi indispensables au maintien de la concurrence ».

SFR conteste l’analyse de l’Autorité

Dans un communiqué, SFR « conteste l’analyse de l’Autorité de la concurrence et rappelle que les hausses tarifaires, qui constituaient un acte de bonne gestion, n’ont altéré ni la compétitivité, ni la viabilité de l’activité cédée et n’ont induit aucune atteinte à la concurrence sur le marché ».
« SFR respecte ses engagements, notamment en outre-mer avec la cession des activités mobile d’Outremer Telecom à un industriel qui a été agréé par cette même Autorité. SFR se réserve en conséquence le droit d’exercer un recours contre cette décision », poursuit l’opérateur.
Rappelons qu’en 2013, l’opérateur au carré rouge et sa filiale SRR ont été condamnés à 45,9 millions d’euros d’amende « pour avoir mis en place et maintenu (plus de 12 ans à La Réunion et plus de 3 ans à Mayotte) un écart de prix abusifs, entre les appels passés vers d’autres clients du réseau de SRR (appels on net) et ceux, tarifés plus chers, émis vers les réseaux de ses concurrents (appels off net) », explique l’Autorité.

SFR était le seul opérateur jusqu’en 2000 à La Réunion et jusqu’en 2006 à Mayotte, SRR a conservé jusqu’à 70 % de parts de marché à l’époque des faits.

Fin 2015, pour les mêmes motifs, SFR et sa filiale réunionnaise sont condamnés par la même autorité à 10,7 millions d’euros d’amende, pour pratiques abusives sur le marché Entreprises.

La note totale dépasse ainsi les 81 millions d’euros pour SFR…

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 avril 2016 dans FAI, Internet, SFR

 

Étiquettes : , ,

Mobile : le roaming tirera sa révérence en juin 2017

 

Source : ZDNet

Règlementation : Le principe de la suppression des frais d’itinérance en Europe a été validé ce mardi par le parlement de l’Union. De quoi alléger la facture des vacanciers et des salariés nomades.

Clap de fin pour le roaming mobile. En adoptant le Paquet Télécoms ce mardi, l’Europe a validé sa conception (contestable) de la neutralité du net mais a surtout mis fin à une pratique beaucoup plus visible par les consommateurs, celui de l’itinérance mobile.

On le sait, ces frais payés par les clients quand ils appellent ou font de l’Internet mobile depuis un autre pays européen que le leur sont dans le collimateur de la Commission européenne depuis des années et malgré les baisses de prix de gros imposées aux opérateurs, Neelie Kroes, l’ancienne commissaire chargée de la stratégie numérique a maintes fois répété qu’elle voulait y mettre fin.

La mort du roaming a été actée au sein du Paquet Télécom, cet ensemble de lois européennes censées réorganiser le secteur dans l’Europe des 28 et de parvenir à un marché unique. Fin 2013, la Commissaire proposait explicitement la fin du roaming – données, appels et SMS – pour 2014. L’an passé, le Parlement européen avait acté la mort de ces frais pour le 15 décembre 2015.

Dernière baisse en 2016

Mais le lobby des opérateurs est passé par là, il faut dire que ces frais constituent une vraie manne (4 milliards d’euros par an), notamment pour les pays touristiques comme la France. Selon un document préparatoire, le Conseil européen, plaidait finalement pour un report à 2018 de cette décision.

La poire a finalement été coupée en deux puisque la Commission et le Parlement sont tombés d’accord pour un enterrement en juin 2017. Cette date a finalement été adoptée ce mardi par le vote définitif du Parlement. Plus rien ne s’oppose donc à son application, le 15 juin 2017 précisément.

« Les Européens vont payer le même prix pour utiliser leur appareil mobile quand ils voyagent dans l’UE que chez eux », s’est félicité le commissaire européen Andrus Ansip, saluant « un premier pas vers un marché unique des télécommunications », à l’issue du vote des eurodéputés.

En attendant, le roaming sera une nouvelle fois taillé le 30 avril 2016. Le plafond pour les appels voix passeront de 0,19 € la minute à 0,05 € et le Mo consommé passera de 0,20 € à 0,05 €. Quant au SMS envoyé, il sera facturé 0,02 € contre 0,05 €.

Rappelons qu’en France, la plupart des grands opérateurs ont anticipé cette décision. L’inclusion du roaming dans les forfaits apparait de plus en plus comme un argument de différenciation fort dans un marché concurrentiel. Free Mobile inclut ainsi 35 jours par an les appels et la data depuis toute l’Europe, les Etats-Unis, le Canada.
C’est également une question de pragmatisme économique. Comme le rappelait Olivier Roussat, p-dg de Bouygues Telecom (qui offre le roaming depuis tous les pays d’Europe, 35 jours par an, dans certains de ses forfaits), « finalement avec un tarif élevé, vous ne vendez rien ». Mieux vaut tard que jamais.

Pour autant, quelques doutes subsistent. « La fin annoncée du roaming dépend de la réforme du marché de gros de l’itinérance », qui « a peu de chances d’être achevée dans les temps », prévient le Bureau européen de défense des consommateurs, Beuc, dans un communiqué.

 
Poster un commentaire

Publié par le 28 octobre 2015 dans FAI, Législation, Société, Téléphone mobile

 

Étiquettes : , ,

Comment résilier son abonnement internet ?

Source : Radins.com

Si vous envisagez de résilier votre abonnement internet, il convient de lire scrupuleusement les conditions générales de votre contrat. En effet, les modalités diffèrent d’un opérateur à un autre, mais également suivant le type de votre abonnement. Voici nos conseils pour résilier votre abonnement internet.

Comment résilier son abonnement internet ? Résilier son abonnement internet

Résiliation abonnement internet : comment procéder ?

Si vous souhaitez résilier votre abonnement internet, vous êtes tenu de respecter les conditions énoncées par votre fournisseur d’accès internet ou FAI. Pour cela, il convient de vous référer aux conditions générales de votre contrat d’abonnement. Les délais à respecter pour faire parvenir votre demande de résiliation sont mentionnés dans votre contrat. Il est d’usage de faire parvenir votre courrier par voie recommandée avec accusé de réception, à l’adresse qui a été indiquée par le FAI.
Si votre contrat mentionne une location ou une mise à disposition de matériel de la part de votre fournisseur d’accès internet, vous êtes dans l’obligation de rendre ces équipements loués ou prêtés à votre opérateur. Sans cela, votre demande de résiliation ne sera pas enregistrée. Il convient de faire parvenir ces accessoires par colis suivi avec accusé de réception. Notez toutefois qu’il arrive que l’adresse pour la résiliation diffère de celle pour le retour de matériel.

Résiliation internet : quelles sont les pénalités ?

Si votre abonnement internet est sans engagement, vous êtes libre de résilier le contrat au moment que vous jugez opportun. Si ce n’est pas le cas, vous êtes tenu d’attendre la fin de votre engagement avant de lancer la procédure de résiliation. Sans cela, vous serez obligé de verser des pénalités à votre fournisseur en guise de dédommagement. Deux cas de figure peuvent se présenter :
• Engagement d’une année : si vous résiliez avant terme, vous êtes obligé de verser la totalité des abonnements restants dus avant la fin prévue pour l’engagement.
• Engagement de plus d’une année : votre fournisseur est en droit de vous réclamer l’intégralité des abonnements pour les mois restants dus avant la fin de la 1re année d’engagement. Au-delà de la première année, ces pénalités représentent le quart des mensualités restantes jusqu’à ce que le contrat arrive à terme.
Faites bien attention à la date à laquelle vous envoyez votre demande de résiliation. La plupart du temps vous devez informer votre FAI de votre intention de mettre fin au contrat dans un délai d’un ou deux mois avant la date anniversaire.

Les exceptions pour résilier internet sans frais

Si vous disposez d’un motif légitime, il vous est possible de résilier votre abonnement internet, même si votre contrat n’arrive pas encore à terme, et ce, sans devoir payer des pénalités. Voici les cas pour lesquelles votre demande de résiliation avant terme est exempte de frais de pénalités :

Perte d’emploi ou mutation professionnelle : si vous perdez votre emploi ou si votre employeur décide de vous envoyer vers une autre filiale de l’entreprise, vous pouvez résilier votre abonnement internet sans pénalité. Mais pour cela, vous devez disposer de pièces justificatives.

Déménagement, à condition toutefois que l’endroit où vous habitez ne vous permette pas de bénéficier d’une offre internet similaire (par exemple, si la fibre n’est pas disponible dans votre nouveau logement).

Surendettement ou faillite personnelle : il est évident que si votre situation financière est précaire, vous êtes en droit de demander une résiliation de votre abonnement.

Redressement judiciaire de votre entreprise.

Modifications apportées aux conditions générales de votre contrat : si celles-ci ont été changées et ne vous conviennent plus, vous êtes en droit de résilier votre engagement. Le fournisseur ne pourra pas vous réclamer des pénalités.

Non-respect du contrat par le fournisseur : si le FAI a failli à son obligation de résultat, vous pouvez mettre un terme à votre contrat. Dans ce cas, il ne s’agit pas réellement d’une résiliation mais d’une résolution d’abonnement internet.

 
Poster un commentaire

Publié par le 4 septembre 2015 dans FAI, Internet

 

Étiquettes : , , ,

Roaming – Free Mobile couvre désormais tous les pays de l’Union européenne

 

Source : ZDNet

Business : Passer et recevoir des appels (ainsi que surfer sur Internet) depuis les 28 pays de l’UE est désormais inclus 35 jours par an dans le forfait à 19,99 euros par mois de l’opérateur. Autre nouveauté : aucune condition d’ancienneté n’est exigée.

En matière de roaming, Free Mobile appuie sur l’accélérateur. On avait pris l’habitude du traditionnel communiqué de presse du mardi, ajoutant chaque semaine un nouveau pays pris en charge par le forfait à 19,99 euros par mois du trublion.

Mais est-ce l’approche des congés d’été, ou la décision de l’Europe de mettre fin totalement aux frais de roaming le 15 juin 2017, mais Free Mobile annonce aujourd’hui que tous les pays de l’UE, à savoir 27 Etats (sans compter la France) sont désormais inclus dans son forfait.

Les appels depuis ces pays et vers la France, les SMS, MMS et l’internet mobile en 3G le sont concernés. Il en va de même pour les communications reçues (appels, SMS & MMS). 

« En étendant ses « Pass Destination » à l’ensemble des pays de l’Union Européenne, Free démontre une nouvelle fois sa capacité à libérer les usages et à enrichir son offre en maintenant un prix inchangé », triomphe le groupe.

Fin globale du roaming en 2017

Autre nouveauté : aucune condition d’ancienneté n’est désormais exigée et s’applique dès aujourd’hui aux anciens comme aux nouveaux abonnés. Auparavant, cette possibilité n’était offerte qu’aux abonnés ayant au moins 60 jours d’ancienneté. Par contre, le roaming s’applique toujours 35 jours par an et par destination. Au-delà des 35 jours, les communications voix, SMS, MMS et Internet sont facturées aux tarifs en vigueur.

Outre les pays de l’Union européenne,  Free Mobile offre le roaming en Israël, dans les Antilles et Guyane Française, et au Canada.

Rappelons que le « roaming » va complètement disparaitre à compter du 15 juin 2017, après la conclusion d’un accord entre le Parlement européen et les Etats membres. A cette date, les appels reçus et passés, ainsi que l’Internet mobile depuis un pays de l’union ne seront plus surfacturés. Il seront considérés comme du surf ou des appels nationaux.
En attendant, l’accord prévoit aussi une dernière baisse de ces frais à compter du 30 avril 2016 (avec l’instauration d’un surcoût maximal de 0,05 euro par minute d’appel, 2 cents pour les SMS), ainsi qu’un volet sur la neutralité d’internet et des garanties exigées des opérateurs sur la qualité des connexions.

 
 

Étiquettes : , ,

Orange s’offre Atheos, spécialiste de la cyber défense

 

Source : ZDNet

Sécurité : Atheos se présente comme un acteur majeur de la gestion des identités et de la sécurité des systèmes d’information en France. Le montant de la transaction n’a pas été révélé.

Olivier Chicheportiche

Par Olivier Chicheportiche

La sécurité des systèmes d’information est devenue un enjeu prioritaire, surtout lorsqu’il s’agit d’infrastructures stratégiques. Orange Business Service a donc décidé de renforcer son offre en la matière en annonçant l’acquisition du français Atheos pour un montant non communiqué.

"Orange Business Services devient ainsi la plus importante société de services européenne dans le marché de la cyber défense, renforçant son positionnement d’acteur majeur dans ce domaine sur le plan mondial", explique la filiale Entreprises de l’opérateur historique, sans toutefois étayer cette affirmation.

Créée en 2002, Atheos est spécialisé dans la gestion des identités et de la sécurité des systèmes d’information en France. Elle compte aujourd’hui 130 consultants experts en cyber sécurité "qui accompagnent les grandes entreprises françaises dans la définition, la mise en œuvre et le contrôle de leur stratégie de défense".

Cyber défense active

Cette acquisition permet à l’opérateur de se positionner dans le contrôle d’accès et la lutte contre les fuites d’information et la cyber défense active (identification avancée des failles et des vulnérabilités, détection et interprétation des signaux faibles d‘attaque, gestion des crises et intervention sur site).

Désormais, OBS estime proposer "une approche globale de la sécurité en développant des solutions de sécurité managées et intégrées dans 220 pays et territoires. Ces solutions couvrent les besoins de sécurité des infrastructures et des utilisateurs, et sont supervisées 7 jours/7 et 24 heures/24 à partir de huit Security Operations Centres (SOC) répartis dans le monde".

Cette approche globale est désormais réunie sous la bannière "Orange Cyber Défense".

"Nous sommes ravis d’accueillir les équipes d’Atheos dont l’expertise de très haut niveau et les méthodes éprouvées apportent une grande valeur à notre portefeuille de services. Les services de sécurité sont une priorité stratégique pour Orange Business Services car c’est un enjeu majeur pour nos clients. Avec cette acquisition, nous sommes désormais le seul acteur à l’échelle européenne capable d’accompagner les entreprises sur toutes les dimensions d’une stratégie de sécurité et de sa mise en œuvre opérationnelle", commente Thierry Bonhomme, Directeur Exécutif d’Orange Business Services.

 
Poster un commentaire

Publié par le 7 janvier 2014 dans Antivirus, FAI, Internet

 

Étiquettes : , , ,

SFR baisse ses prix pour Noël

 

Source : Radin.com

L’opérateur français SFR lance une box en partenariat avec Google et procède à une réduction plus nette de ses tarifs pour Noël. Il s’agit d’une offre exceptionnelle pour l’année

Lancement de la box

Pour Jean-Yves Charlier, le PDG, SFR est le pionnier des décodeurs TV Google couplé de YouTube et de Google Play en France, et le premier à lancer une " Google Box " en Europe.
Avec cette nouvelle box, le consommateur a accès aux services télévisés de SFR, avec la TNT, l’accès au programmes télévisés en " replay ", la vidéo à la demande. Et ce n’est pas tout ! Cette box permet un accès direct au service de YouTube et à celui de Google Play.
Il vous sera alors possible de suivre la télé sur votre iPhone ou votre tablette et d’enregistrer des émissions que vous suivrez plus tard. Pour l’avoir, vous dépenserez seulement 29,99 euros par mois, et 3 euros pour le forfait internet Fixe.

SFR baisse ses prix

Il s’agit d’une promotion exceptionnelle des offres de SFR sur l’Internet Fixe. Cette promotion dure jusqu’au 22 décembre. 29,99 euros sont à payer par mois pour 2 formules carrées 4G dans un même foyer, avec durée illimitée.
Et pour s’abonner à la box SFR et à Canal+, vous payez seulement 29,99 euros pendant 12 mois et 37,99 euros pour une durée illimitée.
Avec cette promotion, SRF veut aider les foyers qui n’arrivent pas à suivre la télé sur internet par manque de débit.
Voilà un moyen pour l’opérateur des télécoms de souhaiter de joyeuses fêtes de fin d’année à ses clients !

 
Poster un commentaire

Publié par le 21 novembre 2013 dans FAI, Google, Internet, SFR, Télévision, Wi-Fi

 

Étiquettes : , , , , , ,