RSS

Archives de Catégorie: Messagerie

5 alternatives libres à Skype

 

Source : ZDNet

Technologie : Longtemps présenté comme l’outil indispensable pour faire des vidéoconférences ou de la messagerie instantanée, Skype a été détrôné pour certaines fonctions, mais pas toutes. Voici cinq solutions issues du monde open source pour s’en débarrasser totalement.

Que ce soit pour vos réunions d’équipes en télétravail, pour interviewer à distance un candidat ou simplement communiquer en déplacement, Skype a longtemps été indétrônable. Mais si vous ne voulez pas dépendre de Microsoft ou d’un autre éditeur pour vos communications, voici quelques solutions issues du monde open source, même si certaines sont proposées par des sociétés faisant payer une partie du service (le plus souvent le support).

Pidgin : l’ancêtre pour la messagerie

Conçu à la base pour pouvoir discuter avec ses amis quelque soit le protocole de messagerie instantanée qu’ils utilisaient (bien avant l’avènement des réseaux sociaux donc), Pidgin est toujours très actif dans les mondes Windows, Linux, ou Unix, en particulier parce qu’il offre une solution chiffrée de bout en bout et est facile d’utilisation. En revanche, sans plug-ins dédiés il ne propose aucune solution de conférence audio ou vidéo.

Suivant les protocoles choisis par vos interlocuteurs, vous pouvez y ajouter les plug-ins correspondants et avoir dans certains cas ces fonctions. A noter pour les utilisateurs Apple, Pidgin recommande Adium comme solution de remplacement.

Aller plus loin sur le site de Pidgin

Riot : la solution à la mode

Se voulant à l’origine une alternative à Slack, Riot est un couteau suisse de la communication : groupes de messagerie par équipe ou sujet dédié, outils de conférence vidéo ou audio, partage de fichiers, notifications…

Il fait tout et plus encore : il intègre différents outils, s’interface à d’autres outils de communication, et peut s’utiliser à partir du navigateur ou d’une application (sous macOS, Windows ou Linux comme sous iOS ou Android), et chiffrement de bout en bout des conversations et des fichiers échangés (en bêta). Et il est gratuit.

Aller plus loin sur le site de Riot

Linphone : la solution mobile

Pour les grands nomades, voici une solution de VOiP permettant la vidéo et la messagerie, principalement sur les appareils mobiles (smartphones ou tablettes, y compris celles sous Windows 10 et pour Blackberry 10), mais existant également en version desktop pour macOS, Windows ou Linux.

Il permet de communiquer en audio, en vidéo pour par textos, et permet la création de groupes de discussions, ainsi que l’envoi de fichiers joints. Le système, à la différence de Signal ou de WhatsApp, peut même s’utiliser en mode dégradé pour la voix et les appels par-dessus des réseaux 2G.

Aller plus loin sur le site de Linphone

Ring : une autre solution sur IP

Si vous ne souhaitez pas utiliser Linphone, vous pouvez jeter un œil à Ring. Les différences entre les deux solutions tiennent surtout entre le type d’appareils supportés, les langues supportées, et l’usage. L’avantage principal mis en avant par Ring est le respect de la vie privée de ses utilisateurs.

Et la possibilité désormais d’enregistrer ses appels vidéo. Toutefois, attention ce logiciel est toujours en version alpha et donc certaines fonctionnalités aussi simples que l’enregistrement de l’identifiant Ring de ses contacts ne sont toujours pas faciles à faire.

Aller plus loin sur le site de Ring

Jitsi : à télécharger ou en ligne

Si vous voulez une solution réellement simple, sans installation, notez juste l’adresse ci-dessous et en arrivant sur la page d’accueil cliquez sur Start a call, vous verrez un lien, un numéro de téléphone et un mot de passe à envoyer aux autres participants qui voudront se joindre à la conversation.

Vous pouvez également enregistrer vos appels ou les diffuser en direct, partager des documents ou des vidéos YouTube. Et si vous préférez avoir une application dédiée, c’est possible sur votre smartphone ou votre ordinateur sous Linux.

Aller plus loin sur le site de Jitsi


Publicités
 
2 Commentaires

Publié par le 10 juillet 2018 dans Internet, Messagerie, Réseau social

 

Étiquettes : , ,

Skype : la nouvelle interface fait ses premiers pas en preview

 

Mise à jour : Microsoft présente aujourd’hui sa nouvelle interface desktop pour Skype, pour l’instant en preview. Une nouvelle interface regardée de près par les utilisateurs, après l’échec du redesign de la version mobile qui n’a pas vraiment convaincu son audience.

Après la version mobile, Microsoft se décide à donner un coup de pinceau à la version desktop de son application de VoIP Skype. Pour l’instant, cette nouvelle interface n’est accessible qu’en version preview et Microsoft entend encore améliorer sa copie avant de publier une version finale.

Comme l’explique l’éditeur dans un post de blog, cette nouvelle version de l’interface apporte principalement des améliorations aux fonctions de messagerie et de chat de groupe sur Skype. Parmi les nouvelles fonctionnalités, Skype bénéficie ainsi d’une meilleure gestion du partage de photo. Il est possible désormais de retrouver facilement l’ensemble des photos envoyées sur le groupe ou la conversation, ainsi que des fonctionnalités de partage d’écran.

Outre cet aspect, cette mise à jour marque également l’arrivée des mentions directement inspirées de Twitter, mais aussi de plusieurs améliorations dans la gestion des notifications et des conférences vidéo.

Les travers de Skype mobile évités

La mise à jour desktop reprend donc plusieurs éléments que les utilisateurs avaient déjà pu voir dans la version mobile de l’application. Mais Microsoft a pris bonne note de la fronde ayant contesté les choix de design retenus pour l’application mobile et semble avoir pris soin de concentrer l’essentiel des améliorations sur les fonctions liées à l’activité historique de Skype : les discussions et visioconférences.

L’application mobile tentait de se placer à mi-chemin entre l’application de messagerie et le réseau social, en proposant notamment un feed permettant de retrouver les highlights, de courtes publications des utilisateurs. Rien de tout cela dans la version desktop, qui reste concentrée sur son rôle de messagerie.

Skype connaît depuis quelque temps de lourds changements, que cela soit au niveau de son interface ou de son architecture interne. L’application est en effet encore en période de transition technologique et tente le passage d’une architecture entièrement basée sur le P2P à une architecture basée sur le cloud.

L’éditeur de l’application pionnière de la VoIP font également face à une concurrence accrue alors que de nouveaux acteurs arrivent tous les jours sur le marché des applications de messagerie mobiles et desktop.

 
Poster un commentaire

Publié par le 21 août 2017 dans Internet, Messagerie, Microsoft, Skype

 

Étiquettes : ,

Outlook : Microsoft annule des mises à jour pleines de bugs

 

Source : ZDNet

Mise à jour : Microsoft revient sur plusieurs mises à jour d’Outlook diffusée en juin. Ces correctifs introduisaient des bugs avec le logiciel de messagerie. Un nouveau patch est disponible pour corriger le problème.

Microsoft fait marche arrière sur trois mises à jour d’Outlook diffusée au cours du mois de juin. Ces trois patchs étaient destiné à Office 2010, 2013 et 2016 et visaient à corriger un bug provoqué par les pièces jointes utilisant certains types de ponctuation dans le nom des fichiers. Lorsque l’utilisateur cliquait sur la pièce jointe, celle ci refusait purement et simplement de s’ouvrir. Microsoft a donc publié les patchs KB4011042, KB3191849 et KB3213654 afin de résoudre le problème.

Malheureusement, au lieu de corriger le bug, ces patchs l’ont aggravé : une fois les patchs installés, non seulement l’utilisateur ne pouvait pas ouvrir les pièces jointes fautives, mais cliquer sur l’une d’entre elle provoquait également le crash de l’application Outlook. Plutôt décevant pour un correctif.

En attendant un patch

Microsoft a donc retiré les trois mises à jour posant problèmes de ses services, et conseille directement de désinstaller manuellement les mises à jour problématiques en attendant un nouveau correctif venant résoudre le problème pour de bon.

Le lièvre a été levé par des utilisateurs du forum reddit, qui ont constaté les bugs liés aux nouvelles mises à jour. Selon un communiqué de Microsoft relayé par les utilisateurs, une nouvelle version du correctif est dans les cartons et sera publié par Microsoft dès que possible.

Ce n’est pas la première fois que Microsoft se retrouve avec une mise à jour problématique sur les bras : au début du mois de juin, l’éditeur s’était déjà excusé après avoir poussé vers ses utilisateurs des mises à jour non fonctionnelles à destination de membres du programme Windows Insider. Celles ci rendaient la machine complètement inutilisable.

 
Poster un commentaire

Publié par le 18 juillet 2017 dans Messagerie, Microsoft, Outlook.com

 

Étiquettes : , ,

Cyberattaque mondiale : que faire pour protéger votre ordinateur ?

 

Source : Planet.fr

Publié par Salomé Garganne le Lundi 15 Mai 2017 : 12h21

Cyberattaque mondiale : que faire pour protéger votre ordinateur ?

Dès vendredi, un virus informatique s’est propagé à travers le monde touchant 200 000 ordinateurs. Le point sur cette attaque informatique sans précédent et les conseils pour éviter d’être infecté.

Une attaque d’une ampleur considérable. Vendredi, un virus nommé « WannaCry » (« Tu veux pleurer » en français) a été utilisé pour attaquer des ordinateurs dans le monde en entier. En tout, près de 200 000 machines dans au moins 150 pays ont été touchées jusqu’ici, rapporte Francetvinfo.

Ce virus est un logiciel de racket numérique, « ransomware » (« rançongiciel » en français). Il chiffre les données de votre ordinateur et rend inaccessibles les fichiers tant qu’une rançon de 300 à 600 $, en monnaie virtuelle, n’a pas été payée. Si l’argent n’est pas versé dans les sept jours, l’ensemble des fichiers est effacé. Ce virus exploitant une faille de sécurité dans le système de Windows, plusieurs astuces peuvent vous permettre d’empêcher la propagation de ce logiciel malveillant.

A lire aussi – Un virus informatique dangereux circule sur Gmail, attention !

Mettez à jour votre système d’exploitation et votre navigateur internet

Europol, l’agence de coopération des polices européennes, a fait plusieurs recommandations, rapportées par Francetvinfo. La mise à jour de votre système d’exploitation est conseillée, ainsi que celle de votre navigateur internet et vos applications. Il est également plus prudent d’installer un antivirus et un pare-feu sur votre ordinateur.

L’agence suggère également de ne télécharger que des logiciels depuis des sites internet sécurisés, de ne cliquer sur aucun lien ou bannière publicitaires, susceptibles de mener vers des sites malveillants et de ne pas ouvrir les mails de personnes inconnues. La sauvegarde de vos données sur un support externe est également recommandée.

Parmi les victimes de l’attaque, on compte des hôpitaux britanniques, le système bancaire russe, l’entreprise ferroviaire allemande Deutsche Bahn ou encore le constructeur automobile français Renault, qui a temporairement arrêté la production sur son site de Douai, dans le Nord. Si pour l’instant, la propagation a été stoppée, les experts conseillent de rester vigilant. « Nous ne sommes pas à l’abri qu’une nouvelle vague survienne lundi », a déclaré Gérôme Billois, expert en cybersécurité, sur LCI.

 

Étiquettes : , ,

WannaCrypt : attaque massive et sans précédent contre des milliers d’entreprises dans le monde

Source : ZDNet

Sécurité : Renault, FedEx mais aussi des hôpitaux ont été visés par une attaque coordonnée qui exploite des failles pourtant corrigées depuis mars. Microsoft est sur le pont avec des patchs en urgence.

C’est une attaque sans précédent qui se propage depuis vendredi contre des milliers d’entreprises et institutions principalement européennes. 80 pays seraient concernés par cette offensive coordonnée et massive touchant des firmes comme Renault en France, Telefonica en Espagne, FedEx ou encore des hôpitaux en Angleterre, des écoles, des universités. Des dizaines de milliers de machines auraient été touchées à travers plus de 45.000 attaques.

De quoi provoquer des blocages partiels ou total d’activité. Chez Renault, la production a ainsi du être arrêtée par précaution sur certains sites comme Sandouville en attendant de pouvoir débloquer les PC infectés.

C’est un ransomware qui est à l’origine de cette attaque : WannaCrypt (également connu sous les noms Wcry, WanaCry, WanaCrypt, Wanna Decryptor) qui une fois installé bloque l’accès aux fichiers et exige une rançon (300 dollars) pour rendre sa liberté au système. Comme d’habitude, c’est par une vaste campagne de phishing par email que le ransomware s’est retrouvé dans de nombreux PC.

WannaCrypt exploite une faille dans Windows corrigée pourtant depuis mars dernier et divulguée par les désormais célèbres Shadowbrokers. Kaspersky détaille :

« L’attaque est initiée via l’exécution à distance d’un code SMBv2 dans Microsoft Windows. Cet exploit (nom de code : “EternalBlue”) a été mis à disposition en ligne via le dump de Shadowbrokers le 14 avril 2017 et corrigé par Microsoft le 14 Mars. Il semblerait que beaucoup d’entreprises n’aient pas installé le correctif. Kaspersky Lab a dénombré plus de 45 000 attaques du ransomware WannaCry dans 74 pays à travers le monde, principalement en Russie. Il est important de noter que la visibilité de Kaspersky Lab peut être limitée et incomplète. Cela signifie que le nombre et l’éventail de victimes sont probablement bien plus larges ».

Rappelons que cette faille avait été exploitée par la NSA et que son outil d’exploitation avait fuité il y a quelques semaines, toujours grâce aux Shadowbrokers. Des pirates s’en sont donc rapidement emparé pour mener cette attaque.

L’existence d’un patch ne veut donc pas dire qu’il est appliqué partout, la preuve. Toutes les entreprises touchées, comme Renault en France, n’avaient visiblement pas pris au sérieux le bulletin de sécurité de Microsoft estampillé MS-17-010. Et le constructeur n’est pas le seul à avoir oublié ce correctif pourtant critique.

Le cas Windows XP

D’un autre côté, nombre de ces entreprises utilisent encore l’ancien Windows XP qui n’est plus supporté par Microsoft et qui ne bénéficiait donc pas de ce correctif salvateur. Une vraie porte ouverte pour les pirates. Idem pour Windows 8 et Server 2003.

En France, l’ANSSI a émis une alerte, et conseille en cas d’infection d’un système « de l’isoler, voire de l’éteindre le temps d’appliquer les mesures nécessaires ». Dans le même temps, Microsoft prend l’affaire très au sérieux et a décidé de donner un coup de main aux entreprises et institutions touchées en diffusant exceptionnellement un patch pour Windows XP, Windows 8 et Windows Server 2003. Face à l’ampleur de l’attaque, Redmond n’avait pas le choix.

Microsoft précise que « les clients utilisant Windows 10 n’ont pas été affectés par cette attaque aujourd’hui ».

La propagation de l’attaque serait aujourd’hui en voie d’être stoppée grâce à la mise en place de ces contre-mesures et à l’intervention d’un chercheur en sécurité qui a accidentellement trouvé le moyen d’actionner un mécanisme d’autoblocage.

Selon le Monde : « le chercheur en sécurité informatique anonyme, connu uniquement par son pseudonyme sur les réseaux sociaux, MalwareTech, a découvert dans la nuit de vendredi à samedi l’adresse d’un site Internet dans le code du logiciel. Le virus tentait de se connecter à ce site lors de sa diffusion ; si le site était injoignable, il poursuivait sa propagation. Ayant constaté que le nom de domaine était à vendre, MalwareTech l’a simplement acheté, activant sans s’en rendre compte le mécanisme d’urgence qui semblait avoir été prévu par les créateurs du logiciel et stoppant sa propagation ».
Nous sommes sur la pente descendante, les nouvelles infections sont très rares », a d’ailleurs constaté Vikram Thakur, chercheur chez Symantec, interrogé par le Guardian. De quoi permettre de circonscrire l’attaque à l’Europe, les Etats-Unis ayant été relativement préservés.

Reste que les machines bloquées restent bloquées, il faudra donc attendre de trouver un moyen de déchiffrer les fichiers des PC infectés. Ou payer (ce qui n’offre aucune garantie de déblocage).

 

Étiquettes : , ,