RSS

Archives de Tag: divers

Antennes Mobiles

Source : Antennes mobiles.fr

Rendez-vous sur la source pour interagir

Bouygues Telecom Free Mobile Orange SFR

Géolocalisation (cocher la géolocalisation)

2G 3G 4G FH

Fréquences : 700 MHz 800 MHz 900 MHz 1800 MHz 2100 MHz 2600 MHz – Activée :

 

Orange SFR Bouygues Telecom Free Mobile

© 2016 – Tous droits réservés Données mises à jour le 2016-07-29 – Afficher : nouvelles antennes / antennes modifiées

 
Poster un commentaire

Publié par le 10 août 2016 dans Général

 

Étiquettes :

OpISIS : Anonymous bombarde les islamistes sur les réseaux sociaux

 

Source : ZDNet

Sécurité : Les attaques (#OpISIS), notamment sur les réseaux sociaux, lancées par Anonymous après les attentats de janvier vont continuer. Des comptes Twitter ont été fermés et des pages Facebook de partisans présumés des terroristes sont dénoncées.

A l’occasion des attentats de Paris, le collectif Anonymous avait promis une riposte et lancé des attaques (plus ou moins ciblées) contre des sites qualifiés d’islamistes, ainsi que des comptes de réseaux sociaux appartenant à des extrémistes présumés.

Les membres d’Anonymous n’en ont toujours pas terminé avec ces attaques. Dans une vidéo mise en ligne sur YouTube, ces derniers assurent que l’opération #OpISIS se poursuit. La vidéo contient par ailleurs un lien vers Pastebin.

Comptes dénoncés et défense qui s’organise

Sur ces pages, les membres revendiqués du collectif Anonymous listent une série de comptes Twitter dont les auteurs sont suspectés d’entretenir des liens avec le mouvement Etat islamique (ISIS). Ces comptes sont suspendus, quand d’autres demeurent actifs.

Sont également listés des comptes Facebook. Pour les auteurs de la vidéo Anonymous, ces comptes appartiennent à des personnes « suspectées d’avoir entretenu des contacts avec les terroristes (ISIS) en Syrie et en Irak ». Et cela ne « nuira pas de garder un œil sur eux ».

Un des comptes dénoncés appartiendrait même, selon ces membres revendiqués d’Anonymous, à une femme agissant comme recruteuse pour le mouvement terroriste état islamique, « lavant le cerveau des jeunes » afin qu’ils aillent combattre en Syrie.

Les hackers assurent donc que ces opérations sur les réseaux sociaux ne font que commencer. Selon Hacker News, des milliers de comptes sur ces services en ligne relaient toujours les messages d’EI. Le groupe terroriste aurait en outre fait circuler un guide destiné à prévenir les fermetures de comptes.

 
Poster un commentaire

Publié par le 10 février 2015 dans Divers, Internet

 

Étiquettes : , , , , ,

Meilleurs Vœux pour 2015

A vous toutes & tous, nos chers lecteurs, tous nos vœux de réussite dans tout ce que vous entreprendrez. Demain doit toujours être une promesse de bonheur et d’épanouissement personnel.

bv000006

 
2 Commentaires

Publié par le 3 janvier 2015 dans Général

 

Étiquettes :

Un «violeur» récidiviste de juments arrêté dans la Drôme

 

 

Source : Le Parisien.fr

 

ILLUSTRATION. Un homme a été arrêté ce matin dans la Drôme, suspecté d'avoir violé trois juments lundi dernier. Il avait déjà reconnu des faits similaires devant les gendarmes deux semaines auparavant.

ILLUSTRATION. Un homme a été arrêté ce matin dans la Drôme, suspecté d’avoir violé trois juments lundi dernier. Il avait déjà reconnu des faits similaires devant les gendarmes deux semaines auparavant. | JEAN FRANCOIS MONIER / AFP

Dans le paisible village de Mercurol, dans la Drôme, on nage dans le sordide ces derniers temps. Un homme suspecté d’avoir «violé» des juments au cours des derniers mois, et qui devait en répondre devant la justice à l’automne prochain, a récidivé cette semaine, révèle le Dauphiné Libéré.

Confondu par un système de vidéo protection mis au point par les éleveurs suspicieux, il a été interpelé et placé en garde-à-vue ce mercredi.
Le 15 mai dernier, le quotidien local révélait déjà qu’un habitant du village voisin avait été interpelé par les gendarmes, et reconnu avoir violé deux juments dans un champ situé sur la commune de Mercurol. Ce sont les éleveurs eux-mêmes, après avoir découvert des éléments suspects, qui avaient installé une caméra à proximité et avaient ainsi pu apporter à la gendarmerie les séquences vidéos pour le moins obscènes. Reconnu et confondu par la gendarmerie, l’homme devait ainsi répondre dans quelques mois des faits de sévices de nature sexuelle sur animaux apprivoisés devant la justice à l’automne prochain, un délit passible de 2 ans d’emprisonnement et de 30000€ d’amendes.
Mais les éleveurs n’étaient pas au bout de leur peine. Lundi soir dernier, l’un d’eux, qui avait ré-enclenché la caméra infrarouge à cause d’un «mauvais pressentiment», s’est en effet rendu compte que le matériel utilisé par le violeur (tabouret, sangles…), resté sur place depuis la dernière fois, avait disparu. Soupçonnant le suspect d’être de nouveau passé par là, l’homme excédé a donc décidé de visionner les dernières séquences filmées par son dispositif, et découvert de nouvelles scènes scabreuses, avec cette-fois ci trois juments. Les clichés ont été de nouveau apportés à la gendarmerie, qui a procédé ce mercredi à son arrestation.

 
Poster un commentaire

Publié par le 30 mai 2013 dans Divers

 

Étiquettes : ,

Le 7e continent de plastique : ces tourbillons de déchets dans les océans

 

Source : Le Monde

Des déchets plastiques au large des Açores en février 2010.

Le "7e continent de plastique". On le décrit comme une immense plaque de déchets évoluant dans le nord de l’océan Pacifique, de la taille d’un tiers des Etats-Unis ou de six fois la France. Aussitôt se forme à l’esprit l’image d’un gigantesque amas compact de sacs plastiques, bouteilles, filets et autres bidons…

En réalité, ce phénomène, qui effraye et fascine à la fois, ressemble plus à une "soupe de plastique" constituée de quelques macro déchets éparses, mais surtout d’une myriade de petits fragments. "L’image d’un continent sert à sensibiliser le grand public, mais ne rend pas compte de la réalité, explique François Galgani, océanographe et chercheur spécialiste des déchets à l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer). Il s’agit plutôt d’une multitude de micro-plastiques, d’un diamètre inférieur à 5 mm, en suspension à la surface ou jusqu’à 30 mètres de profondeur, difficiles à voir de loin. Mais quand on puise dans l’eau, on en remonte une quantité impressionnante." Ce que confirme, dans cette vidéo, Isabelle Taupier-Letage, chef scientifique de l’expédition Tara Océans :

Cette pollution, invisible depuis l’espace, se retrouve dans cinq grand bassins océaniques, au sein du Pacifique Nord, mais aussi du Pacifique Sud, de l’Atlantique Nord et Sud et de l’océan Indien. Ces zones sont en effet caractérisées par la rencontre de courants marins qui, influencés par la rotation de la Terre, s’enroulent dans le sens des aiguilles d’une montre dans l’hémisphère nord, et en sens inverse dans l’hémisphère sud, selon le principe de la force de Coriolis, et forment d’immenses vortex appelés gyres océaniques. La force centripète aspire alors lentement, en plusieurs années, tous les détritus qui flottent sur l’eau vers le centre de la spirale, où ils s’amalgament et d’où ils ne sortent jamais.

D'immenses plaques de déchets flottent sur tous les océans du monde

"LA GRANDE POUBELLE DU PACIFIQUE"

La première plaque de déchets, et la plus importante, a été découverte par hasard par le navigateur Charles Moore en 1997. Au retour d’une course à la voile entre Los Angeles et Honolulu, l’explorateur avait décidé de prendre une route habituellement évitée par les marins, au centre de la gyre du Pacifique Nord, où les pressions sont hautes et les vents faibles. "Jour après jour, je ne voyais pas de dauphins, pas de baleines, pas de poissons, je ne voyais que du plastique", se souvient-il.

Débute alors sa lutte contre le plastique. Charles Moore met à contribution les scientifiques de son ONG, l’Algalita Marine Research Foundation, pour mettre au point une méthode de quantification des déchets en filtrant l’eau des océans. Sept expéditions sont menées dans cette zone de 3,4 millions de km2, que l’on surnomme rapidement le "Great Pacific Garbage Patch" (la "grande poubelle du Pacifique"). L’équipe y dénombre 334 271 fragments de plastique par km2 en moyenne, avec des pics à 969 777 fragments par km2. La masse de plastique y est six fois plus élevée que celle du plancton, pour un poids estimé de plusieurs dizaines de milliers de tonnes à plusieurs millions, selon différentes études, dont les modes de calcul et résultats divergent.

Afin de mieux connaître cette zone encore largement inexplorée, car trop vaste, une nouvelle expédition scientifique, française cette fois, est en préparation. Le skipper guyanais Patrick Deixonne, membre de la Société des explorateurs français et fondateur de l’entreprise d’expéditions Ocean Scientific Logistic, doit ainsi partir de San Diego d’ici à la fin mai pour un périple d’un mois et 2 500 milles entre la Californie et Hawaï. "Notre but est d’alerter sur la pollution sournoise en cours dans cette zone, qui s’avère très peu médiatisée en Europe", explique l’explorateur. Le bateau, une goélette des années 1930, sera guidé par des satellites pour se rendre là où la concentration de déchets est la plus forte afin d’en mesurer la densité, avec des prélèvements d’eau, de plancton et de fragments, puis de cartographier les zones polluées.

PLAQUES DE L’ATLANTIQUE ET DE LA MÉDITERRANÉE

Des recherches sont également menées dans les autres océans. En 2010, une nouvelle plaque de déchets, celle de l’Atlantique nord (The North Atlantic Garbage Patch), est découverte au large des Etats-Unis par une équipe de chercheurs de la Sea Education Association, une organisation privée de recherche, de la Woods Hole Oceanographic Institution, plus grand institut mondial privé d’études océanographiques à but non lucratif, et de l’université de Hawaï, dont les conclusions sont publiées dans la revue américaine Science. Résultat : dans cette zone, d’une taille comparable à celle de sa voisine du Pacifique, les eaux renferment jusqu’à 200 000 débris par km2. "Le poids total des déchets ne dépasse toutefois pas les 1 100 tonnes de plastique", note François Galgani.

Des micro-fragments de plastiques collectés lors d'expéditions scientifiques dans le gyre de l'Atlantique nord.

Le chercheur est à l’origine d’une autre expédition, en Méditerranée cette fois. Si aucun gyre permanent n’y existe, des tourbillons ponctuels et les importants rejets des Etats côtiers entrainent aussi une accumulation de détritus. En 2010, l’expédition MED (Méditerranée en danger) évalue à une moyenne de 115 000 particules par km2 les déchets qui contaminent la mer. "Là encore, le poids total de ces plastiques est moins impressionnant : 600 tonnes, à raison d’une moyenne de 1,8 mg par déchet. Mais le risque, c’est de voir ces quantités augmenter considérablement avec le temps, la Méditerranée étant quasi-fermée", explique François Galgani.

AGGRAVATION DU PROBLÈME

Les déchets qui peuplent les océans proviennent en effet à 80 % des terres, portés par le vent ou les rivières – le reste tombant des navires de commerce. Jusqu’alors, les débris flottants étaient détruits par les micro-organismes, mais cela n’est plus le cas avec l’arrivée des plastiques, essentiellement du polyéthylène, du polypropylène et du PET, qui constituent 90 % des déchets maritimes. Or, ces quantités ne cessent d’augmenter. On estime que 300 millions de tonnes de plastique sont produites chaque année dans le monde, dont près de 10 % finissent dans les océans. Le modèle ci-dessous, réalisé par le site de recherche 5gyres, montre que la concentration de déchets va aller grandissante au cours de la décennie :

VIDEO INDISPONIBLE

 

Une preuve de cette aggravation du phénomène vient d’être apportée par une nouvelle étude de l’université de Californie à San Diego, publiée mercredi 9 mai par la revue Biology Letters de la Royal Society britannique. Selon les chercheurs, la concentration de micro plastiques a été multipliée par cent au cours des quarante dernières années dans le gyre subtropical du Pacifique nord.

Or, ces plastiques mettent des centaines d’années à se dégrader. Et si la lumière du soleil photodégrade quelque peu les chaînes des polymères plastiques, en les fractionnant en morceaux, ce phénomène ne fait en réalité qu’empirer les choses. Devenu plus petit, le plastique constitue une grave menace pour la biodiversité : il peut ainsi être ingéré par les poissons, oiseaux et autres organismes marins, suscitant blessures et étouffements. Sans compter que ces déchets génèrent des substances toxiques dans les océans et peuvent créer un déséquilibre des écosystèmes.

Lire : "Les plastiques, des déchets néfastes pour les écosystèmes"

Que faire contre ces poubelles flottantes ? Si des opérations de nettoyage des gyres ont déjà été entreprises ou sont à l’étude, comme le projet américain Kaisei, la tâche paraît titanesque étant donné l’ampleur des zones contaminées et le nombre de micro-fragments. D’autant que ces déchets se trouvant essentiellement hors des eaux nationales et des Zones économiques exclusives, aucun Etat ne veut en assumer la responsabilité ni le coût.

"Le plus accessible serait de se concentrer sur le nettoyage des canaux et rivières qui débouchent dans les océans, ainsi que les plages, afin de prévenir une accumulation de déchets plus au large et en profondeur, explique Marieta Francis, directrice exécutive de l’Algalita Marine Research Foundation. Mais l’essentiel est surtout de réduire la quantité de déchets produite, en limitant la consommation d’emballages, en les recyclant et les réutilisant au maximum et en recherchant d’autres alternatives, comme des plastiques biodégradables ou compostables, du papier ou de l’aluminium."

 
1 commentaire

Publié par le 9 mai 2012 dans Divers

 

Étiquettes : , , ,

« Ses cheveux ont blanchi en quelques jours »

 

NDLR : Signez la pétition

 

  

Institut pour la Justice – 140 bis, rue de Rennes – 75006 Paris
www.institutpourlajustice.comwww.publications-justice.fr

 

Maurice Boisart, élu dans le Nord, comparaissait vendredi pour avoir giflé un adolescent en août 2010

"Tout ça pour une baffe… qui était bien méritée"

Lorsque la reine Marie-Antoinette fut extraite de son cachot pour être guillotinée, la foule fut médusée : ses longs cheveux châtains étaient devenus blancs, en quelques jours.

C’est ce qui est arrivé à Maurice Boisard, maire de Cousolre, une petite commune du Nord. Sa vie a basculé lorsque cet honnête homme a été trainé devant un tribunal comme un vulgaire délinquant.

Le 24 août 2010, Maurice Boisard, élu de sa commune depuis trente ans, sans étiquette, surprend un jeune en train d’escalader le grillage entourant les bâtiments municipaux.

Ce grillage est tout neuf. Il a coûté 10 000 euros, une somme importante pour un village de 2500 habitants. L’attitude du jeune est d’autant plus suspecte que tous les jeunes de la commune savent qu’une clé est à leur disposition pour pénétrer dans les lieux.

Mais surtout, il se trouve que ce jeune est le chef d’une petite bande qui, depuis longtemps, empoisonne la vie des habitants.

Selon la presse locale, ils parlent fort, tard et traficotent sous les fenêtres. Les habitants se plaignent, à tel point que le Maire a été obligé de prendre un arrêté municipal interdisant les rassemblements à certains endroits du village, comme dans les pays en guerre ! (Nous sommes pourtant dans l’Avesnois, une région rurale réputée tranquille).

En rétorsion, les jeunes multiplient les provocations, insultes, bris de vitres, bouteilles d’alcool jetées sur la chaussée. Des tags agressifs maculent les murs de la commune un peu partout. Les vasques de fleurs sont piétinées. Les plaintes affluent au commissariat… qui est trop débordé pour réagir.

Le Maire organise alors un voyage pour les jeunes de la commune, espérant leur montrer sa bonne volonté.

Rien n’y fait. Le 18 juin 2010, le jeune chef de bande vient ouvertement provoquer le maire et rigoler pendant la commémoration avec les anciens combattants. Il se « met ostensiblement devant sa voiture lorsqu’il va chercher son petit-fils à la sortie de l’école communale » raconte le chroniqueur judiciaire du Monde.

La tension est d’autant plus forte dans la commune que le prédécesseur de Maurice à la mairie de Cousolre a démissionné en 2006 après avoir été battu à coups de manche de pioche pour avoir refusé un droit de stationnement à un forain.

Alors, ce jour-là, le maire décide de ne pas laisser passer. Il sort de la mairie et exige du jeune qu’il descende immédiatement du grillage, le menaçant de « l’emmener au poste ».

Devant une douzaine de copains, le jeune rétorque qu’il veut aller chercher un ballon « C’est pas toi qui va m’empêcher de faire ce que je veux ». « Il m’a insulté, m’a traité de ‘bâtard’ » raconte le Maire. Celui-ci décide de réagir et lui administre une gifle.

L’adolescent sort de ses gonds, les insultes pleuvent – "Fils de pute, je vais niquer ta mère, attends si t’es un homme, je vais te tuer". Mettant ses menaces à exécution, il cherche d’abord à le frapper à coup de poing, puis rentre chez lui, prend deux couteaux qu’il glisse dans ses chaussettes et revient sur la place de la mairie !!!

Il s’en faut d’un cheveu que l’irréparable soit commis : seule l’intervention de ses « copains » permet d’éviter le drame.

Quand les parents du jeune apprennent ce qui s’est passé, leur réaction est d’aller… porter plainte contre le Maire pour « violence ».

Et voilà que la Justice, parfois si peu pressée de défendre les citoyens, se saisit immédiatement du dossier. Maurice Boisard se retrouve au Tribunal, à la barre des accusés.

La scène est surréaliste : le Procureur Bernard Beffy l’accuse de s’être organisé pour pouvoir fanfaronner devant la Cour, faire parler de lui et se faire passer pour une « victime » !

Le journaliste du Monde raconte :

"Vous vouliez le tribunal, parce que vous vouliez une tribune !", lui lance le procureur. Il s’en prend avec la même agressivité aux élus – pour la plupart des maires sans étiquette de petites communes et d’autres, sympathisants ou militants du PS – venus soutenir leur collègue et à leur "corporatisme un peu primaire". Il ironise avec lourdeur : "On voudrait savoir, Cousolre, c’est Chicago des années 30 ? Heureusement que vous n’êtes pas maire de Montfermeil, Monsieur Boisard !"

Et la charge continue, sur le même ton.

Avez-vous mis en place un conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance ?

Mais on est une commune de 2 500 habitants…, souffle le maire.

Voulez-vous autoriser tous les maires de France à donner des gifles à leurs administrés, à rendre eux-mêmes la justice, à se voir confier des pouvoirs de shérif ?, poursuit le procureur.

A son banc, Maurice Boisard semble sonné. La voix du procureur résonne encore dans la salle : "Vous êtes quelqu’un de bien, et à 62 ans, vous êtes d’autant moins pardonnable de vous être laissé aller à un emportement contre un jeune de 16 ans, ces jeunes auxquels notre génération laisse si peu d’espoir… La jeunesse est insolente, turbulente, mais ce n’est pas une maladie !", tonne-t-il encore avant de requérir une peine de 500 euros contre le maire.

Deux semaines plus tard, la sanction tombe : le Tribunal a décidé d’aller plus loin encore que ne le réclamait le Procureur : non seulement il décide de condamner pénalement Maurice Boisart, qui se retrouve avec un casier judiciaire, mais il exige en plus qu’il verse 250 euros de dommages et intérêts au jeune voyou, et surtout de prendre à sa charge tous les frais de Justice !

L’assistance n’en croit pas ses oreilles. Maurice Boisart avait cru qu’il était de son devoir de « marquer une limite aux insultes à l’homme et à la fonction qu’il représente ».

Surtout, chacun réalise avec effroi que la Justice vient de retirer au Maire le peu d’autorité qu’il avait encore : « C’est une gifle qui coûte cher mais est-ce vraiment le plus important ? Si je suis condamné, les jeunes vont faire ce qu’ils veulent, les maires ne vont plus se retourner. On va faire jouer les assurances et puis c’est tout », déclare Maurice Boisart, ravagé. (La voix du Nord – 3 février)

Le constat est partagé par le maire PS de la commune voisine de Jeumont, dans le Nord, Benjamin Saint-Huile : « La sanction financière, on s’en moque (..). Le symbole, c’est vous, mesdames et messieurs les élus de la République, qui faites le choix de vous engager pour les autres. Quand vous aurez un problème, sachez qu’il faudra vous débrouiller, que l’institution judiciaire ne considérera pas que vous avez un statut particulier ».

Mais surtout, ce que vous devez savoir, c’est qu’en dehors de quelques réactions isolées, personne ne s’est exprimé publiquement pour défendre Maurice Boisart.

Aucune réaction massive n’a eu lieu dans la population, jusqu’à présent.

Le « jeune » va toucher son chèque, ses amis ricanent, Maurice Boisart est détruit. La fonction de Maire, en France, a perdu encore un peu de son prestige. D’autorité, il ne lui reste quasiment plus rien, et il est certain que, la prochaine fois qu’ils sont confrontés à des actes de vandalisme, l’ensemble des Maires de France se souviendront de ce qui est arrivé à leur collègue.

Tout ceci est inéluctable. Mais il reste un grand espoir :

L’affaire n’est pas tout à fait terminée. Maurice Boisart a fait appel.

Et cette fois, nous pouvons tout changer à ce procès en rassemblant des centaines de milliers de signatures pour le soutenir.

Oui, si vous signez la déclaration de soutien ci-dessous, et si vous passez ce message à tout votre carnet d’adresses, nous pouvons provoquer une vague de solidarité historique dans le pays.

Nous pouvons faire en sorte que Maurice se sache soutenu par des centaines de milliers de Français, et manifester publiquement notre réprobation la plus totale contre cette Justice-là qui marche à l’envers et qui nuit aussi directement à la paix et à la bonne entente dans notre pays.

Notre mobilisation commune, si elle est massive, changera complètement l’état d’esprit de Maurice Boisart. D’homme seul, abandonné de tous, il passera au statut de héros d’une cause qui nous appartient à tous.

L’Institut pour la Justice vous appelle donc solennellement à signer la déclaration officielle de soutien à Maurice Boisard, et à la faire signer par tout votre entourage.

Cela ne vous demandera qu’un instant, mais c’est un moyen concret de réparer, au moins partiellement, la bêtise et l’agressivité déplacée de ce fonctionnement-là de la Justice

S’il vous plaît, ne fermez pas cet email pour l’envoyer aux oubliettes. Ce serait un énorme gâchis. Puisque vous avez investi du temps pour lire ce message jusqu’ici, faites ce geste simple de signer la déclaration officielle de soutien au maire de Cousolre.

Alors merci de soutenir notre ami Maurice Boisart en signant maintenant la pétition (cliquer ici). C’est une question d’élémentaire justice et équilibre. C’est aussi une question d’honneur.

Un grand merci,

Laurence Havel
secrétaire nationale

Pour signer la pétition de soutien : http://petitions.institutpourlajustice.com/maire_cousolre/

 
Poster un commentaire

Publié par le 1 mars 2012 dans Divers, Société

 

Étiquettes : , ,

Joyeux Noël à tous

Joyeux_Noel2

 
2 Commentaires

Publié par le 23 décembre 2011 dans Divers

 

Étiquettes :