RSS

Archives de Tag: Logiciel

Skype for Business s’attaque aux centres téléphoniques

 

Source : ZDNet

Technologie : La solution de communication unifiée de Microsoft veut s’imposer dans le secteur des IPBX PABX en proposant de nouvelles fonctionnalités opérationnelles et de gestion. Le tout intégré à Office 365.

Microsoft s’attaque aux centraux téléphoniques d’entreprise avec la mise à jour de Skype for Business. Cette mise à jour met à portée des administrateurs IT des fonctionnalités très élaborées de standard téléphonique en mode cloud. De là à les remplacer ?

« Cette semaine, nous rendons public Auto Attendant et Call Queues, des nouvelles fonctionnalités d’appel avancées dans Skype for Business Cloud PBX » a déclaré Ron Markezich, vice-président du markéting Office 365 chez Microsoft, rapporte eWeek. Skype for Business Cloud PBX propose une suite de fonctionnalités avancées de central téléphonique privé (les antédiluviens PBX et plus récents IPBX, dit aussi IP BPX) utilisés dans les environnements de bureau et les centres d’appels.

« Auto Attendant fournit un système automatisé pour répondre et acheminer les appels entrants en utilisant des entrées de pavé numérique et la reconnaissance vocale » explique Ron Markezich. « Call Queues permet de router les appels entrants vers le prochain opérateur disponible dans l’ordre où ils sont reçus ».

Console d’administration en forme de tableau de bord dans Office 365

Pour les clients qui recherchent une plus grande visibilité de leur activité d’appel à des fins de support, Microsoft a également annoncé la preview de Skype for Business Online Call Analytics. Cette nouvelle console d’administration en forme de tableau de bord dans Office 365 propose aux utilisateurs des informations sur les problèmes pouvant affecter la capacité des utilisateurs à effectuer des appels, comme des problèmes de connexion réseau ou de casque.

Microsoft a également renforcé la sécurité de Skype for Business Online. Les nouvelles fonctionnalités incluent l’authentification par certificat, les politiques personnalisées sur l’utilisation des périphériques mobiles et les téléconférences, ainsi que l’authentification multifactorielle via PowerShell.

A l’été 2015 Microsoft avait déjà franchi une étape majeure dans la disruption des systèmes téléphoniques commerciaux traditionnels, avec l’ajout d’un réseau téléphonique public commuté (RTPC) (switched telephone network – PSTN). 

Au delà de la dimension IPBX, Skype se rue en direction de la réalité augmentée avec l’intégration de son service de vidéo conférence dans les lunettes HoloLens (lire : HoloLens : vous n’utiliserez plus jamais Skype de la même manière).

Dans le même temps Microsoft vient de décider la fermeture du siège de Skype situé à Stockholm (Suède) pour recentrer ses activités aux Etats-Unis. Microsoft a acquis Skype en 2011 pour 8,56 milliards de dollars. 120 emplois sont en jeu.

 
Poster un commentaire

Publié par le 30 mars 2017 dans Logiciels, Microsoft, Office 365, Skype

 

Étiquettes : , , ,

Après des années de déshérence, OpenOffice pourrait bien fermer

 

Source : ZDNet

Business : Avec la réussite de LibreOffice, les responsables d’OpenOffice estiment aujourd’hui qu’il faut mettre la clé sous la porte. Mais la suite bureautique conserve de nombreux utilisateurs.

OpenOffice, première alternative open source à Microsoft Office, a vu fondre ses effectifs de développeurs avec le temps. Au point qu’il n’y ait plus assez de monde pour publier des mises à jour. Les chefs de projet s’inquiètent particulièrement de l’impact sur la dimension sécurité de l’application.

« Il n’y a plus assez de développeurs qui ont la capacité et la volonté pour suppléer la demi-douzaine de bénévoles qui maintiennent le projet » écrit Dennis Hamilton, vice président d’Apache OpenOffice dans un mail publié récemment. Si aucune décision n’a encore été prise, Dennis Hamilton mentionne que « le retrait du projet est une possibilité sérieuse ».

De nombreux développeurs ont abandonné OpenOffice pour travailler sur LibreOffice, un fork dont la première version date de janvier 2011. Et si LibreOffice publie désormais des mises à jour fréquentes, la plus récente mise à jour d’OpenOffice date d’octobre 2015, après seulement deux mises à jour en 2014.

En Juillet dernier, OpenOffice a émis un avis sur une vulnérabilité de sécurité, patchée en Août dernier. Cette faille permettait aux attaquants d’opérer des DoS et d’exécuter du code. En dépit du patch, les inquiétudes demeurent sur la prise en charge des failles de sécurité du projet.

Téléchargé plus de 29 millions de fois en 2015

Si l’arrêt du projet OpenOffice se confirme, le code source resterait disponible pour toute personne intéressée à l’utiliser, mais le projet ne fournirait aucun moyen de valider les modifications.

OpenOffice est devenu un projet open source en 2000 après que Sun Microsystems ait acquis StarOffice et publié le code de l’application. LibreOffice a été créé après que Sun ait été acquis par Oracle en 2010. LibreOffice est maintenu par The Document Foundation, dont le conseil consultatif comprend des acteurs du logiciels libres tels que la Free Software Foundation et GNOME et des entreprises telles que Canonical, Google, et Red Hat. LibreOffice revendique 100 millions d’utilisateurs actifs.

OpenOffice conserve cependant de nombreux utilisateurs sur Windows et Mac. OpenOffice a été téléchargé plus de 29 millions de fois en 2015, pour un total cumulé de plus de 160 millions de téléchargements depuis mai 2012, selon les statistiques du projet.

 
Poster un commentaire

Publié par le 6 septembre 2016 dans Logiciels, Open source, Suite bureautique

 

Étiquettes : , ,

Skype : d’une architecture P2P à une architecture Cloud

 

Source : ZDNet

Mise à jour : Dans un post de blog, l’équipe Skype détaille les évolutions à venir sur l’architecture de son application. Skype entend abandonner son modèle historiquement basé sur le pair à pair pour évoluer vers une architecture entièrement tournée vers le cloud et donc Azure de Microsoft.

Skype annonce sa transition d’architecture. Dans un post de blog, l’équipe de développement du logiciel de messagerie explique les récents développements opérés dans l’architecture du logiciel racheté par Microsoft. Historiquement, Skype est basé sur une architecture ayant recours au pair à pair pour fonctionner. Une architecture fréquemment considérée comme l’une des raisons de son succès, mais qui ne correspond plus vraiment aux réalités auxquels les utilisateurs sont confrontés. Et Microsoft entend progressivement faire migrer Skype vers une architecture uniquement basée sur le Cloud.

« Cette transition est déjà en cours depuis un certain temps et n’est pas encore complète », explique Gurdeep Pall, directeur de l’équipe Skype chez Microsoft. Celui-ci confie également que c’est cette transition qui est à l’origine des nombreux bugs et dysfonctionnements de l’application rencontrés par les utilisateurs ces derniers temps.

Des problèmes tels que des soucis de synchronisation de notification et de messages entre différents appareils ont pu apparaitre pour les utilisateurs. Des problèmes que l’équipe de Skype explique tenter de résoudre : ils recommandent notamment de veiller à ce que l’application soit à jour pour éviter ce type de problèmes.

Le post de blog explique également que l’essentiel des efforts de l’équipe se concentrera sur l’Universal App de Skype ainsi que sur les versions mobiles pour iOS et Android. Gurdeep Pall ne donne aucune date précise pour la fin de la transition vers la nouvelle architecture, mais explique que celle-ci se fait progressivement et que de nombreuses fonctionnalités exploitent déjà ce nouveau mode de fonctionnement. Le support en parallèle des deux modes de fonctionnement est à l’origine de nombreux problèmes, qui devraient être pour la plupart résolus une fois la migration achevée.

 
Poster un commentaire

Publié par le 22 juillet 2016 dans Logiciels, Microsoft, Skype

 

Étiquettes : , ,

LibreOffice : la mise à jour 5.1 se tourne vers le cloud et l’interopérabilité

 

Source : ZDNet

Mise à jour : La suite bureautique open source dévoile sa version 5.1, une version largement revue et corrigée. Les principales améliorations apportées concernent l’interopérabilité, mais aussi une refonte de l’interface utilisateur.

Libreoffice continue son développement et annonce l’arrivée d’une version 5.1, six mois après la version 5.0. Parmi les nouveautés de cette nouvelle mouture, The Document Foundation qui édite la suite logicielle met en avant trois grands axes de cette nouvelle version : l’interopérabilité, le Cloud et la refonte de l’interface.

Sur le front de l’interopérabilité, cette nouvelle version 5.1 apporte un meilleur support des formats propriétaires, notamment les fichiers Apple Keynote 6. LibreOffice s’offre également un lifting d’interface : rien de révolutionnaire ici, mais un réagencement de certaines options ainsi que l’addition de nouveaux menus pour chacune des composantes de la suite logicielle.

Write s’enrichit ainsi d’un onglet Style, tandis que Calc embarque un onglet Feuille utilisé pour naviguer entre les différentes pages, et Slide un menu Impress And Drive.

Cette nouvelle version apporte également une nouvelle option permettant à un utilisateur d’enregistrer un document sur un serveur distant. Une quinzaine de services sont proposés à l’utilisateur, de Google Drive à Onedrive en passant par Sharepoint. On regrettera un peu l’absence de Dropbox, mais ceux-ci ayant déjà passé un important partenariat avec Microsoft Office, on peut comprendre qu’ils préfèrent réserver l’exclusivité de l’intégration de leur service à leurs partenaires.

Outre cette amélioration sur les fonctionnalités, The Document Foundation explique également avoir entrepris une large refonte du code source de LibreOffice et de son architecture, afin de le rendre plus facile à corriger et développer dans les années à venir.

 
Poster un commentaire

Publié par le 16 février 2016 dans LibreOffice, Logiciels, Open source

 

Étiquettes : , ,

Skype Translator se met au français

 

Source : Numerama

L’outil de traduction en temps réel sur Skype ne travaille pas uniquement avec l’anglais et l’espagnol. Lors des TechDays 2015, Microsoft a fait une démonstration de son outil avec deux interlocuteurs parlant deux langues différentes, dont l’une est le français.

Skype Translator se met au français. Alors que le salon des TechDays s’achève aujourd’hui à Paris, Microsoft a profité de l’occasion pour faire une petite démonstration de son outil de traduction en temps réel avec deux correspondants ne parlant pas la même langue. Selon les premiers retours de la presse qui a pu assister au test, le résultat est assez convaincant malgré une traduction parfois imprécise ou inexacte.

Ainsi, les faiblesses de Skype Translator – qui est encore en phase de développement – avec le français n’ont pas empêché les deux interlocuteurs de tenir une discussion intelligible, malgré la barrière de la langue. Cela étant, l’outil n’est pas encore prêt pour être utilisé à une plus grande échelle. Il s’agit pour l’instant d’une version expérimentale. Aucune date de sortie n’est pour l’instant au programme.

Contrairement à la version de Skype Translator qui fonctionne avec l’anglais et l’espagnol, le processus est légèrement différent. En effet, il y a bien entendu la reconnaissance automatique des phrases prononcées par l’usager, puis leur retranscription par écrit. La phase de traduction arrive ensuite. Par contre, il n’y a manifestement pas (encore) de lecture par une voix synthétique.

Outre Skype Translator, un autre outil de Microsoft est en train de prendre des cours accélérés de français : il s’agit de Cortana, l’assistant personnel pour Windows Phone. La version française doit arriver dans quelques mois, mais une première version du logiciel a été dévoilée début décembre.

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 12 février 2015 dans Logiciels, Microsoft, Skype

 

Étiquettes : , , ,

Internet Explorer pourrait ne plus exister

 

Source : Radins.com

Le poids de la concurrence devient de moins en moins supportable pour Internet Explorer. Microsoft songe à lui apporter des modifications stratégiques afin de le faire apprécier à nouveau par le grand public.

Internet Explorer sous le poids de la concurrence

Sur un marché où Chrome de Google et Firefox de Mozilla ne ménagent aucun effort pour mener une concurrence farouche, Internet Explorer se positionne moins bien. Le navigateur web de Microsoft souffrirait d’une mauvaise optimisation, d’une lenteur remarquable et surtout d’un niveau de fiabilité faible. Tous les efforts menés dans le but d’améliorer le navigateur, ne suffisent pas à le mettre en conditions favorables devant ses concurrents.

Changement de nom et d’interface

Devant cette situation défavorable pour Internet Explorer, Microsoft envisage une option stratégique qui consistera en un changement de nom et une remodélisation d’interface. Ce choix permettra à ce navigateur de repartir sur de nouvelles bases avec les internautes en faisant oublier sa mauvaise réputation.
Pour ce faire, Jonathan Sampson, chef de projet chez Microsoft, aurait révélé au cours d’une session de questions/réponses organisée en ligne, que l’idée du changement de nom a été récemment débattue par ses collèges et lui. Selon ce responsable de Microsoft, il se pourrait que le navigateur change de nom mais également d’interface et ce, dans un délai plus court que ce que l’on s’imaginait.

Par Paul-Edouard Coadic

 

Étiquettes : , , , ,

Serval : Un logiciel pour téléphoner sans utiliser de réseau

 

Source : Informaticien.com

 

Ce petit programme gratuit pour Android inquiète les autorités. Il supprime en effet le contrôle que celles-ci pouvaient avoir sur les communications téléphoniques, puisqu’il permet à des mobiles de se connecter directement entre eux, sans carte SIM ni réseau. Son inventeur dit qu’il restaure le vrai potentiel des téléphones mobiles.

L’arrivée de Serval a été discrète, et pourtant, ce logiciel pourrait tout changer, puisqu’il à le pouvoir de remettre en cause la surveillance des réseaux mobiles. Depuis quelques semaines, il peut être téléchargé gratuitement par les possesseurs d’un smartphone Android.

Son créateur est l’australien Paul Gardner-Stephen, un chercheur de l’université Flinders d’Adelaïde, qui s’est adjoint les services d’étudiants de l’Institut national des sciences appliquées de Lyon (INSA).

"Dans les années 1980, les ingénieurs travaillant sur les premiers prototypes avaient imaginé des réseaux mesh, simples et bon marché. Mais les compagnies de téléphone les avaient empêchés de travailler dans cette direction, parce qu’elles voulaient préserver leur modèle pyramidal contrôlé par le haut, hérité du téléphone filaire – techniquement caduc mais commercialement très profitable. Aujourd’hui encore, si les mobiles ne peuvent pas se parler directement au niveau local, c’est parce qu’ils sont verrouillés par les opérateurs, qui obligent les usagers à passer par leurs relais et donc par leurs systèmes de facturation", explique l’inventeur.

Simple comme bonjour

Installer et utiliser Serval est loin d’être compliqué. Il suffit de "rooter" son smartphone (pour y supprimer les verrous des opérateurs) et d’y installer le logiciel. C’est aussi simple que cela.

Ensuite, un groupe de téléphones mobiles l’embarquant peuvent se connecter directement entre eux, sans faire appel ni à une carte SIM, ni a des antennes relais. En fait, les appareils sont reliés par maillage (la création de réseaux temporaires et mouvants totalement décentralisés).

Le dispositif s’adapte de plus à la distance séparant les mobiles du groupe. Si ils ne sont séparés que de quelques centaines de mètres, ils peuvent communiquer directement entre eux. Si l’éloignement est plus important, les autres téléphones Serval se trouvant dans la même zone captent automatiquement la communication et la retransmettent, de proche en proche, et sans que leurs propriétaires aient quoi que ce soit à faire. Tout est automatique.

Des communications via Wi-Fi

Pour l’instant, Serval se base sur les émetteurs Wi-Fi des téléphones, ainsi que sur les points d’accès Wi-Fi locaux. Il est prévu que sa prochaine mouture utilise directement l’émetteur principal des mobiles, et exploite les fréquences GSM.

Paul Gardner-Stephen envisage même de donner vie à un système encore plus puissant, où certains téléphones auraient le rôle d’antennes relais : ils seraient spécialement configurés pour relayer les conversations échangées par les autres appareils, y compris ceux ne disposant pas de Serval.

Le scientifique aimerait que son invention serve en priorité dans les pays du tiers-monde ainsi que dans les zones où les réseaux mobiles ne sont plus opérationnels, suite à des catastrophes naturelles. Des fabricants de téléphones mobiles chinois se seraient déjà montrés intéressés par le programme.

 
1 commentaire

Publié par le 23 janvier 2013 dans Général, Logiciels

 

Étiquettes : , , , ,