RSS

Archives de Tag: Navigateur Internet

Mozilla Firefox : (re)venez à nous internautes "conscients" de tous pays

 

Source : ZDNet

Business : Avec un navigateur remanié et une mission à but non lucratif axée sur la vie privée et des utilisateurs maîtres de leurs choix, Mozilla est prêt à battre le fer tant qu’il est chaud.

L’Internet ne s’illustre pas ces derniers mois par ses avancées. Les utilisateurs sont confrontés à une durée réalité : des entreprises technologiques ont nourri leurs résultats financiers avec nos données personnelles, mais sans parvenir dans le même temps à mettre en place des protections garantissant que ces données demeuraient privées et en sécurité. Nos informations personnelles sont vulnérables au vol et aux abus. Et pendant tout ce temps, une technologie qui nous surveille se rit littéralement de nous.

Les inquiétudes entourant le traitement des données des consommateurs ont atteint un point culminant avec les révélations sur la relation de Facebook avec une société d’analyse de données, Cambridge Analytica.

Pour un Internet éthique, et aussi de la croissance

Des figures de la Silicon Valley ont échangé des amabilités sur le sujet, mais Mozilla s’est montré particulièrement actif, exprimant ses griefs à l’égard du comportement de Facebook – ainsi que de l’état général de l’Internet.

L’éditeur de Firefox a mis fin à ses campagnes publicitaires sur Facebook, dénonçant les paramètres de confidentialité par défaut du réseau social. Il a également développé une extension de conteneur pour son navigateur qui isole l’activité Web de Facebook. Mozilla a même lancé une pétition pour essayer de faire pression sur Facebook afin qu’il adopte de meilleures protections de la vie privée.

Cet activisme se met en œuvre quelques mois après l’inauguration au sein de Mozilla d’une refonte critique de son produit phare, le navigateur web Firefox. L’actualité est l’opportunité pour l’éditeur de faire la preuve des mérites d’un logiciel amélioré et construit sur des principes forts.

« Nous avons intentionnellement choisi de participer au débat » reconnaît auprès de ZDNet, Jascha Kaykas-Wolff, le directeur marketing de Mozilla. « Il y a une déconnexion qui doit être prouvée ». Mozilla espère pouvoir démontrer que croissance et éthique sont conciliables pour une entreprise technologique.

L’engagement de Mozilla en faveur de la vie privée et de l’émancipation [« empowerment »] individuelle a été « absolument inébranlable » depuis deux décennies, assure Kaykas-Wolff. Son activité de navigateur, cependant, a été rudement ébranlée par Google Chrome. Le logiciel concurrent représente désormais plus de la moitié du marché mondial des navigateurs. Firefox, en revanche, a vu sa part s’écrouler au fil des années.

Néanmoins, Kaykas-Wolff estime que Mozilla est bien placé pour capitaliser sur l’intérêt nouveau des consommateurs pour un Internet éthique. Et après deux années d’études de marché, l’entreprise a identifié son marché cible : un segment de consommateurs qu’elle appelle des « conscious choosers », des internautes conscients ou sensibilisés.

« Nous avons trouvé un segment très important [des internautes] qui se soucie de la valeur et des valeurs » explique Kaykas-Wolff, « qui peut aider une organisation comme la nôtre à disposer d’un avantage compétitif. »

David Firefox contre Goliath Google, mais pas seul 

Comme David confronté au Goliath Google (103,8 millions de dollars de résultat net pour Mozilla en 2016 contre 19,48 milliards pour Google), Mozilla sait qu’il ne dispose pas réellement des ressources lui permettant de présenter efficacement son nouveau navigateur à un large public.

Il a donc entrepris de faire des recherches sur son marché le plus fort, apprenant des consommateurs qui se soucient de la valeur et des valeurs – le genre de personnes faisant leurs achats sur les marchés et achetant des chaussures Toms.

Ce que Mozilla a observé, selon Kaykas-Wolff, c’est que « des exemples existent partout, pas seulement dans les pays développés. Les individus prennent des décisions conscientes pour acheter un produit ou un service parce qu’il fait ce qu’ils en attendent, mais aussi… en raison des valeurs d’une organisation. »

L’acteur conscient, estime Mozilla, représente environ 17% à 20% des utilisateurs d’Internet – un pourcentage suffisamment important pour que Firefox puisse faire une percée notable dans la domination de Chrome, s’il devait réussir à toucher ces consommateurs. Les milléniales en font partie, même si les internautes recherchés ne sont pas strictement rattachés à une génération.

Pour atteindre ces consommateurs, Mozilla a identifié les villes du monde comportant les densités les plus élevées de ces « conscients ». Mercredi, l’éditeur lance par exemple une campagne de markéting à Portland, en Oregon, une ville accueillant un nombre particulièrement important de ces internautes.

Pendant huit semaines, Mozilla va s’installer dans la ville, s’associant à des marques locales comme la bière Widmer Brothers et parrainant des évènements locaux comme une soirée de contes dans un théâtre. La société s’engage avec les médias locaux et utilise des canaux publicitaires traditionnels tels que les panneaux d’affichage.

Des cours de self défense dispensés par Mozilla

Mozilla tentera également d’adopter des approches plus singulières pour interagir avec les habitants, comme un cours de « self défense » qui enseignera aux participants comment se défendre physiquement et numériquement.

De son expérience à Portland, Mozilla tirera des leçons pour des campagnes similaires dans d’autres villes américaines comme Austin, Minneapolis, San Francisco ou New York. En Europe, l’entreprise lance sa première campagne à Berlin.

L’objectif, précise Kaykas-Wolff, est de recruter de nouveaux utilisateurs pour Firefox et d’illustrer auprès des internautes ce qui différencie le navigateur et la marque Mozilla de ses concurrents. Aujourd’hui, Firefox bénéficie d’une « notoriété spontanée incroyable ». Mais si Firefox est reconnu comme navigateur, les connaissances à son sujet s’arrêtent très souvent là.

Mozilla souhaite également attirer plus d’utilisateurs sur toute sa famille de produits, au-delà du navigateur de bureau traditionnel. Plus précisément, déclare Kaykas-Wolff, il aimerait jouir d’une « croissance hyperbolique » sur les produits mobiles (Firefox ne représente qu’une fraction du marché des navigateurs mobiles), ainsi que ses nouveaux logiciels.

Tout en travaillant sur la notoriété de sa marque, Mozilla s’efforce de déployer plus de produits incarnant l’avenir du web, comme le navigateur Firefox Reality pour les casques de réalité augmentée et virtuelle.

Les efforts de Mozilla devraient être une bonne nouvelle pour quiconque espère voir plus d’une entreprise dominer le web – en particulier un concurrent de Google comme Amazon, qui parie que l’AR et la VR d’entreprise reposeront sur le Web.

Cependant, à mesure que le web évolue, l’objectif de Mozilla de croître sans renier l’éthique ne fera que se complexifier. La société l’a reconnu lors de l’annonce de Firefox Reality : « Nous ne disposons pas encore de toutes les réponses sur la vie privée sur ce nouveau support, mais nous sommes déterminés à trouver la solution. »

Article « Mozilla launches new effort to lure users back to the Firefox browser » traduit et adapté par Christophe Auffray, ZDNet.fr

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 5 avril 2018 dans FireFox, Navigateur Internet

 

Étiquettes : ,

Firefox contre-attaque : prends garde à toi Google Chrome !

 

Source : ZDNet

Technologie : Au sein de Mozilla, le PDG Chris Beard et son équipe se préparent à prendre d’assaut le navigateur Google Chrome. La bataille commence en novembre, avec la sortie de Firefox 57.

Des centaines d’employés de Mozilla ont découvert en juin une version très différente de la mascotte de Firefox alors qu’ils se retrouvaient dans une salle de conférence Hilton à San Francisco pour une réunion générale.

Disparu le panda roux et ardent sur un globe bleu, l’image qui représentait le combatif navigateur de Mozilla depuis 2003. A la place, le vice-président senior de Firefox, Mark Mayo, a ouvert l’événement par un dessin de renard dans une menaçante armure méca, nommée Mark 57 – de la même façon que sont nommées les améliorations des armures d’Iron Man.

Un « big bang » à venir

Le message ne fait pas dans la finesse : Firefox 57, une évolution en profondeur programmée pour le 14 novembre, est prêt pour la bataille. Son principal rival est Google Chrome, qui représente 54% des visites de pages Web sur PC, tablettes et smartphones. Safari d’Apple est à 14%, tandis que Firefox n’est qu’à 6% selon StatCounter. Depuis son apparition en 2008, nombre d’utilisateurs se sont détournés de Firefox au profit de Chrome.

Mais Firefox 57 pourrait être la version qui incitera les internautes à revenir sur leur choix – et permettra eut-être aussi sauvegarder le Web. Mozilla a commencé à tester Firefox 57 mercredi 2 août, l’aboutissement de plus d’un an de travaux d’ingénierie.

Au siège de la société, le patron de Mozilla, Chris Beard, annonce un « big bang ». Plus optimiste encore, il se risque à des déclarations audacieuses : « Nous allons récupérer beaucoup de personnes ». Ce sont des mots hardis compte tenu des défis auxquels est confronté Firefox. Chrome domine sur tous les terminaux. La navigation Web elle-même est menacée alors que les utilisateurs préfèrent de plus en plus les applications au surf.

Mais de Firefox 57 à la conquête des nouveaux internautes espérée par Beard, il y a plus qu’un pas. Même ceux qui ont investi des années chez Mozilla le reconnaissent.

« Certaines des choses qu’ils font du point de vue technologique sont incroyables » explique Andreas Gal, qui est devenu PDG de la startup Silk Labs après avoir quitté la direction de l’ingénierie de Mozilla en 2015. « Je ne pense pas que cela fait une différence. »

Renaître de ses cendres

L’inspiration, les 1.200 employés de Mozilla peuvent la trouver dans les 15 ans d’histoire du navigateur. Firefox est né des cendres de Netscape, le pionnier de l’Internet que Microsoft a aidé à tuer en intégrant Internet Explorer gratuitement dans Windows. Mozilla a décapé la coque de Netscape Navigator en 2002 et lancé Firefox 1.0 en 2004.

Firefox n’a pas mis fin à la domination d’IE, qui équipait à l’époque 95% des internautes. Mais Firefox n’a cessé de triompher. Vous ne vous préoccupez peut-être pas du navigateur que vous utilisez, mais la popularité de Firefox a permis de maintenir la compétitivité parmi les navigateurs et de construire au cours de la dernière décennie un Web propice aux innovations. Êtes-vous fan de Google Maps, Facebook, Twitter ou YouTube ? C’est en partie grâce à Firefox.

La mission de Mozilla est de garder le web assez dynamique pour faire émerger la prochaine grande innovation, même si les entreprises proposent des applications mobiles au lieu de sites Web, balancent des publicités portant atteinte à la vie privée ou tentent de vous enfermer dans leurs écosystèmes.

Beard, Baker et d’autres cadres supérieurs de Mozilla nous ont donné un aperçu exclusif sur toutes les facettes du programme de reconquête de Mozilla : tout, depuis la reconnaissance sans ambigüité des échecs récents de Firefox jusqu’à la divulgation d’un éventuel plan d’adhésion pour gagner de l’argent, en passant par la lutte politique autour de problèmes comme le chiffrement et la neutralité du net.

Dans sa croisade pour récupérer l’intérêt perdu, l’organisation à but non lucratif compte également sur des logiciels au-delà du navigateur, une croissance financière qui devrait l’aider à survivre, et même des services en ligne qui remettent en question le pouvoir de Google dans la recherche.

Mais la mission la plus noble au monde est sans importance si votre logiciel est bancal.

Rencontre avec Mark 57

Les mises à jour de Firefox de l’année dernière ont aidé Mozilla à freiner la migration de ses utilisateurs vers Chrome, ce qui a permis de stabiliser le nombre d’utilisateurs actifs quotidiens à un peu plus de 100 millions. Avec des changements plus importants en magasin, Mozilla promet d’en remontrer à Chrome lors de la sortie de Firefox 57.

« Ce sera le jour et la nuit » assure Beard.

Les améliorations permises par le projet Quantum sont à l’origine de la majeure partie de cette évolution promise. Un volet, Stylo, accélère les opérations de mise en forme. Quantum Flow broie des dizaines de petits défauts de ralentissement. Quantum Compositor accélère l’affichage du site Web. Et Firefox 57 va également jeter les bases de WebRender, qui utilise la puce graphique d’un périphérique informatique pour afficher plus rapidement les pages Web à l’écran.

« Vous pouvez faire l’interface utilisateur et l’animation et du contenu interactif d’une manière tout simplement inenvisageable sur n’importe quel autre navigateur » explique Mayon, le patron de Firefox, parlant de son bureau à Toronto – par le biais d’une technologie de chat vidéo que Firefox a aidé à rendre possible.

Tout cela s’ajoute à un moteur très différent au cœur de Firefox. Ce type d’accélération peut véritablement enthousiasmer les développeurs web – une communauté influente clé dans le succès de Firefox face à IE en 2004.

La priorité absolue est la vitesse. Nous éprouvons un plaisir inconscient à disposer d’un navigateur rapide et fluide dans l’affichage des sites Web, l’ouverture et la fermeture d’onglets… Si votre navigateur bredouille lors que vous faites défiler une page ou vous fait attendre longtemps pour afficher un contenu, il est plus que probable que vous en changiez. Les améliorations sur la vitesse au cours des derniers mois ont déjà eu un effet, explique Mozilla, mettant fin à un flux continu de défections d’utilisateurs de Firefox au profit d’autres navigateurs.

Il est trop tôt pour estimer les progrès accomplis par Firefox 57 en termes de rapidité, mais selon un test de navigateur appelé Speedometer, les performances de Firefox ont bondi de manière significative. En comparant la version de juin 2016 de Firefox avec la version prévue en août, la performance du navigateur a augmenté de 38% sur MacOS et de 45% sur Windows, affirme Jeff Griffiths de Mozilla.

La vitesse est la clé de l’un des principaux volets de la mission de Mozilla : la construction d’un web en bonne santé. Dix ans plus tôt, l’innovation du navigateur signifiait que les programmes Web gagnaient en performance, ouvrant la voie à des sites Web beaucoup plus puissants. Quantum pourrait alimenter une nouvelle course de performance et conduire à une nouvelle révolution sur le web.

La vitesse ira de pair avec une nouvelle interface grâce à Photon. « Si Quantum est la façon dont nous rendons Firefox plus rapide, Photon est la manière dont les utilisateurs le sauront » déclare Nick Nguyen, vice-président de Mozilla. Il promet « une expérience utilisateur élégante et moderne, des animations douces et des éléments d’interface impeccables pour toutes les résolutions ».

Les changements au niveau de l’interface sont multiples. La barre de titre sur le haut du navigateur deviendra sombre. Fini le temps des fonctionnalités exclusives à Firefox, comme une boîte spéciale, juste pour lancer des recherches sur Internet ou le menu avec une grille de petites icônes. Vous pourrez vous concentrer sur des paramètres particuliers avec un outil de recherche de préférences. Firefox basculera dans un mode tactile dès que vous appuyez sur l’écran de votre PC. Un nouveau menu « page action » dans la barre d’adresse gère les tâches comme les pages de favoris, le partage d’adresses de sites Web ou la sauvegarde de pages dans le service Pocket de Mozilla. Et préparez-vous-y – Photon remplace les onglets incurvés de Firefox par des onglets au style rectangulaire, comme dans le navigateur Edge de Microsoft.

Lorsqu’ils sont réussis, les changements cosmétiques comme la nouvelle interface Photon peuvent rendre le logiciel plus facile à comprendre et à utiliser. Mais même les meilleurs changements nous font souvent hurler.

Le changement est difficile

Un autre changement dans Firefox 57 cassera une partie estimable et ancienne de Firefox : la technologie des extensions qui permet de personnaliser le navigateur. Par exemple, avec des extensions, il est possible de bloquer les publicités, protéger sa vie privée, télécharger des vidéos YouTube, traduire des sites Web et gérer des mots de passe. Les extensions ont été un avantage majeur pour Mozilla dans sa bataille contre IE. Mais Mozilla passe à Web Extensions, une variante de la technologie de personnalisation de Chrome.

Le changement ouvre la voie à des améliorations réelles, comme une plus grande réactivité lorsque vous cliquez sur votre souris ou fermez un onglet. Mais des milliers d’extensions seront laissées sur le bas-côté, à moins que leurs créateurs ne développent de nouvelles versions pour la nouvelle fondation de Firefox.

Le changement est dur, mais nécessaire, dit Beard. « Si vous essayez de rendre tout le monde heureux, vous ne faites plaisir à personne » dit-il. « Les grandes organisations avec des centaines de millions d’utilisateurs se mettent sur la défensive et tentent de préserver le bonheur de chacun. En fin de compte, vous aboutissez à un produit et une expérience médiocres. »

Article adapté et traduit par Christophe Auffray, ZDNet.fr. L’article complet « Firefox fights back against Google Chrome » de Stephen Shankland est en ligne sur CNet.com.

 
Poster un commentaire

Publié par le 7 août 2017 dans FireFox, Internet, Navigateur Internet

 

Étiquettes : , ,

Firefox 52 épingle les sites proposant des connexions non sécurisées

 

Source : ZDNet

Mise à jour : Firefox publie sa nouvelle version 52. Celle-ci introduit notamment le support de WebAssembly, mais aussi de nouvelles fonctionnalités de sécurité qui indiquent à l’utilisateur lorsqu’il se connecte sur une page de login non protégée par HTTPS.

Depuis le 8/03, Firefox commence à déployer auprès des utilisateurs sa version 52. Cette nouvelle mise à jour du navigateur de la fondation Mozilla apporte plusieurs fonctionnalités liées à la sécurité, mais surtout le support officiel de WebAssembly, une technologie qui vise à simplifier la tâche des développeurs souhaitant faire fonctionner des applications Web.

WebAssembly est un standard émergent qui permet à un développeur de compiler un code écrit en C, C++ ou un autre langage directement vers un binaire optimisé pour les navigateurs. Cette technologie permet notamment de faire fonctionner des applications lourdes et complexes avec des performances bien meilleures que les outils classiques. Comme le résume David Briant, ingénieur chez Mozilla « Webassembly permettra à des jeux vidéo incroyables et à des applications très exigeantes en termes de ressources tel que des applications de retouches vidéo, d’image ou de design assisté par ordinateur de fonctionner sur Firefox. » La technologie a récemment été standardisée par le W3C et Firefox peut s’enorgueillir d’être le premier navigateur à en proposer le support.

Outre le support de WebAssembly, cette nouvelle version de Firefox apporte son lot de correctifs de sécurité et d’amélioration visant à protéger les utilisateurs. Ainsi, les sites qui proposent une page de connexion dépourvue de protection HTTPS sont signalés à l’utilisateur par le navigateur : une popup s’affiche indiquant que les données ne sont pas sécurisées et que le mot de passe de l’utilisateur pourrait être volé à cette occasion. Cette mise à jour activera également la fonctionnalité Strict Secure Cookies, qui empêche les pages dépourvues de HTTPS de manipuler des cookies provenant de pages HTTPS.

Enfin pour les développeurs, cette nouvelle version introduit le support de CSS Grid Layout, un module Web qui permet de simplifier l’utilisation des CSS sur des mises en page complexes de pages s’organisant en grille.

 

Étiquettes : , , ,

Opera 40 donne le coup d’envoi à son VPN

 

Source : ZDNet

Mise à jour : La nouvelle version du navigateur offre l’accès à la fonctionnalité VPN, déjà proposée au sein de la preview développeur. Ce VPN gratuit s’enrichit d’ailleurs de nouvelles fonctionnalités.

La nouvelle version stable du navigateur Opera a été publiée. Comme prévu, cette version 40 donne le coup d’envoi officiel pour l’implémentation du VPN dans la version stable du navigateur. Cette fonctionnalité n’était jusqu’alors proposée que dans la version de preview réservée aux développeurs. Pour l’occasion, ce service de VPN s’enrichit de nouvelles fonctionnalités : il est maintenant possible de changer son adresse de sortie du trafic afin d’apparaitre avec une IP liée à 5 pays différents. Opera propose également la possibilité d’activer le VPN uniquement dans la fenêtre de navigation privée.

Le CPN fourni par Opera est gratuit et illimité, mais celui-ci ne concerne que les données transférées via le navigateur. Il est opéré par la société Surfeasy, une société de VPN détenue par Opera. Pour l’instant, Opera n’entend pas proposer d’offres payantes pour financer ce service, mais des solutions pourraient être envisagées à l’avenir.

Outre l’ajout du VPN dans la version stable du navigateur, Opera 40 dispose également de nouveautés liées à l’utilisation de la batterie. Ainsi, Opera propose maintenant une option permettant de déclencher immédiatement la sauvegarde de la batterie dès que le navigateur détecte que l’ordinateur est débranché. Opera dispose également d’améliorations sur ses nouveaux pop up vidéo : le support est étendu à de nouveaux players et sites, tandis que le bouton permettant de faire sortir la vidéo de son cadre est plus discret.

Opera joue la carte de la différenciation pour lutter sur le marché des navigateurs. Outre son service de VPN, Opera offre également un bloqueur publicitaire directement intégré au navigateur, des fonctionnalités que la concurrence n’offre pas de façon native dans leurs navigateurs. Pour Opera, le but de ces fonctionnalités est de permettre un gain de performance pour l’utilisateur. Et gagner des parts de marché.

 
Poster un commentaire

Publié par le 21 septembre 2016 dans Navigateur Internet, Opera

 

Étiquettes : ,

Bonne nouvelle : en août, Flash fera moins planter Firefox

 

Source : ZDNet

Technologie : En matière de stabilité, de performance et de sécurité, Flash n’est clairement pas l’idéal. Mozilla a donc décidé de bloquer progressivement les contenus Flash dans Firefox. Pour l’internaute, le blocage sera invisible.

Entre les navigateurs Web et Flash, c’est désormais loin d’être une histoire d’amour. Et Mozilla le démontre une fois de plus en annonçant qu’il va réduire l’utilisation du plugin dans Firefox.

Les raisons sont simples : ces extensions posent souvent « des problèmes de stabilité, de performance et de sécurité« . Mozilla compte bien contribuer à « réduire la dépendance aux contenus Flash au quotidien. »

Moins de Flash et moins de tracking des internautes

Et ce dès le mois d’août. Très prochainement donc, seront bloqués dans Firefox « certains contenus Flash qui ne sont pas essentiels à l’expérience de l’utilisateur ». Pour l’internaute, ce blocage sera transparent.

Sur GitHub, les développeurs précisent que cette liste de blocage est pour le moment réduite et couvre « certains fichiers Flash SWF » dont la fonction apparente est d’établir une empreinte numérique des utilisateurs ou d’effectuer du tracking via des « supercookies » Flash.

Pour les internautes, ce filtrage ne constitue en effet pas un désagrément, d’autant que Mozilla estime pouvoir ainsi « réduire le nombre de plantages ou blocages de 10%. » Progressivement, la liste de blocage sera étendue à d’autres composants Flash avec à la clé une autonomie accrue de la batterie, un « chargement plus rapide des pages » et une « meilleure réactivité du navigateur ».

10% de plantages ou blocage en moins

Autant de raisons de ne pas regretter Flash. Toutefois, Mozilla avancera pas à pas pour minimiser les problèmes de compatibilité des sites. Les « changements seront limités à une liste définie de contenus Flash pouvant être remplacés par un format HTML » mentionne donc l’éditeur de Firefox.

L’objectif pour Mozilla en 2017 est de placer entre les mains de l’utilisateur le contrôle de Flash. En clair, si un site Internet souhaite activer ce format, cela ne sera possible qu’après validation de l’internaute.

« Les sites internet utilisant actuellement le format Flash ou Silverlight pour les vidéos et autres jeux en ligne doivent donc penser dès maintenant à adopter le format HTML » prévient par conséquent Mozilla.

Flash bénéficie encore d’un sursis dans Firefox. En mars prochain, plus aucun plugin NPAPI ne sera supporté, à l’exception de Flash. Différents plugins, comme Silverlight et Java, continueront de bénéficier d’un support dans le navigateur jusqu’à début 2018.

 
Poster un commentaire

Publié par le 22 juillet 2016 dans FireFox, Navigateur Internet

 

Étiquettes : ,

Opera propose un VPN gratuit dans son navigateur

 

Source : ZDNet

Sécurité : Opera propose un VPN gratuit et illimité dans sa nouvelle version de son navigateur. Pour l’instant uniquement proposée dans la version développeur, cette nouvelle fonctionnalité vise à « démocratiser l’usage des VPN » selon l’éditeur.

Opera ne plaisante pas avec la sécurité des utilisateurs. Le navigateur, récemment racheté par un consortium de sociétés chinoises, prépare sa nouvelle version et semble vouloir mettre l’accent sur la protection des données personnelles des utilisateurs. Et propose dans ce but un VPN entièrement intégré à son nouveau navigateur.

La fonctionnalité est pour l’instant proposée dans la version développeur d’Opera 38. Celle-ci permet de simplement tester l’intégration du VPN au sein d’Opera : l’utilisateur peut l’activer depuis les paramètres de confidentialités proposés dans le menu. Une fois celui-ci activé, un onglet bleu indiquant VPN viendra s’afficher dans la barre d’URL permettant de régler les paramétrages du VPN. Celui-ci permet notamment de changer sa géolocalisation en choisissant entre l’Allemagne, le Canada ou les États Unis. Le VPN fournit également une nouvelle adresse IP à l’utilisateur.

L’offre d’Opera est entièrement gratuite et Opera se charge de rediriger le trafic des utilisateurs via ses services. À l’heure où nous écrivons ces lignes, la navigation derrière le VPN gratuit d’Opera ne semble pas ralentie par l’utilisation du service, contrairement à ce que proposent de nombreux autres services de VPN gratuits sur le web.

Différenciation

Sur son blog, Opera explique les raisons qui l’ont poussé à développer cette nouvelle fonctionnalité : « En janvier, alors que nous travaillions sur notre plan de développement, nous avons réalisé que les utilisateurs avaient besoin de nouvelles fonctionnalités afin de naviguer sur le web en 2016. Nous avons également compris que les fonctionnalités que les utilisateurs attendaient n’étaient plus les mêmes que celles que l’on attendait des navigateurs il y a maintenant 10 ans. »

Cette prise de conscience à l’égard d’un plus grand besoin de confidentialité a globalement été acceptée par les principaux navigateurs du marché, mais aucun n’était pour l’instant allé aussi loin qu’Opera en la matière. Le navigateur teste déjà un outil de blocage publicitaire intégré et est aujourd’hui le premier à proposer un service de VPN gratuit et illimité à ses utilisateurs.

Les VPN (Virtual Private Network) peuvent être utilisés pour dissimuler son trafic et son IP sur le web. Ils permettent notamment de contourner certaines limitations géographiques liées à la détection de l’adresse IP de l’utilisateur, des mesures généralement mises en place par les états ou les entreprises afin d’interdire l’accès à certains sites et services.

Opera entend donc offrir à ses utilisateurs un moyen de contourner ces restrictions. Des questions demeurent néanmoins : le service de VPN est notamment fourni par la société SurfEasy, qui propose déjà ce type de solutions de manière payante. Opera ne fait pas mention d’une évolution de son offre vers un modèle payant, ce qui laisse ouverte la question du modèle économique choisi.

Reste que pour Opera, une telle fonction est un élément fort de différenciation dans un marché des navigateurs Web où sa part est toujours très anecdotique.

 
Poster un commentaire

Publié par le 22 avril 2016 dans Navigateur Internet, Opera

 

Étiquettes : , ,

Edge : Microsoft va libérer le code source du moteur JavaScript Chakra

 

Source : ZDNet

Technologie : Microsoft a décidé d’ouvrir le code source de son moteur JavaScript Chakra. Il sera disponible en licence open source à partir de janvier, dans un premier temps pour Windows.

Dans un billet de blog posté en fin de semaine dernière, Microsoft a annoncé l’ouverture du code source de son moteur JavaScript Chakra. L’opération se fera en janvier via GitHub sous une licence open qui portera le nom de ChakraCore.

Microsoft a développé le moteur Chakra en 2008 pour Internet Explorer 9 puis les versions suivantes ainsi que son nouveau navigateur Edge. Mais il est également utilisé par l’assistant vocal Cortana, Outlook.com, Azure DocumentDB et TypScript.

Dans un premier temps, ChakraCore ne sera publié que pour Windows, mais la compatibilité devrait être étendue. Microsoft profitera de la sortie en janvier pour expliquer quelles sont ses priorités et orientation sur la manière dont la communauté pourra contribuer au projet ChakraCore. (Eureka Presse)

 

Étiquettes : , , , ,