RSS

Archives de Tag: Open source

La désignation open source s’applique aux logiciels dont la licence respecte des critères précisément établis par l’Open Source Initiative, c’est-à-dire la possibilité de libre redistribution, d’accès au code source et de travaux dérivés.

Après des années de déshérence, OpenOffice pourrait bien fermer

 

Source : ZDNet

Business : Avec la réussite de LibreOffice, les responsables d’OpenOffice estiment aujourd’hui qu’il faut mettre la clé sous la porte. Mais la suite bureautique conserve de nombreux utilisateurs.

OpenOffice, première alternative open source à Microsoft Office, a vu fondre ses effectifs de développeurs avec le temps. Au point qu’il n’y ait plus assez de monde pour publier des mises à jour. Les chefs de projet s’inquiètent particulièrement de l’impact sur la dimension sécurité de l’application.

« Il n’y a plus assez de développeurs qui ont la capacité et la volonté pour suppléer la demi-douzaine de bénévoles qui maintiennent le projet » écrit Dennis Hamilton, vice président d’Apache OpenOffice dans un mail publié récemment. Si aucune décision n’a encore été prise, Dennis Hamilton mentionne que « le retrait du projet est une possibilité sérieuse ».

De nombreux développeurs ont abandonné OpenOffice pour travailler sur LibreOffice, un fork dont la première version date de janvier 2011. Et si LibreOffice publie désormais des mises à jour fréquentes, la plus récente mise à jour d’OpenOffice date d’octobre 2015, après seulement deux mises à jour en 2014.

En Juillet dernier, OpenOffice a émis un avis sur une vulnérabilité de sécurité, patchée en Août dernier. Cette faille permettait aux attaquants d’opérer des DoS et d’exécuter du code. En dépit du patch, les inquiétudes demeurent sur la prise en charge des failles de sécurité du projet.

Téléchargé plus de 29 millions de fois en 2015

Si l’arrêt du projet OpenOffice se confirme, le code source resterait disponible pour toute personne intéressée à l’utiliser, mais le projet ne fournirait aucun moyen de valider les modifications.

OpenOffice est devenu un projet open source en 2000 après que Sun Microsystems ait acquis StarOffice et publié le code de l’application. LibreOffice a été créé après que Sun ait été acquis par Oracle en 2010. LibreOffice est maintenu par The Document Foundation, dont le conseil consultatif comprend des acteurs du logiciels libres tels que la Free Software Foundation et GNOME et des entreprises telles que Canonical, Google, et Red Hat. LibreOffice revendique 100 millions d’utilisateurs actifs.

OpenOffice conserve cependant de nombreux utilisateurs sur Windows et Mac. OpenOffice a été téléchargé plus de 29 millions de fois en 2015, pour un total cumulé de plus de 160 millions de téléchargements depuis mai 2012, selon les statistiques du projet.

 
Poster un commentaire

Publié par le 6 septembre 2016 dans Logiciels, Open source, Suite bureautique

 

Étiquettes : , ,

LibreOffice : la mise à jour 5.1 se tourne vers le cloud et l’interopérabilité

 

Source : ZDNet

Mise à jour : La suite bureautique open source dévoile sa version 5.1, une version largement revue et corrigée. Les principales améliorations apportées concernent l’interopérabilité, mais aussi une refonte de l’interface utilisateur.

Libreoffice continue son développement et annonce l’arrivée d’une version 5.1, six mois après la version 5.0. Parmi les nouveautés de cette nouvelle mouture, The Document Foundation qui édite la suite logicielle met en avant trois grands axes de cette nouvelle version : l’interopérabilité, le Cloud et la refonte de l’interface.

Sur le front de l’interopérabilité, cette nouvelle version 5.1 apporte un meilleur support des formats propriétaires, notamment les fichiers Apple Keynote 6. LibreOffice s’offre également un lifting d’interface : rien de révolutionnaire ici, mais un réagencement de certaines options ainsi que l’addition de nouveaux menus pour chacune des composantes de la suite logicielle.

Write s’enrichit ainsi d’un onglet Style, tandis que Calc embarque un onglet Feuille utilisé pour naviguer entre les différentes pages, et Slide un menu Impress And Drive.

Cette nouvelle version apporte également une nouvelle option permettant à un utilisateur d’enregistrer un document sur un serveur distant. Une quinzaine de services sont proposés à l’utilisateur, de Google Drive à Onedrive en passant par Sharepoint. On regrettera un peu l’absence de Dropbox, mais ceux-ci ayant déjà passé un important partenariat avec Microsoft Office, on peut comprendre qu’ils préfèrent réserver l’exclusivité de l’intégration de leur service à leurs partenaires.

Outre cette amélioration sur les fonctionnalités, The Document Foundation explique également avoir entrepris une large refonte du code source de LibreOffice et de son architecture, afin de le rendre plus facile à corriger et développer dans les années à venir.

 
Poster un commentaire

Publié par le 16 février 2016 dans LibreOffice, Logiciels, Open source

 

Étiquettes : , ,

Edge : Microsoft va libérer le code source du moteur JavaScript Chakra

 

Source : ZDNet

Technologie : Microsoft a décidé d’ouvrir le code source de son moteur JavaScript Chakra. Il sera disponible en licence open source à partir de janvier, dans un premier temps pour Windows.

Dans un billet de blog posté en fin de semaine dernière, Microsoft a annoncé l’ouverture du code source de son moteur JavaScript Chakra. L’opération se fera en janvier via GitHub sous une licence open qui portera le nom de ChakraCore.

Microsoft a développé le moteur Chakra en 2008 pour Internet Explorer 9 puis les versions suivantes ainsi que son nouveau navigateur Edge. Mais il est également utilisé par l’assistant vocal Cortana, Outlook.com, Azure DocumentDB et TypScript.

Dans un premier temps, ChakraCore ne sera publié que pour Windows, mais la compatibilité devrait être étendue. Microsoft profitera de la sortie en janvier pour expliquer quelles sont ses priorités et orientation sur la manière dont la communauté pourra contribuer au projet ChakraCore. (Eureka Presse)

 

Étiquettes : , , , ,

Rupture entre Skype et la technologie libre Asterisk : l’effet Microsoft ?

 

Source : ZDNet

 

Rupture entre Skype et la technologie libre Asterisk : l’effet Microsoft ? – Skype for Asterisk, qui permettait une forte intégration avec la technologie PBX Open Source, sera retiré le 26 juillet prochain. Or Asterisk concurrence directement Lync, la solution de Microsoft, désormais propriétaire de Skype. Skype dément toutefois tout lien.

Depuis les deux dernières années, Microsoft assure de son engagement en faveur d’une plus grande ouverture et interopérabilité avec les technologies issues du logiciel libre.

En rachetant Skype, l’éditeur a cependant dû rassurer là aussi sur son engagement à maintenir un développement multiplateforme. « Je l’ai dit et je le pense. Microsoft continuera à soutenir les plateformes non Microsoft (…) Nous sommes l’une des rares entreprises à avoir des antécédents dans ce domaine » déclarait alors Steve Ballmer.

 

Objectif : brider Asterisk en faveur de Microsoft Lync ?

Si l’acquisition de Skype a été officialisée, sans pour autant être à ce stade finalisée, faut-il voir dans la récente décision de l’éditeur du logiciel de VoIP à l’égard d’Asterisk l’influence de Microsoft ? Digium, la société commerciale derrière Asterisk, la solution de communication Open Source, a annoncé la fin d’un contrat majeur avec Skype.

Skype for Asterisk ne sera plus commercialisé à partir du 26 juillet, Skype ayant décidé de ne pas renouveler cet accord. Une mauvaise nouvelle pour Digium puisqu’il permettait à un PBX Asterisk (déployé dans de nombreuses entreprises) de bénéficier d’un accès natif au réseau Skype.

Pour Skype, il s’agit de donner la priorité à SIP

Si Digium ne met pas en cause le rachat de Skype par Microsoft, Steven J. Vaughan-Nichols y voit néanmoins, sur ZDNet.com, un lien direct. « Cet été Microsoft lancera Lync Online, la version hébergée de son serveur de communications unifiées. » Or Lync a pour concurrent direct Asterisk.

Skype réfute totalement toute intervention de Microsoft dans cette décision. « Skype a pris la décision d’arrêter Skype for Asterisk plusieurs mois plus tôt afin de se concentrer en priorité sur l’implémentation du standard IETF de SIP dans notre solution Skype Connect » justifie Jennifer Caukin, porte-parole de Skype.

« En supportant SIP plutôt que d’autres alternatives, nous maximisons nos ressources et continuons à renforcer nos engagements pour délivrer Skype sur les plateformes clés où la demande client est la plus large » ajoute-t-elle encore.

 
Poster un commentaire

Publié par le 30 mai 2011 dans Internet, Microsoft, Skype

 

Étiquettes : , , , ,

Le FBI soupçonné d’avoir intégré des backdoors dans OpenBSD

 

Source : Zdnet.fr

 

Sécurité – Un expert employé à la fin des années 90 par le FBI a informé le fondateur de la communauté OpenBSD avoir développé au sein d’une cellule spéciale des portes dérobées. Celles-ci permettraient de dérober des clés de chiffrement et d’intercepter du trafic chiffré. Un audit du code est en cours.

Wikileaks n’a pas le monopole des révélations. Celle qui agite la communauté OpenBSD émane directement de son fondateur Theo de Raadt. C’est un message électronique de Gregory Perry, ancien directeur technique de NetSec (devenu Verizon Business Security) qui a mis le feu aux poudres.

Gregory Perry a profité de l’expiration d’une clause de confidentialité signée avec le FBI pour révéler l’affaire. L’expert a ainsi informé Theo de Raadt avoir assisté techniquement le FBI à la fin des années 90 dans le but d’insérer du code dans OpenBSD.

Les pare-feu et VPN reprenant le code d’OpenBSD potentiellement concernés

Objectif du projet : permettre à l’agence fédérale américaine d’effectuer des interceptions. Les développements de la cellule formée par le FBI portaient en effet sur « des backdoors dans des systèmes de cartes à puce et dans des frameworks cryptographiques » d’OpenBSD analyse LeMagIT.

Mots clés Technorati :

Pour Gregory Perry, l’existence de ces backdoors justifient notamment l’attachement manifesté par le FBI à promouvoir OpenBSD dans les solutions pare-feu et VPN. Depuis les 10 dernières années, le code du système d’exploitation a cependant beaucoup évolué.

Des accusations qui restent à démontrer

Mais Gregory Perry encourage le fondateur de la communauté OpenBSD et ses membres à auditer le code lié à la cryptographie, et en particulier les contributions de Scott Lowe.

Ce dernier, expert de la virtualisation chez EMC, est en effet directement pointé du doigt par Perry qui l’accuse de travailler pour le compte du FBI en promouvant l’utilisation de machines virtuelles OpenBSD dans vSphere de VMware.

Scott Lowe a rapidement réagi sur son blog pour démentir ces informations. Malgré le scepticisme de certains experts à l’égard des différentes accusations formulées par Perry, celles-ci sont malgré tout prises avec sérieux.

Le code source soupçonné d’abriter des portes dérobées ayant été largement réutilisé dans d’autres produits, notamment des distributions, l’affaire dépasse la seule communauté OpenBSD. L’audit du code, et en particulier du stack IPSec, est quoi qu’il en soit lancé.

 
Poster un commentaire

Publié par le 17 décembre 2010 dans Logiciels, Sécurité

 

Étiquettes : , , , ,