RSS

Archives de Tag: Windows 10

Windows 10 : les entreprises n’auront plus à migrer aussi souvent

Source : ZDNet

Technologie : Microsoft a entendu la grogne des utilisateurs professionnels de Windows. Les clients Windows 10 Entreprise et Education pourront désormais conserver une version de l’OS durant 30 mois contre 18 aujourd’hui. Enfin presque…

En réponse aux professionnels de l’IT, qui jugent le rythme des mises à jour majeures de Windows 10 trop rapide, Microsoft fait évoluer la durée de support des nouvelles versions du système d’exploitation.

L’éditeur ne renonce pas à publier deux mises à jour des fonctionnalités Windows 10 par an. Cette politique, dans le cadre de laquelle Microsoft publie de nouvelles mises aux environs de mars et septembre chaque année, n’est pas remise en cause.

2 mises à jour par an, 2 rythmes différents

La firme de Redmond a choisi de jouer sur un autre levier pour répondre aux demandes de ses clients. Elle fait ainsi évoluer le calendrier de support pour les éditions Windows 10 Enterprise et Education, uniquement.

Les utilisateurs de ces éditions de sa plateforme pourront ainsi désormais procéder à la mise à jour de leurs systèmes d’exploitation tous les 30 mois, soit plus de deux ans, contre 18 mois actuellement. Voici comment cela fonctionnera.

Tout d’abord, pour les clients Windows 10 Home, Pro et Office 365 ProPlus, rien ne change. Les mises à jour biannuelles des fonctionnalités de ces produits seront supportées pendant 18 mois pour les versions de mars et de septembre. Les clients Windows 10 Enterprise et Education sont les seuls concernés par les modifications annoncées le 6 septembre.

Toutes les mises à jour actuellement sous support des éditions Windows 10 Enterprise et Education (versions 1607, 1703, 1709 et 1803) bénéficieront d’une prise en charge pendant 30 mois, à compter de leur date de publication initiale.

Dans la même logique, toutes les futures mises à jour fonctionnelles des éditions de Windows 10 concernées dont la sortie intervient en septembre (à partir de la mise à jour 1809/octobre 2018) seront supportées pendant 30 mois à compter de leur date de publication.

Mais cela se complique ensuite. Les futures mises à jour des éditions Windows 10 Enterprise et Education dont la sortie est prévue en mars (à partir de 1903/Windows 10 19H1) continueront à être prises en charge pendant 18 mois à compter de leur date de publication. Les responsables de Microsoft affirment que la conservation de ce calendrier répond aux clients souhaitant maintenir un calendrier de déploiement plus rapide des fonctionnalités de Windows 10.

Pourquoi Microsoft a-t-il prolongé la période de support pour les mises à jour d’automne/septembre et non celles du printemps/mars ? Jared Spataro, vice-président de Microsoft 365, déclare que les clients sont plus enclins à réaliser les mises à jour à l’automne en raison des cycles budgétaires et de discussions sur les mises à jour plus importantes.

Les entreprises choisiront la sécurité, dixit Microsoft

Ne faut-il pas également une voir une hiérarchie entre les mises à jour, la première pouvant être qualifiée de mineur par rapport à celle intervenant au second semestre ? Selon Spataro, interrogé par ZDNet, ce n’est pas le cas. « La cadence semestrielle reste notre étoile polaire » assure-t-il.

Même si les clients Enterprise et Education pourront choisir de migrer seulement une fois tous les deux ans, le dirigeant estime que la majorité d’entre eux ne feront pas ce choix, en particulier en raison des évolutions en termes de sécurité permis par un rythme de mise à jour bi-annuel.

Jusqu’à présent, Microsoft étendait progressivement le support aux utilisateurs de Windows 10 Enterprise et Education. L’année dernière, Microsoft a ajouté six mois de support supplémentaire pour Windows 10 1511. En février de cette année, Microsoft en a fait de même pour Windows 10 1607, 1703 et 1709. Ces extensions ont fait passer la période de support de 18 mois à 24 mois pour ces clients, leur donnant « un peu plus de temps pour implémenter Windows en tant que service. »

Il est louable que Microsoft reconnaisse (enfin) que le rythme de mise à jour de Windows 10, deux fois par an, n’est pas réaliste pour certains de ses principaux clients. Il sera intéressant de voir combien choisissent finalement d’appliquer les mises à jour tous les deux ans, en dépit de l’argument sécurité mis en avant par Microsoft.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 10 septembre 2018 dans Microsoft, W10, Windows

 

Étiquettes :

La prochaine version de Windows 10 sera la 1809

Source : ZDNet

Technologie : Microsoft confirme que la prochaine version de Windows 10 sera la build 1809. Elle devrait être disponible pour les utilisateurs au cours des deux prochains mois.

 

La dernière préversion de Windows 10 confirme que la prochaine mise à jour des fonctionnalités de l’OS portera le nom de version 1809 et qu’elle devrait être disponible dans les deux prochains mois.

Jusqu’à présent, la future version de Windows 10 portait le nom Redstone 5, mais la dernière version, Build 17741, partagée avec les membres du programme Insider, confirme que le numéro de version attendu sera 1809.

Adieu Redstone

Comme avec les versions précédentes depuis Windows 10 version 1507 en juillet 2015, les quatre chiffres correspondent à la date à laquelle la dernière mouture de l’OS est publiée.

Le nouveau numéro de version, repéré par Neowin, apparaît dans la préversion destinée aux testeurs ayant opté pour la diffusion rapide de Microsoft ou « fast ring ».

Si la plupart des utilisateurs traditionnels ne se soucient probablement pas du nouveau numéro de version, celui-ci traduit néanmoins que Microsoft termine actuellement la phase de test de cette mise à jour des fonctionnalités.

Microsoft a également lancé les tests pour la prochaine version de Windows 10 pour les insiders du mode Skip Ahead : nom de code « 19H1 », basé donc sur la date, en remplacement du nom de code Redstone.

La principale nouveauté de la dernière version Redstone 5 est un moyen plus facile d’accéder à la nouvelle application Votre Téléphone de Microsoft, qui permet aux utilisateurs de Windows 10 d’accéder à des contenus sur leurs téléphones, comme des photos récentes.

Comme promis lors de l’annonce de l’application, la dernière version inclut une épingle sur le bureau pour Your Photos. Ce raccourci vous amène à l’application dont Microsoft espère qu’elle sera adoptée par les utilisateurs lors de la diffusion générale.

L’appli Votre Téléphone pour Windows 10

« Connectez votre téléphone mobile à votre PC via l’application Votre téléphone. Ouvrez l’application Votre téléphone et suivez le processus de configuration. Vous recevrez une application de Microsoft que vous devez télécharger sur votre téléphone mobile et suivez les instructions de configuration » explique Microsoft dans un billet de blog.

« Android 7.0 et les versions ultérieures sont compatibles avec l’appli Votre téléphone. Pour les PC liés à la région de la Chine, les services de l’application Votre téléphone seront activés à l’avenir. »

L’application fait partie de la tentative de Microsoft pour associer plus étroitement les PC Windows 10 aux smartphones et iPhone de leurs utilisateurs.

Sur Android, l’application permet aux utilisateurs de voir 25 photos récentes de leur téléphone sur le bureau Windows, tandis que la version iPhone permet simplement de partager des pages Web entre le mobile et le poste de travail.

La fonctionnalité est actuellement limitée, mais l’idée est d’étendre ses fonctionnalités pour permettre aux utilisateurs de passer des appels et d’envoyer des messages texte.

Étant donné la sortie imminente de Windows version 1809, les dernières préversions traitent principalement des correctifs de bugs et des problèmes connus, mais apportent aussi de nouvelles touches superficielles telles que l’extension du mode sombre à l’Explorateur de fichiers.

Les correctifs concernent notamment un panneau Emoji à jour, des correctifs pour les bogues affectant les flyouts de la barre des tâches, ainsi que des problèmes touchant Cortana et Action Center.

 
Poster un commentaire

Publié par le 21 août 2018 dans Microsoft, W10, Windows

 

Étiquettes : ,

Les mises à jour de Windows 10 ? Irréprochables selon Microsoft

Source : ZDNet

Mise à jour : Après avoir été critiqué pour des correctifs contenant des bugs, Microsoft fait le point sur son processus de mise à jour des machines utilisant Windows 10.

Microsoft a refusé de répondre aux critiques émises par Susan Bradley à l’encontre de la qualité et de la fréquence de ses correctifs les plus récents. Mais l’entreprise rappelle dans un post de blog qu’il offre aux administrateurs tous les outils nécessaires pour tester les correctifs en amont de leur application et faire des retours avant leur mise en production.

John Wilcox, l’un des employés de Microsoft ayant notamment défendu le passage des entreprises vers le modèle Windows as a service, offre une explication détaillée des méthodes de vérification de qualité mise en place par Microsoft sur Windows 10.

Comme le remarquait récemment mon collègue Ed Bott, les administrateurs IT qui ont passé plusieurs années à maîtriser les spécificités de Windows Update doivent « se préparer à désapprendre. » La cause : les nombreux changements apportés par Microsoft dans le tournant vers une stratégie « Windows 10 as a service. »

« Avec Windows 10, Microsoft a complètement repensé le fonctionnement de Windows Update. Pour beaucoup d’experts, s’habituer aux nouveaux systèmes permettant de contrôler le processus de mise à jour de manière aussi fine peut se révéler être une tache draconienne » note-t-il.

Microsoft devait auparavant assurer le support de cinq versions différentes de Windows de façon simultanée. Une approche difficilement tenable dans un monde où les nouvelles menaces apparaissent à la vitesse de l’éclair.

Microsoft a donc mis en place les « feature updates » de Windows 10, désignée par exemple sous les termes de version 1703 et 1709, aux côtés de builds numérotées comme la 16299. Celles-ci sont publiées deux fois par an.

En plus de cela, les « mise à jour de qualité » publiées de manière mensuelle ont été mises en place. Celles-ci concernent uniquement la correction des problèmes de sécurité et de stabilité, mais n’introduisent pas de nouvelles fonctionnalités. La version du build est conservée et le niveau de mise à jour est noté ensuite, en passant de la build 16299 à 16299.192. L’objectif est ici de conserver le système à jour, et ce même en l’absence des correctifs principaux. Ces mises à jour sont diffusées via Windows Update.

>>>A lire notre guide : Comment installer, réinstaller, upgrader et activer Windows 10<<<

En plus de cela, Microsoft a compliqué la tâche des administrateurs en remplaçant les bulletins de sécurité pour leur préférer une nouvelle base de données, plus complète.

Wilcox ajoute que les principes fondateurs ayant guidé le développement des mises à jour de service proposées par Microsoft sont construits dans l’optique d’être « simples, faciles à prévoir, agiles et transparents. »

Wilcox ne répond pas directement aux principales critiques formulées par Bradley sur les récents correctifs Microsoft. Mais il rappelle que les dirigeants IT devraient être en mesure de gérer « le rythme constant et régulier des correctifs diffusés. »

« Vous devriez être en mesure de prévoir bien à l’avance et de travailler sur les mises à jour à venir. Vous ne devriez pas avoir à mémoriser des cadences de diffusion multiples, c’est pourquoi le rythme de diffusion des correctifs Windows doit s’aligner sur le reste des produits de l’éditeur » écrit-il.

Il y avait 47 bugs corrigés dans le patch Tuesday de juillet. Les plus inquiétants, selon Bradley, concernaient les effets de bords .NET qui touchaient par rebond Sharepoint, les middlewares Biztalk Server et Exchange.

Comme elle le remarque, ces problèmes forçaient les gens comme elle à choisir entre installer un correctif rendant le système instable, ou à laisser une machine vulnérable avec des failles connues publiquement.

Wilcox explique que l’objectif « d’agilité » mis en avant par Microsoft vise à répondre aux menaces « rapidement quand cela est nécessaire. » « Nous devons être en mesure de proposer des correctifs rapidement, sans faire l’impasse sur la qualité ou la compatibilité » poursuit Wilcox.

Il insiste notamment sur la transparence mise en œuvre par Microsoft « Vous devriez être capable de comprendre et de vous préparer à l’avance aux correctifs. Cette approche inclut notamment des guides pour les outils les plus communs, des notes de versions plus simples et l’accès à une assistance et à un système de feedback afin de faire remonter vos suggestions. »

Les administrateurs doivent se faire aux nouvelles méthodes de Microsoft, qui de son côté doit s’efforcer de proposer un rapport plus détaillé sur les mises à jour mensuelles.

L’IA en secours

Les mises à jour du patch Tuesday arrivent, comme toujours, le second mardi de chaque mois. Celles-ci sont parfois désignées sous le terme de « B Release » et sont les mises à jour mensuelles les plus importantes.

Les correctifs urgents qui ne sont pas diffusés par ce biais sont utilisés lorsque Microsoft décide de corriger de manière urgente une faille de sécurité ou un bug affectant de nombreux appareils. Cette méthode est notamment utilisée lorsqu’une faille de sécurité est déjà exploitée par des cybercriminels. Wilcox explique que Microsoft « traite avec la plus haute priorité » ce type de faille.

Microsoft prévoit également des « C Release » et « D Release », qui sont diffusés respectivement la troisième et la quatrième semaine du mois.

Celles-ci ne concernent pas les mises à jour de sécurité et permettent aux administrateurs de découvrir et de tester les correctifs non liés à la sécurité prévus pour le Patch Tuesday du mois suivant. Elles sont officiellement diffusées dans le cadre du patch Tuesday de ce mois-ci.

Wilcox explique que les administrateurs devraient faire leur travail de test en s’appuyant sur les « D release », qui sont publiées entre deux patch Tuesday.

« Au vu de la nature particulièrement sensible des correctifs de sécurité, les Patch Tuesday doivent être coordonnés en interne par notre équipe de développement produit, et testés en externe par nos partenaires », explique Wilcox.

« Les mises à jour non liées à la sécurité n’ont pas cette limitation. Pour la dernière version de Windows 10, nous publions généralement la majorité des correctifs non liés à la sécurité pendant la quatrième semaine de chaque mois, soit deux semaines après le dernier Patch Tuesday et deux semaines avant le prochain » poursuit l’employé de Microsoft.

Durant cette période de deux semaines, entre la publication d’une D release et la diffusion officielle du correctif, les administrateurs peuvent tester les mises à jour et faire remonter leurs retours à Microsoft. Cela permet de réduire les tests nécessaires suite au patch Tuesday, « ce qui nous permet de résoudre les problèmes avant même qu’ils n’apparaissent » explique Wilcox.

« Dans la plupart des cas, les releases C et D n’ont pas besoin d’être appliquées sur l’ensemble de votre parc de machine. Vous devriez plutôt les utiliser pour identifier les éventuels problèmes qui pourraient avoir un impact sur votre prochain déploiement de B release et faire remonter les problèmes à Microsoft » continue le dirigeant.

« Cela devrait vous aider à mettre en place vos processus de test et à mieux comprendre l’importance des mises à jour. Cela offre également la possibilité de proposer des suggestions avant la diffusion officielle de ces mises à jour, ce qui vous permet de bénéficier d’un déploiement plus souple et mieux adapté lorsque la Release B est officiellement déployée. »

À la décharge du Patch Tuesday, il rappelle que le fardeau des administrateurs était bien plus lourd par le passe, lorsque Microsoft se contentait de pousser les correctifs à ses utilisateurs lorsque ceux-ci étaient prêts.

« C’était également un problème pour les utilisateurs, qui étaient parfois contraints de redémarrer leurs machines plusieurs fois par mois afin d’appliquer des nouvelles mises à jour plutôt que de redémarrer une seule fois pour bénéficier d’une seule mise à jour cumulative. »

Mais Microsoft a récemment concédé le fait que ses efforts pour automatiser ses mises à jour ont créé de nombreux problèmes pour les utilisateurs. La semaine dernière, l’éditeur a ainsi annoncé l’arrivée d’un nouveau modèle prédictif, afin de s’assurer que le processus de mise à jour ne se lance qu’une fois que l’utilisateur a délaissé son travail pendant une période de temps suffisamment longue.

En d’autres termes, les administrateurs devraient faire confiance aux correctifs de Microsoft. Bradley explique que les récents soucis rencontrés par l’éditeur découlent de cela ; « Nous ne faisons pas suffisamment confiance au logiciel et aux mises à jour » pour installer immédiatement toutes les mises à jour et les correctifs « sans la moindre réserve. »

Sans surprise, Wilcox rappelle que Microsoft a recours à l’intelligence artificielle pour améliorer le processus de déploiement de ses patchs et exploite les données qu’il récupère pour améliorer constamment son modèle de mise à jour. Il insiste sur le fait que proposer « des mises à jour stables » est objectif toujours d’actualité pour Microsoft, et que les équipent avancent « aussi vite que possible » sur ce sujet.

 
Poster un commentaire

Publié par le 8 août 2018 dans Microsoft, W10, Windows, Windows Update

 

Étiquettes : ,

Windows 10 Spring Creators Update : elle ne devrait plus tarder

12/04/2018

Source : ZDNet

Technologie : A l’occasion de son Patch Tuesday, Microsoft n’a pas poussé la version stable de Redstone 4 mais une mise à jour cumulative pour les Insiders.

Redmond n’a jamais communiqué sur une date officielle de lancement de la Spring Update de Windows 10 (Redstone 4) mais tout laissait penser à un lancement le 10 avril avec le Patch Tuesday. Mais selon Windows Central, un bug de dernière minute pouvant entraîner dans certains cas un blocage de l’ordinateur aurait été identifié forçant Redmond à prendre un peu de temps pour le corriger avant d’ouvrir les vannes.

Pour autant, il ne faudra a priori pas attendre bien longtemps avant la mise en ligne de la nouvelle mouture. En effet, au sein du Patch Tuesday de ce mardi, on trouve une mise à jour de sécurité cumulative pour Redstone 4 (estampillée KB4100375). Bizarre puisque l’OS n’est pas officiellement disponible pour le grand public ?

Ce pack de correctifs s’adresse en réalité aux Insiders qui testent depuis plusieurs mois la Spring Creators Update à travers différentes previews et s’applique à la dernière en date, la build 17133 considérée comme la version RTM de Redstone 4. La disponibilité de la mise à jour cumulative sous-entend que tous les bugs connus de la nouvelle version sont connus et corrigés. Peut-être même celui qui aurait empêché la livraison de la version finale et stable.  

Redmond reste muet quant à la date de disponibilité de cette Redstone 4 mais tout porte à croire que cela ne devrait plus tarder.  

Après ce déploiement, Microsoft devrait assez rapidement proposer la première version de test de « Redstone 5 », en commençant par les membres de l’anneau « Skip Ahead ». Microsoft vient d’ailleurs d’ajouter plus de fonctionnalités à sa fonctionnalité de gestion Sets (gestionnaire de fenêtres) avec la dernière version de test (Build 17639) de cette prochaine version attendue cette fois à l’automne. 

 
Poster un commentaire

Publié par le 12 avril 2018 dans W10

 

Étiquettes :

Windows 10 ‘Redstone 5’ prend la fenêtre et dope Sets

 

Source : ZDNet

Technologie : Microsoft ajoute plus de fonctionnalités à sa fonctionnalité de gestion Sets (gestionnaire de fenêtres) avec la dernière version de test de Windows 10 ‘Redstone 5’.

La nouvelle préversion de Windows 10 « Redstone 5 » de Microsoft ajoute de nouvelles options à la fonction de gestion « Sets » du menu Multitâche du système.

La Build 17639, disponible depuis le 4 avril pour les insiders du « Fast Ring », ajoute plusieurs fonctions supplémentaires au paramètre Sets. Sets est un outil de gestion de fenêtres qui permet aux utilisateurs de regrouper des pages Web, des documents, des fichiers et des applications et de travailler avec eux dans des onglets au sein du navigateur Microsoft Edge.

Regrouper des fenêtres File Explorer

Avec la dernière préversion de l’OS, les onglets applicatifs en glisser-déposer dans et entre Sets fonctionnent désormais. Avec la build 17639, les utilisateurs peuvent utiliser Alt + Tab pour basculer entre des groupes d’onglets.

De nouveaux paramètres pour Sets sont implémentés avec cette version, et Microsoft travaille à offrir la possibilité de regrouper deux fenêtres File Explorer. En outre, une nouvelle interface utilisateur permet d’ouvrir plus facilement de nouveaux onglets et de nouvelles fenêtres dans le menu Fichier.

Le billet de blog de Microsoft sur 17639 détaille d’autres évolutions fonctionnelles, corrections et problèmes connus. Il mentionne également que Microsoft prévoit d’activer Sets pour plus d’applications de bureau Win32, y compris Office (pas de calendrier fourni). La fonction sera disponible pour les membres du programme Office Insider et exécutant les dernières versions d’Office.

Quelques autres nouvelles fonctionnalités font partie de la version 17639. Les utilisateurs peuvent ainsi vérifier le niveau de la batterie de leurs terminaux Bluetooth dans Paramètres et obtenir le pourcentage restant chaque fois que ordinateurs et appareils Bluetooth sont connectés. Microsoft a également mis à jour la calculatrice Windows pour que le calcul de la racine carrée reconnaisse désormais les carrés parfaits.

Les problèmes connus et correctifs pour Windows 10 Build 17639 sont répertoriés dans l’article de blog du 4 avril.

Redstone 5 doit être déployé à partir d’octobre 2018, si Microsoft continue de s’en tenir à son programme de déploiement pour Windows 10.

 
Poster un commentaire

Publié par le 5 avril 2018 dans Microsoft, W10, Windows

 

Étiquettes : ,

Windows 10 : vers des mises à jour majeures bien plus rapides ?

 

Source : ZDNet

Technologie : Les mises à jour de fonctionnalités, qualifiées de majeures, devraient à l’avenir rendre la machine moins indisponible pendant le processus.

Microsoft continue à plancher sérieusement sur ses dispositifs de mises à jour de Windows 10, moment toujours sensible/pénible pour les utilisateurs. En février dernier, on apprenait que l’éditeur allait permettre de reprendre un téléchargement en cas de coupure. En effet, jusqu’à présent, si un téléchargement d’une mise à jour est interrompu par une coupure de connexion Internet, de courant ou un plantage, il faut recommencer le processus à zéro. Ce qui peut s’avérer très pénible dans le cas de grosses mises à jour.

Aujourd’hui, Windows Insider évoque une nouvelle approche pour les mises à jour de fonctionnalités, les plus importantes, celles qui offrent de nouvelles fonctions au système et qui ont lieu deux fois par an (Spring et Fall dans le langage Microsoft).

Ces mises à jour sont évidemment longues et rendent la machine indisponible pendant certaines parties du processus, les plus longues généralement. Microsoft entend raccourcir au maximum ce temps d’indisponibilité afin de pouvoir continuer à utiliser son PC alors que la mise à jour s’installe en tâche de fond. 

Le dispositif sera mis en place dès le mois prochain et devrait permettre de faire passer le temps moyen d’indisponibilité de 82 à 30 minutes (voir tableau ci-dessous). On parle bien de délais moyens qui dépendront de sa configuration, bande passante etc…. Concrètement, la préparation de la mise à jour se fait en arrière plan, idem pour le processus de mise en place des nouveaux fichiers du système dans un répertoire temporaire. 

 
 

Étiquettes :

Microsoft prévoit la suppression des mots de passe sur Windows 10.

 

Sources : Nicolas Coolman
               Microsoft

Prise en main de l’application Microsoft Authenticator

Dans cet article
  1. Abonnement à la vérification en deux étapes
  2. Installer l’application
  3. Ajouter des comptes à l’application
  4. Utilisation de l’application lors de la connexion

L’application Microsoft Authenticator fournit un niveau supplémentaire de sécurité dans votre compte professionnel ou scolaire (p. ex. bsimon@contoso.com) ou votre compte Microsoft (p. ex. bsimon@outlook.com).

L’application fonctionne de l’une des deux façons suivantes :

  • Notification. L’application peut aider à empêcher tout accès non autorisé aux comptes et à arrêter les transactions frauduleuses en envoyant une notification à votre smartphone ou tablette. Affichez simplement la notification et si elle est légitime, sélectionnez Vérifier. Sinon, vous pouvez sélectionner Refuser.
  • Code de vérification. L’application peut être utilisée comme jeton logiciel pour générer un code de vérification OAuth. Après avoir entré votre nom d’utilisateur et votre mot de passe, vous entrez le code fourni par l’application dans l’écran de connexion. Le code de vérification fournit un deuxième formulaire d’authentification.

L’application Microsoft Authenticator remplace l’application Azure Authenticator. L’application Azure Authenticator continue de fonctionner, mais cet article peut vous aider si vous décidez d’adopter la nouvelle application Azure Authenticator.

Abonnement à la vérification en deux étapes

L’application Microsoft Authenticator ne fonctionne pas toute seule. Configurez chacun de vos comptes pour être invité à exécuter une deuxième méthode de vérification après vous être connecté avec votre nom d’utilisateur et votre mot de passe.

En général, pour un compte professionnel ou scolaire, vous ne pouvez pas prendre cette décision vous-même. Un administrateur de sécurité s’abonne à votre place et vous avertit que vous devez inscrire les méthodes de vérification pour votre compte. Si ce scénario vous concerne, reportez-vous à Présentation concrète de Multi-Factor Authentication Azure.

Pour un compte personnel, vous devez configurer la vérification en deux étapes vous-même. Si vous avez un compte Microsoft, ces étapes sont disponibles dans À propos de la vérification en deux étapes.

Vous pouvez également utiliser Microsoft Authenticator avec des comptes non-Microsoft. La fonction peut ne pas s’appeler « vérification en deux étapes », mais vous devez pouvoir la trouver dans les paramètres de sécurité ou de connexion.

Installer l’application

L’application Microsoft Authenticator est disponible pour Android, iOS et Windows Phone.

Ajouter des comptes à l’application

Pour chaque compte que vous souhaitez ajouter à l’application Microsoft Authenticator, utilisez l’une des procédures suivantes :

Ajouter un compte Microsoft personnel à l’application

Pour un compte Microsoft personnel (celui qui vous permet de vous connecter à Outlook.com, Xbox, Skype, etc.), il vous suffit de vous connecter à votre compte dans l’application Microsoft Authenticator.

Ajouter un compte professionnel ou scolaire à l’application à l’aide du scanneur de code QR
  1. Accédez à l’écran des paramètres de vérification de la sécurité. Pour savoir comment accéder à cet écran, consultez Problèmes avec Azure Multi-Factor Authentication.
  2. Cochez la case Application Authenticator, puis sélectionnez Configurer.

    Le bouton Configurer sur l’écran des paramètres de vérification de la sécurité.

    Cela fait apparaître un écran avec un code QR dessus.

    Écran qui fournit le code QR

  3. Ouvrez l’application Microsoft Authenticator Sur l’écran des comptes, sélectionnez +, puis indiquez que vous souhaitez ajouter un compte professionnel ou scolaire.
  4. Utilisez l’appareil photo pour scanner le code QR, puis sélectionnez Terminé pour fermer l’écran de code QR.

    Si votre appareil photo ne fonctionne pas correctement, vous pouvez entrer manuellement le code QR et l’URL.

  5. Lorsque l’application affiche le nom de votre compte souligné d’un code à six chiffres, c’est que vous avez terminé.

    Écran de comptes

Ajouter manuellement un compte à l’application
  1. Accédez à l’écran des paramètres de vérification de la sécurité. Pour savoir comment accéder à cet écran, consultez Problèmes avec Azure Multi-Factor Authentication.
  2. Sélectionnez Configurer.

    Le bouton Configurer sur l’écran des paramètres de vérification de la sécurité.

    Cela fait apparaître un écran avec un code QR dessus. Notez le code et l’URL.

    Écran qui fournit le code QR et l’URL

  3. Ouvrez l’application Microsoft Authenticator Sur l’écran des comptes, sélectionnez +, puis indiquez que vous souhaitez ajouter un compte professionnel ou scolaire.

  4. Dans le scanner, sélectionnez enter code manually(entrer le code manuellement).

    Écran pour scanner un code QR

  5. Entrez le code et l’URL dans les zones appropriées de l’application, puis sélectionnez Terminer.

    Écran pour saisir le code et de l’URL

  6. Lorsque l’application affiche le nom de votre compte souligné d’un code à six chiffres, c’est que vous avez terminé.

    Écran de comptes

Ajouter un compte à l’application à l’aide des fonctionnalités d’identification par empreinte digitale ou reconnaissance faciale de votre appareil

Votre organisation peut exiger un code PIN pour effectuer le test de vérification. Au lieu de demander un code PIN, l’application Microsoft Authenticator peut utiliser les fonctionnalités d’identification par empreinte digitale ou reconnaissance faciale de votre appareil. Pour configurer ces fonctionnalités lors de la première vérification dans l’application, choisissez d’utiliser Touch ID (pour iOS) ou l’identification par empreinte digitale.

Pour configurer Touch ID pour Microsoft Authenticator, vous devez effectuer un test de vérification normal avec un code PIN. Microsoft Authenticator configure automatiquement Touch ID pour les appareils qui le prennent en charge.

Vérification de la configuration de Touch ID

À partir de là, lorsque vous êtes invité à vérifier votre connexion, vous sélectionnez la notification Push reçue et vous scannez votre empreinte digitale au lieu d’entrer votre code confidentiel.

Notification Push

Utilisation de l’application lors de la connexion

Une fois que votre compte est ajouté à l’application, vous pouvez être invité à effectuer une vérification du test pour vous assurer que tout a été correctement configuré. Après cela, vous avez terminé ! Vous n’avez rien d’autre à faire avant la prochaine connexion.

Si vous avez choisi d’utiliser des codes de vérification dans l’application, ils s’affichent sur la page d’accueil. Ils changent toutes les 30 secondes, de sorte que vous ayez toujours un nouveau code lorsque vous en avez besoin. Mais vous n’avez rien à faire tant que vous n’êtes pas connecté et invité à saisir un code de vérification.

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 mars 2018 dans Général

 

Étiquettes : ,