RSS

Archives de Tag: FMI

DSK dit "au revoir" au FMI par email

 

Après sa lettre de démission adressée à la direction du Fonds monétaire international (FMI), Dominique Strauss-Kahn a tenu à envoyer aussi un email à ses anciens collègues du Fonds. Il en profite pour nier toutes les accusations qui pèsent contre lui.

Dominique Strauss-Kahn a envoyé dimanche un email à tous ses anciens collègues

Dominique Strauss-Kahn a envoyé dimanche un email à tous ses anciens collègues SIPA

Alors que l’avocat de DSK, Benjamin Brafman, s’est dit confiant quant à l’acquittement de son client, l’ancien patron du FMI a envoyé dimanche un email à John Lipsky, qui a pris sa relève par intérim. Ce dernier l’a renvoyé à tous les salariés du Fonds, et la chaîne de télévision américaine CNN s’en est procurée une copie. Dans ce courriel, Dominique Strauss-Kahn semble jouer la transparence : « Les derniers jours ont été extrêmement douloureux pour moi et ma famille, et je sais qu’ils l’ont été aussi pour tout le monde au Fonds. » Il avoue qu’avoir quitté le FMI a été « une des décisions les plus dures de (sa) vie. » Il exprime « sa tristesse profonde et sa frustration d’avoir à partir dans ses circonstances. » Grand seigneur, il explique qu’il n’a pas voulu que le Fonds, et ses collègues, aient à « partager (son) cauchemar. Donc (il) est parti. »

 

« Je nie les accusations qui pèsent contre moi »

L’ancien favori des sondages pour l’élection présidentielle de 2012 a surtout profiter de ce courrier pour réaffirmer son innocence : « Je nie de la manière la plus forte possible les accusations qui pèsent contre moi. Je suis très optimiste sur le fait que la vérité va jaillir et que je serais innocent. » A peine libéré sous caution, la défense de DSK semble donc s’organiser : dans un pays où c’est à l’accusé de prouver son innocence, cet email apparaît comme une première étape dans la bataille contre la justice américaine.

 

« Au revoir »

Il n’a pas voulu quitter le FMI sans faire l’éloge des actions mémorables entreprises depuis son arrivée. Une façon peut-être de faire son propre éloge. Le « déploiement de ressources en Europe occidental (…) une première depuis plusieurs dizaines d’années », « un engagement plus important dans les marchés des pays émergents », et surtout « la réforme historique de la gouvernance » (du FMI, NDLR) sont des étapes décisives pour DSK : un bilan plutôt flatteur pour le socialiste. Après avoir rappelé tous ses accomplissements, il a ajouté : « Je me sens privilégié et humble d’avoir travaillé avec des personnes si extraordinaires. Je chérirai le temps passé ensemble. » « Ainsi donc, mes chers collègues, je vous remercie, vous dit bonne chance pour l’avenir, et au revoir (en Français dans le texte, NDLR). » L’email est signé d’un sobre « Dominique ». DSK apparaît en tout cas bien serein pour un homme qui pourrait passer le reste de sa vie en prison.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 23 mai 2011 dans Divers, Politique, Société

 

Étiquettes : ,

Le pass de la chambre d’hôtel de DSK pourrait "parler"

 

Source : Le Monde

La chambre 2806 de l'hôtel Sofitel où DSK est accusé d'avoir agressé une femme de chambre.

La chambre 2806 de l’hôtel Sofitel où DSK est accusé d’avoir agressé une femme de chambre.AFP/JEWEL SAMAD

 

Les pass de l’hôtel Sofitel de New York pourraient bien permettre d’éclairer ce qui s’est réellement passé dans la suite 2806 le 14 mai. C’est ce que suggère le quotidien américain New York Times dans un article expliquant les données que recèlent ces clefs magnétiques, dont l’usage a été systématisé dans les hôtels de la mégalopole états-unienne dès 1977.

Interrogé par le quotidien, Peter Krauss, responsable des ventes et du marketing de la société Plasticard Locktech International, qui fournit des clés magnétiques aux hôtels, affirme que ces pass enregistrent les horaires des différents passages. Sont ainsi conservées les données concernant l’heure à laquelle la porte a été ouverte et fermée, ainsi que le temps pendant lequel elle est restée entrouverte.

"Ils savent à quelle heure la femme de ménage a ouvert la porte, a laissé la porte ouverte et quand quelqu’un a fermé la porte", a affirmé M. Krauss au New York Times. Ces précieuses informations pourraient être confrontées à la version des faits donnée par la plaignante et à celle que devrait fournir Dominique Strauss-Kahn pour sa défense.

Elles pourraient également permettre d’éclaircir les zones d’ombre qui subsistent autour de l’heure à laquelle les faits se sont déroulés. Les enquêteurs avaient en effet annoncé, dans un premier temps, que les faits se seraient produits à 13 heures, avant de revoir la chronologie des évènements. Les avocats de Dominique Strauss-Kahn, cités par BFM TV, avaient fait valoir que son départ de l’hôtel a été enregistré à 12 h 28. Sur ce point, Le Monde peut confirmer que la jeune femme a alerté ses supérieurs des faits concernant M. Strauss Kahn, samedi, vers 12 h 30.

 

LE SCÉNARIO DE L’AGRESSION PRÉSUMÉE EXPLIQUÉ PAR LE PASS

Selon la version des faits donnée par la plaignante, et révélée par le procureur de New York, la femme de chambre du Sofitel a frappé à la porte de la suite de M. Strauss-Kahn, a annoncé sa venue, utilisé sa carte magnétique professionnelle pour entrer et laissé le charriot dans l’embrasure de la porte, pour la maintenir ouverte.

Conformément aux règlementations strictes définies par les hôtels, explique M. Krauss, les employés de ménage ne travaillent jamais porte fermée. M. Krauss en déduit que "selon les normes appliquées dans un Sofitel, la porte était soit ouverte, ou au minimum, entrouverte, lorsque la femme de ménage se trouvait dans la chambre". Cette pratique, instaurée dans quasiment tous les hôtels, est observée en bloquant le verrou en position ouverte ou en laissant le charriot dans l’embrasure de la porte, précise-t-il.

Les autorités "devraient avoir une trace de son utilisation de la carte pour entrer", commente ainsi M. Krauss, ainsi qu’"une trace du laps de temps pendant lequel la porte est restée ouverte, et du moment auquel le loquet de la porte a à nouveau été enclenché". Un autre élément d’importance pour l’affaire, précise M. Krauss, est que "le système peut faire la différence entre un pass client et le pass professionnel de la femme de ménage".

La femme de ménage a par ailleurs déclaré aux autorités judiciaires que lorsqu’elle est entrée dans la chambre pour nettoyer, M. Strauss-Kahn est sorti nu de la salle de bain et l’a attaquée. Au moment où elle s’est précipitée vers la porte, M. Strauss-Kahn l’a refermée, a-t-elle affirmé.

 

UNE INCIDENCE SUR LA LIGNE DE DÉFENSE

Les données conservées dans les clés magnétiques respectives de la femme de ménage et de Dominique Strauss-Kahn pourraient également influer sur la ligne de défense que ce dernier adoptera.

En effet, suggère le quotidien américain, "si les avocats de M. Strauss-Kahn soutiennent que la relation était consentie, leur version devra coïncider avec la trace informatisée sans équivoque qui révèle que la femme de ménage a laissé la porte ouverte".

Cette version "devra également éclairer comment et quand [la femme de ménage] a décidé qu’avoir une relation sexuelle avec M. Strauss-Kahn était une bien meilleure façon d’occuper son temps que de changer les draps", ironise le New York Times.

Liens : voir mot clé DSK

 
2 Commentaires

Publié par le 19 mai 2011 dans Divers, Politique, Société

 

Étiquettes : ,

Strauss-Kahn démissionne du FMI et affirme son innocence

 

Source : La Provence

 

 

Dominique Strauss-Kahn, accusé d’agression sexuelle et de tentative de viol sur une femme de chambre d’un hôtel de New York, a démissionné de son poste de directeur général du Fonds monétaire international (FMI).

"Je démens avec la plus grande fermeté possible toutes les allégations portées à mon encontre", déclare Dominique Strauss-Kahn dans sa lettre de démission, publiée par le FMI dans un communiqué daté du mercredi 18 mai.

"Je veux consacrer toute ma force, tout mon temps et toute mon énergie à prouver mon innocence", poursuit-il.

Le FMI précise qu’il communiquera prochainement sur le processus de sélection d’un nouveau directeur général. L’intérim sera assuré par le numéro deux de l’institution, John Lipsky.

Dominique Strauss-Kahn, qui était avant son arrestation le favori des sondages pour l’élection présidentielle de 2012 en France, dirigeait le FMI depuis le 1er novembre 2007. Son mandat courait jusqu’à l’automne 2012.

Incarcéré depuis lundi dans la prison new-yorkaise de Rikers Island, Dominique Strauss-Kahn faisait face ces derniers jours à une pression grandissante pour qu’il démissionne de ses fonctions.

Sa succession était au cœur des préoccupations de beaucoup de dirigeants qui jugeaient sa situation incompatible avec l’exercice de sa fonction.

Ses avocats vont tenter jeudi d’obtenir sa remise en liberté sous caution lors d’une audience à New York, contre le versement d’une caution d’un million de dollars et son placement en résidence surveillée 24 heures sur 24 à Manhattan avec un bracelet électronique.

Lors d’une audience préliminaire lundi, Dominique Strauss-Kahn s’est vu refuser une libération sous caution, la juge évoquant un risque de fuite.

Selon des documents judiciaires consultés mercredi par Reuters, Strauss-Kahn s’est engagé à rester à New York s’il bénéficiait d’une libération conditionnelle.

Un jury populaire doit se réunir vendredi à huis clos à New York pour statuer sur son éventuel renvoi devant un autre jury, qui serait cette fois chargé de le juger.

Liens : voir mot clé DSK

 
Poster un commentaire

Publié par le 19 mai 2011 dans Divers, Politique, Société

 

Étiquettes : ,

DSK sous surveillance anti-suicide

 

Source : Paris Match

 

DSK sous surveillance anti-suicide

| Photo REUTERS/Shannon Stapleton

Deuxième nuit en prison pour DSK, qui a été placé sous surveillance permanente destinée à prévenir toute tentative de suicide.

En attendant d’être à nouveau entendu par la justice américaine vendredi, Dominique Strauss-Kahn a passé sa seconde nuit à Rikers Island. Inculpé dimanche d’agression sexuelle, de tentative de viol et de séquestration sur la personne d’une femme de chambre de 32 ans d’un hôtel de Manhattan, le patron du FMI a connu, de son arrestation samedi à sa comparution publique lundi, une chute aussi soudaine que brutale. Il est d’ailleurs apparu parfois abattu, souvent absent, l’air défait et les traits usés lundi au tribunal de Manhattan qui l’a envoyé en détention provisoire. Après un entretien psychologique mardi avec une équipe médicale de l’établissement pénitentiaire. DSK a été placé sous surveillance permanente destinée à prévenir toute tentative de suicide.

Quelques mots prononcés par DSK lors de cette évaluation obligatoire au moment de l’incarcération, auraient décidé les autorités à prendre cette mesure, selon des sources au sein des services pénitentiaires, citées par le New York Post. Pour d’autres sources, citées par Reuters, il n’a montré aucun signe en ce sens, et il s’agit simplement là d’une mesure de précaution. Dominique Strauss-Kahn sera toutefois surveillé plus fréquemment que les autres détenus, a ajouté cette source, sans fournir de précisions. Le placement sous «suicide-watch» implique que le détenu soit régulièrement contrôlé. Il peut être observé toutes les 15 à 30 minutes (dans certains cas 24h sur 24), et parfois réveillé toutes les trois ou quatre heures afin de vérifier s’il est bien en vie. Il doit également revêtir une combinaison carcérale et qu’on lui retire ses lacets.

Des premières visites jeudi

Selon les déclarations officielles des autorités pénitentiaires, DSK a passé cette nouvelle nuit sans problèmes. Le patron du FMI est toujours détenu dans une cellule individuelle de la «West Facility», le plus petit des dix bâtiments de la prison géante de New York. Selon Europe 1, il pourra recevoir jeudi ses premières visites. «Mercredi est le premier jour de visite de la semaine. Il est réservé aux détenus dont le nom commence par A jusqu’à la moitié de l’alphabet. Jeudi c’est au tour de la 2eme partie de l’alphabet. Vendredi c’est visite pour tout le monde… Et samedi-dimanche, on reprend le système du demi-alphabet», a expliqué à la radio Charmaine Stein, porte-parole de la prison.

«Quelle que soit la raison pour laquelle vous êtes en prison, vous êtes traité de la même façon que les autres», a-t-il ajouté, rapporte Europe 1. DSK pourra toutefois recevoir dans une salle isolée – et pas au parloir – ses visiteurs. Ses mains devront toujours être en évidence, posées sur la table, précise encore la radio, à la vue des gardiens qui assisteront à toutes ses visites. Suivant les règlements de l’administration pénitentiaire de la ville, les détenus peuvent recevoir trois visites par semaine en plus de celles de leurs avocats. Si l’on se doute que sa famille sera là jeudi, l’une de ses rencontres devra impérativement être d’ordre professionnel.

Le FMI a en effet déploré, dans un communiqué, n’avoir pu rentrer en contact avec son directeur général pour déterminer s’il entendait se maintenir à ce poste pendant le cours de l’instruction ou s’il comptait se retirer. Un porte-parole du FMI a déclaré qu’il «était évidemment important qu’un contact puisse être établi dans un délai raisonnable». Deux sources au sein du FMI ont confirmé à Reuters que le conseil d’administration a tenté mardi de joindre DSK pour savoir s’il envisageait ou non de se maintenir à son poste. Point final

 

Liens : voir mot clé DSK

 
Poster un commentaire

Publié par le 18 mai 2011 dans Divers, Politique, Société

 

Étiquettes : , , ,

DOMINIQUE STRAUSS-KHAN : Une icone brisée sur le socle du sexe

 

Source : GuinnéeConakry.info

 

Les images sont sans appel. Dominique Strauss Kahn, victime de machination ou coupable des crimes qui lui sont reprochés, ce lundi 16 mai 2011, donnait du box des accusés, une image d’un homme abattu, soumis, résigné, et qui voit sans doute sa brillante carrière politico-diplomatique s’effondrer comme un château de cartes…

Depuis la matinée du dimanche 15 mai 2011, on aura tout entendu. Au point qu’aucune opinion ne se démarque véritablement. Ceux qui croient à la culpabilité de l’ex-patron du FMI et ceux qui pensent que celui qui caracolait jusque-là en tête des sondages en France, est victime d’une manipulation, sont à couteaux tirés. Chaque camp semble avoir des arguments plus ou moins solides.

Si on se fie aux rapports dressés par la police new-yorkaise et qui seraient transmis heure par heure aux autorités françaises, DSK n’a aucune chance de s’en sortir. Ainsi dans un de ces rapports, il est indiqué ce qui suit : « L’agression se serait déroulée dans la chambre 2806 de l’hôtel situé 45 ouest sur la 44e rue. Lorsque la femme est rentrée dans la chambre, l’occupant de la chambre, Dominique Strauss-Kahn, homme blanc de 62 ans, est sorti nu de la salle de bains, a maintenu sur le lit la femme, et a inséré son pénis dans sa bouche. L’homme a ensuite réglé l’hôtel et a pris un avion à JFK, là ou le Port Autority Police Department l’a extrait de l’appareil ».

Les partisans de cette opinion se fondent également sur « des griffures (…) constatées sur le torse de l’auteur présumé ». De même, Anne Saint-Claire, l’épouse de DSK déclare que dans la journée du samedi, un peu avant son arrestation, son mari l’aurait appelée pour lui dire qu’il serait confronté à « un problème grave ». Tout cela aura alors certainement motivé la décision du juge de maintenir Dominique Strauss Kahn en détention en attendant sa prochaine comparution,  prévue pour le 20 mai prochain.

Dans le camp des partisans de l’innocence de Dominique Strauss Kahn, on a d’abord mis en avant l’incohérence entre le moment de l’agression présumée et le chronogramme de DSK, dans la journée du samedi. Au cours de la brève audience qui a eu lieu ce lundi à New York, les avocats du diplomate français ont également tenté de démontrer la bonne foi de leur client qui, à aucun moment, n’aurait tenté de fuir le pays. Pour eux, c’est un peu là une sérénité que l’on ne retrouve pas chez un violeur. Le passé de la victime, à savoir la jeune femme de 32 ans, est également une piste que voudraient creuser les proches et les avocats de DSK, pour voir s’il n’y avait pas là des motifs potentiels susceptibles de soutenir l’argument de la manipulation ou de la machination politico-diplomatique. Mais sur ce sillon, les espoirs des avocats demeurent maigres. Les rares informations qui sont disponibles sur la victime, indiquent en effet qu’elle serait une employée « fiable ».

Donc, rien n’indique que Dominique Strauss Kahn soit encore coupable. Mais pour de nombreux observateurs, coupable ou pas, le socialiste du FMI "est politiquement fini". Ses adversaires français peuvent jubiler, même si pour le moment c’est la stupeur qui semble dominer au sein de la classe politique française. Car, au mieux des cas, DSK ne saurait sauver que son nom. Son image, elle, restera indiscutablement et de manière indélébile, marquée par ce coup d’arrêt.

D’ores et déjà, un des avocats de Dominique Strauss Kahn a déclaré, à l’issue de la courte comparution de ce lundi 16 mai 2011, que le « dossier est défendable ». Pour certains analystes, ce n’est ni anodin, ni rassurant. Un malheur n’arrivant jamais seul, alors qu’une peine de prison allant de 20 à 70 ans plane sur DSK par rapport au dossier en cours, ce sont de vieux dossiers qui pourraient ressurgir. Au finish, progressivement, de Dominique Strauss Kahn, c’est comme " le portrait d’un obsédé sexuel" qui se dessine sous yeux… Ce qui est loin d’être une facette particulièrement avantageuse, au regard des circonstances. Même son caractère de grand séducteur prend ici une signification toute péjorative.

Ceci étant, selon les informations qui sont disponibles, pour la Guinée, cet évènement prend une dimension plus particulière. Vu que la victime serait d’origine guinéenne. Une certaine Safiatou Diallo, mère de deux enfants, travailleuse exemplaire selon la direction Sofitel. 

Boubacar Sanso Barry pour GuineeConakry.info

Liens : Qui est la femme de chambre… DSK aurait un alibi…– Le patron du FMI…DSK arrêté à New-York…

 
Poster un commentaire

Publié par le 17 mai 2011 dans Divers, Politique, Société

 

Étiquettes : , , ,

Qui est la femme de chambre qui accuse DSK ?

 

Source : France Soir

 

Elle est cachée et la police veut préserver son identité. Mais depuis dimanche, quelques informations filtrent sur la femme de chambre qui accuse Dominique Strauss-Kahn d’avoir tenté de la violer.

Dominique Strauss-Kahn, lundi, peu avant l'audience au tribunal de New York

Dominique Strauss-Kahn, lundi, peu avant l’audience au tribunal de New York SIPA

« Une femme bien, très agréable, très amicale » qui est « en état de choc ». C’est ainsi que la jeune femme de chambre qui accuse Dominique Strauss-Kahn d’avoir tenté de la violer est décrite par ses voisins, selon le tabloïd qui a révélé l’affaire samedi, le New York Post.

Celle qui a d’abord été prénommée Ophélia s’appellerait en fait Nafissatou Diallo. Mère célibataire – elle aurait au moins une fille de 16 ans -, immigrée africaine – peut-être guinéenne – depuis une dizaine d’années, elle a 32 ans et, depuis quelques mois, vit dans le Bronx (au nord de New York).

Comme l’a expliqué, dès dimanche, le directeur général de l’hôtel, Jorge Tito, elle « travaille au Sofitel de New York depuis trois ans ». Et, d’après l’enquête menée par le groupe Accor, elle donne entière satisfaction. Une « employée modèle » même qui, pour son attitude autant que son travail mérite, selon la direction, « la note de 4,5/5 ».

Celle qui accuse DSK n’a pas d’antécédents judiciaires. Selon la presse américaine, elle ne connaissait pas DSK avant ce samedi 13 mai. Elle affirme d’ailleurs qu’elle ne savait pas qu’il était le patron du FMI lorsqu’elle est entrée dans sa chambre, selon RTL.  Au commissariat, derrière une vitre sans teint, la plaignante aurait formellement reconnu DSK. Selon son meilleur ami, elle aurait été effarée en découvrant son identité, le soir de l’arrestation, à la télévision. Ce dernier ajoute d’ailleurs, que, depuis les faits, elle « a passé deux jours entiers à pleurer ». Toujours en état de choc, elle est sous protection policière. À l’heure où nous publions ces lignes, elle n’a pas formellement porté plainte. C’est en effet le procureur qui a engagé les poursuites contre le directeur général du FMI.

 

Liens : – DSK aurait un alibi…– Le patron du FMI…DSK arrêté à New-York…

 
Poster un commentaire

Publié par le 17 mai 2011 dans Divers, Politique, Société

 

Étiquettes : , , ,

Dominique Strauss-Kahn aurait un alibi, selon la radio RMC

Source : La Provence

 

Publié le lundi 16 mai 2011 à 13H15

Dominique Strauss-Kahn aurait quitté son hôtel une heure avant le moment de l’agression sexuelle présumée contre une femme de chambre qui lui vaut d’être inculpé par la justice américaine, affirme lundi RMC.

La radio, qui ne cite pas ses sources, dit que les avocats du directeur général du Fonds monétaire international (FMI) ont reconstitué son emploi du temps de dimanche.

"Il aurait quitté l’hôtel à midi, soit une heure avant l’heure de l’agression supposée de la femme de chambre", peut-on lire sur le site internet de RMC.

Dominique Strauss-Kahn aurait alors rejoint sa fille pour déjeuner dans un restaurant de New York et sa défense s’apprêterait à donner des preuves matérielles et des témoignages de ce déjeuner.

RMC ajoute que la défense se penche sur la personnalité de la victime présumée pour tenter de prouver qu’elle aurait eu un intérêt matériel à porter plainte.

Yves Clarisse

 

Liens :Le patron du FMI…DSK arrêté à New-York…

 
Poster un commentaire

Publié par le 16 mai 2011 dans Divers, Politique, Société

 

Étiquettes : , , ,